Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Geo-Disaster (Thunder Levin - 2017)

Geo-Disaster

S’il affiche fièrement son statut de mockbuster, Geo-Disaster se rapproche plus de San Andreas que de Geostorm. Il en résulte un film catastrophe pauvre tant au niveau financier que sur le plan artistique, sans compter des interactions gênantes, ponctuées de non-sens, entre les différents protagonistes. Entre moments cocasses et morceaux de bravoure à deux euros, une production opportuniste aussi médiocre que dispensable.
Publié le 9 Mars 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Geo-Disaster
3
Catastrophe naturelle

S’il est un domaine particulièrement prisé de la collaboration méphitique SyFy/Asylum, hormis le survival animalier, c’est bien le film catastrophe. Au sens propre, comme au figuré, serait-on tenté de rajouter. Si le genre a connu son heure de gloire, il se distingue dorénavant par des poncifs éculés où les clichés fleurent bon le patriotisme, l’altruisme et autres sentiments mielleux totalement irréalistes face aux pires cataclysmes imaginables. Mais il n’est pas ici question de palabrer sur la nature humaine dans un tel contexte, pas même de s’interroger sur les limites narratives qui tournent en boucle et qui, au fil des téléfilms bon marché, n’ont strictement rien à raconter.

Prêt pour une catastrophe au grand air ?

Aussi, Geo-Disaster s’inscrit dans un registre familier cher à Asylum: le mockbuster. Autrement dit, sa sortie coïncide avec celle d’un blockbuster qui, pour sa part, bénéficie d’une promotion conséquente sur grand écran. À savoir, Geostorm de Dean Devlin avec pour acteur principal Gerard Butler. Le comparatif s’arrête pourtant avec la similarité toute discutable du titre. Cela vaut pour les ambitions et les moyens déployés, ainsi que pour les points communs entre les deux productions, ne serait-ce qu’au niveau du scénario. Car l’on ne peut pas considérer le dérèglement climatique ou un séisme comme une ressemblance plus ou moins fortuite. En effet, il s’agit de l’apanage du genre.

Le déroulement de l’histoire est avant tout une pâle copie de ce qui a été maintes fois ressassé par le passé. On songe à un portrait de la famille recomposée, un rien dysfonctionnel, ainsi qu’à l’événement perturbateur qui «justifie» à lui seul l’existence du film. D’ailleurs, on se contente d’explications à l’emporte-pièce sur une collision spatiale qui vient dérégler la gravité de la Terre. Le prétexte est vaseux au possible et privilégie les raccourcis commodes à de plus amples détails. Si l’on ne s’attendait guère à un quelconque réalisme dans les propos, il est toujours agaçant de se heurter à une telle négligence de la part de scribouillards qui n’ont strictement rien à faire de ce qu’ils racontent.

Un désastre annoncé qui se concrétise...

Alors que le déroulement reste dynamique et néanmoins perclus d’incohérences en tout genre, on se rend finalement compte que Geo-Disaster possède plus de points communs avec San Andreas que Geostorm. La catastrophe en elle-même n’est autre que le Big One californien où la faille de San Andreas cède et impacte particulièrement la population de Los Angeles. Le fil narratif s’apparente à un calque éhonté, la présence imposante de Dwayne Johnson et le côté distrayant en moins. On ajoute à cela une petite touche de survivalisme post-apocalyptique et des situations qui se suivent et se ressemblent pour tenter de faire avaler la pilule de la déconfiture au spectateur.

Ce n’est pas tant les effets spéciaux qui s’avèrent affligeants. On peut néanmoins s’attarder sur des panaches de fumée surabondants pour masquer l’indigence des images de synthèse. Par exemple, la destruction des immeubles, les fenêtres brisées ou les routes qui se déchirent à la manière d’une fermeture zippée en fin de vie. De même, les rares coulées de lave et le tsunami en guise d’épilogue sont plus risibles qu’atroces. Mais ce qui est le plus handicapant réside dans ces silences gênés entre deux dialogues stériles. À contempler les regards vides et les gestes maladroits, on se retrouve avec une bande de bras cassés qui ne savent que faire ou dire. Bref, la direction des acteurs est complètement à côté de la plaque.

Le vieil homme et la mer !

Au final, Geo-Disaster n’est pas forcément le pire film catastrophe dernièrement produit par SyFy et Asylum. Pourtant, il n’en demeure pas moins d’une sombre nullité. Sans identité ni intérêt, le film de Thunder Levin (un patronyme prédéterminé?) s’avère une incursion poussive, sans grandes envies de la part de toute l’équipe. Cela vaut autant pour les scénaristes dénués d’imagination que les interprètes dépourvus du sens de l’improvisation et de présence face à la caméra. Avec des messages puants d’optimisme et d’une rare bêtise, la brièveté de cette gageure se solde par une conclusion expéditive où s’enchaînent les ultimes «fulgurances» de la catastrophe et un happy-end ridicule en guise d’épilogue. À ignorer.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Le Dernier Maître de l'air
Il n'y a pas si longtemps, chaque nouveau film de M. Night Shyamalan déclenchait une vive attente chez les spectateurs et la plupart des critiques de cinéma. Ce temps semble désormais révolu puisque outre le désamour des critiques depuis Le Village , Shyamalan doit aussi faire face à la défection du public. Il faut dire que ledit Village , ainsi que le film suivant, La Jeune Fille de l'...
Poltergeist
Quatrième long-métrage tourné par Tobe Hooper pour le cinéma, Poltergeist représente un sommet dans la carrière du réalisateur de Massacre à la tronçonneuse . Produit et scénarisé par Steven Spielberg, Poltergeist marque une certaine rupture de ton avec les précédents films de son réalisateur, tout en restant dans le registre de l’horreur et de l’épouvante. L’action se déroule dans une banlieue...
Ghost Shark
Si l’on peut regretter la médiocrité permanente qui suinte du survival animalier, il faut reconnaître que les producteurs ne se découragent pas pour donner vie aux concepts les plus idiots. En 2013, Asylum entamait la saga Sharknado . Auparavant, on avait également eu droit à Sharktopus . Outre la volonté d’infliger quelques aberrations génétiques aux squales, on remarque une certaine...
A Girl Walks Home Alone at Night
Récompensée du Prix Kiehl's de la Révélation au Festival du cinéma américain de Deauville de 2014, Ana Lily Amirpour ( The Bad Batch ) tentait pourtant un pari risqué en donnant à son métrage des aires de film d’auteur sur fond de romance vampirique. Combinaison alléchante ou rebutante, au choix. Qu’importe, car la réalisation inspirée et le bon goût de sa narration méritent que l...
John Carter
Au XIXe siècle, John Carter refuse de s'engager dans une guerre qu'il ne reconnaît pas comme la sienne. Par un malheureux concours de circonstances, il va néanmoins se retrouver téléporté sur Mars. La planète rouge est loin d'être morte et ses habitants sont également enclins à sombrer dans des luttes intestines. Pour John Carter, la découverte se mêle à la surprise face à cet univers...