Voir la fiche complète du film : Repo! The Genetic Opera (Darren Lynn Bousman - 2008)

Repo! The Genetic Opera

Un spectacle volontairement grandiloquent et affichant une esthétique d'un mauvais gout incroyable. Mais le tout est traversé par quelques moments de grande qualité.
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Repo! The Genetic Opera
6
Film musical Virus

Celà faisait des années qu'il nous en parlait, et il est enfin là. Le voilà enfin le fameux opéra-rock de Darren Lynn Bousman! Le réalisateur de Saw 2, 3 et 4 criait à qui voulait l'entendre qu'il était un artiste et qu'il n'avait jamais voulu devenir réalisateur de film de torture. Et il comptait bien nous le prouver avec Repo, the genetic opera, un film qu'il murit depuis des années. On allait voir ce qu'on allait voir, l'ambition affichée étant de réaliser un film musical capable de rivaliser avec le cultissime Rocky Horror Picture Show. Mais c'est bien connu, l'enfer est pavé de bonnes intentions...


T'as pas payé ton rein enfoiré?

Dans un futur proche, une épidémie mondiale encourage une société de biotechnologie à lancer un programme de transplantations d'organes pour les survivants. GeneCo devient ainsi rapidement le premier fournisseur d'organes. Mais gare aux mauvais payeurs, le RepoMan est là pour veiller à récuperer les organes de ceux qui n'auront pas réglé leurs dettes à temps...


Un vrai festival de couleurs...

Tout d'abord, louons le bel effort que constitue un opéra-rock horrifique dans le paysage cinématographique actuel. Il est vrai que ce genre éminemment casse-gueule est incroyablement sous-représenté, sans doute à cause du ridicule que peut causer ce type d'entreprise si elle s'avère ratée. Heureusement ce n'est pas le cas ici. Du moins, en partie, car si certaines fulgurances géniales traversent le film de Bousman, il n'en reste pas moins des passages d'un ridicule achevé. La scène où la jeune Shilo (Alexa Vega) se met à sautiller dans sa chambre transformée en salle de concert à la façon d'Avril Lavigne, en beuglant une mauvaise chanson punk que n'aurait pas reniée cette dernière, fait peine à voir. Tout comme certains éclairages flashy qui explosent la rétine et feraient passer le film pour un trip sous LSD.

Heureusement, on sent que le film a été fait avec beaucoup d'envie, de tripes et de soin mais Bousman a voulu en faire trop, beaucoup trop, à tous les niveaux. Par exemple, tous les dialogues sont remplacés par des chansons, sans exception, ce qui rend parfois l'histoire assez pénible à suivre. Quelques lignes parlées de ci de là n'auraient sans doute pas fait de tort à la compréhension et aux oreilles car il est vrai que si la plupart des morceaux sont plutot bons (excellent titre Legal assassin chanté par le RepoMan), quelqu'uns semblent écrit pour une comédie musicale sans le sou. Quand on sait que pas mal de chansons servent uniquement de "dialogues chantés", on se rend compte que l'ensemble aurait pu allégrement se passer d'au moins quatre morceaux.


Le RepoMan en pleine repossession...

En parlant des chansons, beaucoup de critiques ont dit que les comédiens chantaient effroyablement faux. C'est totalement injustifié car s'ils ne seront jamais de grands chanteurs (faut pas exagérer), leurs prestations sont tout ce qu'il y a de plus honorables et à aucun moment on ne grincera des dents comme on pourrait le faire devant un type qui s'essaye pour la première fois au karaoké. Tout n'est donc pas noir au niveau du chant, ainsi qu'en ce qui concerne le rendu visuel. Comme dit ci-dessus, beaucoup de plans dégomment la rétine, c'est certain, mais bon nombre valent également le détour et quelques idées de mise en scène comme les planches de BD sont plutôt bien pensées.

Malheureusement, les séquences trop découpées sont nombreuses et nuisent parfois à la compréhension de l'histoire, en plus des chansons. C'est d'autant plus dommage que graphiquement certaines décors et personnages sont très réussis. Le Graverobber notamment, avec son look de prince de la nuit mais surtout Le Pavi, personnage magnifiquement pathétique avec son masque de peau humaine. L'interprétation de ce dernier par Nivek Ogre est à souligner et à voir en version originale. Soulignons au passage que les acteurs sont l'un des gros point fort du film. Même Paris Hilton est parfaite dans un rôle taillé pour elle et nous gratifiera même de l'un des meilleurs moments du film lorsqu'elle perdra son visage sur scène à cause d'une intervention chirurgicale ratée. Tout un symbole.


Paris Hilton, ou la classe faite femme...

Repo! The Genetic Opera n'est donc pas aussi mauvais qu'on peut le lire partout sur le net mais c'est certain qu'il faut avoir le courage d'aller au bout car les chansons incessantes et l'esthétique de mauvais gout volontaire peuvent rebuter. Le métrage n'atteindra certainement jamais un status culte comme Rocky Horror Picture Show mais il mérite néanmoins d'être vu une fois pour l'expérience particulière qu'il constitue.


Les frère Largo avec Pavi (à droite) définitivement le meilleur personnage du film...

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Better Watch Out
Dans le domaine du cinéma de genre, la période de Noël est bien souvent détournée au profit d’un spectacle gore et distrayant, à défaut d’être de qualité. Cela vaut surtout pour le slasher, mais aussi pour quelques thrillers à tendance horrifique. S’adaptant à des moyens limités tout en distillant une atmosphère oppressante, le «Home Invasion» est ce qui se prête de...
Alyce
Après une soirée de beuverie, la meilleure amie d'Alyce tombe de son immeuble et se retrouve dans un piteux état. Dès lors, Alyce ressent le besoin d'oublier en se droguant. Une spirale qui l'entraîne dans les bas-fonds de la ville. Trois années après Zombie strippers, film de morts-vivants bancal et maladroit, Jay Lee récidive dans l'horreur avec Alyce. Sur le papier, son dernier...
Waterworld
Dans un futur lointain, la Terre est recouverte d'eau de part et d'autre du globe. Chacun tente de survivre à sa manière tandis qu'un groupe de rebelles poursuit une jeune fille dont le tatouage indiquerait une île, véritable Eldorado. En 1995, doté d'un budget monumental, Waterworld se présente comme le Blockbuster de la décennie. Figure du moment à Hollywood, Kevin Costner était...
Dark Tide
Au fil des décennies, le survival animalier est devenu le porte-étendard de la bêtise de producteurs aussi avides de billets verts que de débilités en tout genre. Au vu de certaines sociétés qui se sont accaparé le genre pour le pire et seulement le pire, les films traités avec un minimum de sérieux se comptent sur les doigts d’une main; a fortiori depuis les années2010. Des noms comme...
Donkey punch
Faisant la part belle à cette fameuse pratique sexuelle inhabituelle – le donkey punch – pour annoncer la couleur, le premier long-métrage d’Oliver Blackburn aurait pu s’avérer un film étonnant et pourquoi pas sujet à l’exposition des mœurs décadentes d’une jeunesse qui se recherche, une génération en perte de repères ou pis, ayant perdu tout espoir en l’avenir. Voilà les attentes que l’on était...

Dernières critiques spectateurs

Thématiques