Voir la fiche complète du film : Le Cauchemar de la Forêt (Marty Weiss - 2008)

Le Cauchemar de la Forêt

Un survival banal, dont la seule originalité réside dans l'identité des méchants...
Publié le 15 Février 2011 par GeoffreyVoir la fiche de Le Cauchemar de la Forêt
4
Forêt

Vous êtes de ceux qui pensent que le survival est un genre qui a dit tout ce qu'il avait à dire? Que quand on a vu un survival, on les a tous vu?
Et bien dans ce cas, je vous déconseille fortement la vision de ce Cauchemar de la Forêt, énième chasse à l'homme forestière à base de jeunes crétins partis faire du camping dans un endroit inapproprié.

Pour les autres, suivez-moi, c'est par ici...


Hiii

Huit cadres d'une entreprise spécialisée dans la production de jeux vidéo décident d'organiser une partie de paintball dans l'arrière pays. Arrivés sur les lieux, un autochtone leur indique une bonne aire de jeu. Ils ne savent pas encore qu'ils ont été repérés par les membres d'une secte de fanatiques qui kidnappent les femmes pour en faire des mères porteuses dans le but de créer une nouvelle armée de Dieu...


*humpf* *humpf*

Si le résumé est alléchant, le résultat à l'écran l'est beaucoup moins parce qu'à part l'identité des méchants (des militaires) et leurs motivations, rien ne distingue ce film de tous les produits du même calibre qui l'ont précédé.
Il faut dire que le film ne partait pas sur des bases solides puisque le scénariste Anthony Jaswinski n'avait jusque là à son actif qu'un obscur téléfilm (Killing Time) et que le réalisateur Marty Weiss en était à son deuxième essai après... Vampires 3: la dernière éclipse du soleil. Autant dire que ça sentait déjà le pâté avant même le premier coup de manivelle.

Devant l'oeil de l'objectif, on retrouve Ryan Merriman (Destination Finale 3, Le Caméléon), ainsi que la pas désagréable Haylie Duff.
Le reste du casting se compose de seconds couteaux et d'acteurs de séries, rien de transcendant, mais quelques sales gueules et numéros de méchants bien déjantés.
Notons tout de même la présence du colossal Robert Allen Mukes (La Maison des 1000 morts) dans le rôle du serial-reproducteur Josiah.


Ryan, même couvert de sang, il a la classe...

Mais outre le scénario cousu de fil blanc, ce qui est le plus dommageable au film est son étonnante absence de violence graphique. Format télévisuel oblige, le Cauchemar de la Forêt se montre bien sage, aussi bien dans les scènes de tortures que dans les séquences de viol. Tout ce que l'on pourra voir, ce sont quelques éclaboussures de sang, une flèche à travers une gorge et quelques impacts de balle douloureux. Merci, bonsoir, et pour la violence, vous repasserez.
Quant on pense que Détour Mortel 3, malgré son status de téléfilm, offrait au spectateur une bonne quantité d'hémoglobine et de poitrines dénudées, on ne peut que regretter la frilosité de Marty Weiss à ce niveau.
Quant aux viols, si on ne demandait pas du Irréversible, on aurait tout de même préféré en voir plus que Robert Allen Mukes se déhanchant sur de pauvres filles attachées au lit, mais pudiquement recouvertes par une robe de soie blanche. Le côté "bestial" et horrible de la chose a bien du mal à passer dans ces conditions (même si l'on compatit).

A coté de cela, le film ne se révèle pas inintéressant dans les éléments de son intrigue, car les fanatiques religieux (et accessoirement militaires) sont assez intriguants et crédibles, avec à leur tête une Deborah van Valkenburgh complètement déchaînée dans le rôle de la matriarche frappadingue.
Le souci est que l'historique des méchants est trop peu développé. En gros, on aurait aimé en savoir plus.


Ce chaud lapin de Josiah...

Bref, ce Cauchemar de la Forêt n'est pas intrinsèquement mauvais (réalisation et acteurs corrects), mais il se montre trop sage et trop peu inventif dans ses péripéties pour convaincre et emporter l'adhésion d'un spectateur rôdé à ce genre de spectacle. Peut-être que s'il était arrivé vingt ans plus tôt...

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

L'Effet Papillon 2
Mais pourquoi diable les producteurs ont-ils choisi de faire une suite Direct-to-video à l'excellent Effet Papillon alors que ce dernier avait rencontré un énorme succès, tant public que critique? Une décision d'autant plus incompréhensible que la fin du premier film telle qu'elle apparaissait dans le Director's cut n'ouvrait pas la porte à une suite et que pour obtenir une...
Dark tales of Japan
Le folklore japonais recèle bon nombre de légendes urbaines qui n’ont rien à envier à leurs consœurs américaines. Elles ont donné lieu à des perles d’épouvante qui ont fait les lettres de noblesse du genre en Asie et à travers le monde. Il n’est donc guère surprenant qu’elles soient déclinées n’importe comment quitte parfois à perdre de vue la volonté d’effrayer pour sombrer dans le ridicule. On...
A Christmas horror story
Quand Noël approche, les rues s’illuminent, les chaumières se remplissent de cadeaux plus ou moins utiles et quelques métrages tendent à raviver l’esprit de Noël par le biais d’histoires niaises et/ou larmoyantes. Enfin presque, puisque le genre horrifique ne déroge pas à la règle et nous offre son lot d’atrocités qui se déroulent pendant les fêtes de fin d’année. Dans cette veine, la dernière...
Halloween 2
INTRODUCTION « Le cheval blanc symbolise l’instinct, la pureté et la propension du corps physique à libérer des forces émotionnelles puissantes telles que la colère génératrice de chaos et de destruction… » -Extrait de l’inconscient psychique des rêves En 2007 sortait sur les écrans le remake d’ Halloween par Rob Zombie . Attendu avec ferveur, le film ne...
Devil Story : Il était une fois le Diable
Depuis des mois, le DVD de Devil Story trônait sur ma pile de films à chroniquer sans que j'ose y toucher. La raison de cette réticence était simple : ce film me faisait peur. Etais-je de taille à m'attaquer à ce que nos confrères de Nanarland.com, par ailleurs édteurs du DVD, décrivent comme, je cite, le plus mauvais film du monde et de sa proche banlieue ? De plus, Devil Story me...