Voir la fiche complète du film : Kinatay (Brillante Mendoza - 2009)

Kinatay

Pour arrondir ses fins de mois, un futur policier participe à quelques rackets.<br>Bien qu'inspiré d'un fait réel, <b>Kinatay</b> se révèle être un produit long et maladroit, qui s'oublie aussitôt le générique de fin engagé.
Publié le 4 Décembre 2010 par GORE MANIACVoir la fiche de Kinatay
0
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.**

Pour arrondir ses fins de mois, un futur policier, jeune père et récemment marié, participe à quelques rackets. Un soir, un sergent de police l'engage pour une mission plus risquée.

Si l'office de tourisme philippin cherche un film pour attirer de riches étrangers, il est certain qu'il ne se servira pas de ce métrage, qui n'hésite pas à décrire la crasse et le bruit inondant chaque mètre carré des rues de Manille.
Mais dégoûter les touristes est il le but de Kinatay ? En fait, au bout de cent minutes de film, on pourrait presque y répondre par l'affirmative tant ce métrage est long, creux et ennuyeux.

Kinatay, qui signifie massacre, raconte l'histoire d'un jeune homme, élève à l'académie de police, dont la vie va basculer dans un cauchemar sans fond suite à une virée nocturne sanglante.
Le métrage démarre par le mariage du jeune homme. On y voit des cérémonies à la pelle dans une mairie surpeuplée, puis un repas de noces dans ce qui ressemble à une cafétéria. Le réalisateur cherche sans doute à nous prouver le cadre de vie difficile dans lequel se situe un jeune couple, de nos jours, dans son pays. Mal filmé (caméra tremblante), assourdissant (les bruits de bus délabrés, la foule amassée sur les trottoirs), ce premier tiers de métrage est navrant de banalité.

La seconde partie semblait plus prometteuse. On se retrouve dans un bouge des quartiers chauds de la ville, et le groupe de policiers embarque une prostituée qui leur doit beaucoup d'argent.
Néanmoins, une fois cette junkie kidnappée, on retombe dans une absence totale de rythme et avons droit à une demi-heure de route dans les embouteillages de Manille. Aucun dialogue digne d'intérêt ou action significative ne viennent troubler cette morne succession d'images que l'on pourrait voir dans les documentaires de M6 le dimanche soir sur les trafics en tous genres dans les pays du tiers monde.

Au bout d'une heure, le métrage semble enfin vouloir commencer, avec une forme de torture porn. Toutefois, l'interrogatoire et le reste sont filmés de loin par un Brillante Mendoza qui porte bien mal son prénom. La distance permet tout de même de ne pas trop voir le manque de réalisme de la scène de découpage de la victime, évoquant celles du nanardesque 2000 Maniacs. Peu choquante pour les habitués du genre, cette torture n'apportera rien de nouveau, loin de là.

Après tout ça, il est grand temps de rentrer à la maison ! Bien évidemment, il faudra se débarrasser du cadavre, jeté par petits morceaux tout au long du retour, presque aussi ennuyeux que l'aller.
Si Mendoza tente de nous répugner en faisant de ce cadavre mutilé une simple ordure, il oublie sans doute que moults cinéastes ont déjà été plus loin que lui dans la déshumanisation. Le fait que les tueurs soient des policiers arrondissant ainsi leur fins de mois n'est pas non plus une révolution, surtout dans des pays pauvres.

Métrage primé à Cannes en 2009 (meilleure mise en scène), Kinatay, à l'image d'un épilogue d'une grande inutilité, démontre que le festival cannois sait aussi récompenser des films étrangers d'une rare pauvreté.
Plus mou qu'un épisode de Derrick, ce film peine trop à trouver son rythme, hésitant indéfiniment entre drame social et film de violence urbaine, là où un film comme La Zona, Propriété Privée, du mexicain Rodrigo Pla, faisait merveille. De plus, ses personnages ne sont guère attachants, malgré une facture réaliste évidente.

En résumé, bien qu'inspiré d'un fait réel, Kinatay se révèle être un produit long et maladroit, qui s'oublie aussitôt le générique de fin engagé.
En effet, si vous recherchez du torture porn, autant revisionner le premier Guinea Pig, qui a le mérite d'entrer tout de suite dans le vif du sujet. Si vous recherchez des oeuvres intimistes et sociales, d'autres métrages démontrent avec davantage d'efficacité la cruauté de notre société actuelle.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Mountain Fever
Au même titre que les invasions aliens sont prisées des productions de science-fiction, la crainte d’une pandémie mondiale fait les choux gras des films catastrophe. Qu’il s’agisse d’une maladie fulgurante ou d’un virus transformant la population en «zombie», le sujet permet d’extrapoler le devenir de la société et, plus intimement, le comportement...
Scar 3D
Les producteurs et les gérants des salles de cinéma ont eu il y a quelques décennies la bonne idée de vouloir faire des films en 3D, dans l'espoir mensonger de faire vivre de nouvelles sensations aux spectateurs et dans l'espoir véritable de faire des rentrées d'argent conséquentes. Ce sketch a commencé dans les années 80 avec des films comme Vendredi 13 Meurtres en 3D ou encore Les Dents de la...
Sharktopus Vs Whalewolf
Au même titre que Sharknado , la saga Sharktopus est devenue le porte-étendard du mauvais goût et du grand n’importe quoi. Sous couvert d’un survival animalier bas de gamme (on arpente le domaine de la série Z) où de pulpeuses donzelles se déhanchent en tenue légère, Roger Corman creuse toujours plus profondément dans l’insondable débilité humaine. Au regard de ce qui sort actuellement, c’en est...
Gallowwalker
Ce sont dans les mélanges de genre que l'on trouve les meilleures idées ou tout du moins les plus osées. Mai s'il y a bien un genre qui n'est pas très sujet aux mélanges, c'est bien le western. Certes, il peut explorer certains thèmes, comme la vengeance, le drame ou encore l'action, mais il rentre peu dans le fantastique ou dans l'horreur. Vorace de feu Antonia Bird en est un excellent exemple,...
Tous les garçons aiment Mandy Lane
On peut dire qu'elle s'est faite attendre cette Mandy Lane! En effet, le film, qui date de 2006, a mis presque quatre ans pour arriver en France, si l'on excepte l'un ou l'autre passage dans des festivals. Généralement, cet état de fait découle d'une qualité très moyenne, mais dans le cas de All the Boys Love Mandy Lane , les critiques étaient plutôt flatteuses. Il avait...