Voir la fiche complète du film : Oceans Rising (Adam Lipsius - 2017)

Oceans Rising

Un film catastrophe où le pire s’est déjà produit et où la vacuité des propos prolonge le supplice au spectateur. Un ratage total accusant plus de 20 ans de retard sur le plan visuel pour mieux se complaire dans les poncifs d’un genre malmené.
Publié le 9 Décembre 2018 par Dante_1984Voir la fiche de Oceans Rising
3
Catastrophe naturelle

En marge de ses mockbusters et autres survival animalier méphitiques, Asylum collabore régulièrement avec son comparse de beuveries, SyFy, à des films catastrophe qui n’ont jamais aussi bien porté leur nom. Parmi les dernières ignominies commises, on peut évoquer Age of Ice, ainsi que San Andreas Quake. Dans la majorité des cas, l’existence de ces productions mal fagotées tient à un retour sur investissement plus éphémère que satisfaisant. À une époque où le catastrophisme est en passe de devenir une philosophie à part entière, surfer sur la vague des prédictions climatiques apocalyptiques permet de justifier la concrétisation de nombreuses tares cinématographiques.

Gouzi, gouzi ! La fin du monde est proche !

L’intrigue d’Oceans Rising débute comme n’importe quel scénario inhérent au genre. Enfin, presque. L’on a bien un centre de recherches qui réalisent quelques découvertes alarmantes. L’avertissement des pouvoirs publics est également présent, tout comme le couple en tête d’affiche qui part à vau-l’eau. Tous ses ingrédients sont indissociables des clichés propres au film catastrophe. Et pourtant, le traitement s’écarte quelque peu de la norme puisque le processus d’inversion des pôles est déjà survenu. Il ne convient donc pas de l’empêcher, mais de minimiser ses effets. Pour cela, on devine un contexte houleux où les catastrophes naturelles se multiplient aux quatre coins du globe.

Dans une moindre mesure, l’approche est similaire à la mise en place de Geostorm. Mais la comparaison s’arrête là. Après un petit saut temporel pour accélérer les conséquences néfastes sur notre planète, on se retrouve embarqué dans un trip à mi-chemin entre Le jour d’après (pour le genre) et Waterworld (pour le cadre). Celui-ci étant déjà une référence pour une autre production Asylum, Empire of the Sharks. Bref, le raz-de-marée pixellisé survient dans une mégalopole cruellement déserte et le scientifique prévenant navigue sur son bateau. Sans que l’on sache trop comment ni pourquoi, une brochette de survivants, tous plus inutiles les uns que les autres, s’invite à son bord.

Même par écran interposé, ça reste toujours aussi catastrophique

Entre des lignes de dialogue improbables et des personnalités dignes d’un mollusque, on patauge dans un ramassis de caricatures. La venue d’événements perturbateurs n’altère en rien ce constat. L’intrigue persiste envers et contre tout à imposer des scènes aussi vides d’intérêt que le casting. Elle s’enclave dans une progression linéaire au possible. La quête de sauver un monde où il n’y a plus grand-chose à sauver possède une résonnance pathétique, comme si l’on essayait de récupérer ses affaires flottantes dans les décombres. De plus, certains échanges sont noyés sous un vocabulaire technique et abscons, misant sur l’ignorance du spectateur pour tenter de faire avaler la pilule d’explications vaseuses.

Au demeurant, les effets spéciaux sont aussi discrets que ridicules. La physique des vagues et du comportement de l’eau à la surface a de quoi effrayer. Si Oceans Rising privilégie les dialogues stériles, les rares passages où l’on a l’impression d’être dans un film catastrophe sont affublés de trucages effroyables. La piètre qualité graphique des images de synthèse et les animations saccadées suffisent à renvoyer le métrage dans les prémices des images 3D. Quant au raz-de-marée attendu, il faudra le contempler dans une séquence sous-marine où le protagoniste se débat avec une cordelette. Un comble pour ce qui devait être l’attraction principale!

Le film prend l'eau de toute part...

Au final, Oceans Rising prend l’eau de toute part. Si l’on pouvait espérer un modeste sursaut d’orgueil de la part du contexte, l’approche et les moyens mis en œuvre effectuent un cruel rappel à la réalité. L’intrigue est aussi bancale que la coquille de noix qui traverse l’océan Atlantique, tandis que les motivations sont à la fois vaines et surfaites. Pas besoin de s’étendre plus longuement sur le casting ou la médiocrité des effets spéciaux qui, soit dit en passant, demeurent une véritable honte pour un film datant de 2017. Nulle surprise à contempler le travail bâclé des équipes Asylum et SyFy qui poursuivent leur chemin de croix dans la nullité cinématographique. Une fois n’est pas coutume, l’ensemble s’affranchit de tout second degré.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Hostel : Chapitre 3
Après l'échec commercial du second opus (seulement 17,000,000$ au box-office US), il n'est pas étonnant de voir la saga Hostel emprunter les chemins plus économiques du Direct-to-DVD. Un choix logique, mais néanmoins regrettable, tant les suites bon marchés d'oeuvres marquantes se révèlent souvent être de qualité discutable (voir la saga Hellraiser ). De plus, découvrir que cette...
L'Effet Papillon 3
Après un Effet Papillon 2 de sinistre mémoire, on n'était pas vraiment impatient à l'idée de voir débarquer un nouvel épisode de cette saga spatio-temporelle. Pourtant, l'idée de base (pouvoir modifier le présent en interagissant sur le passé) est propice à tous les délires et peut faire partir le scénario dans des directions imprévisibles pour autant que le concept soit bien exploité...
Opération destruction
Tout comme le survival animalier est inépuisable en idées absurdes pour mettre en exergue les requins, le film catastrophe est intarissable pour exploiter à outrance l’apocalypse. Après les astéroïdes, le réchauffement climatique et la folie autour du 21 décembre 2012, les trublions du genre détournent les codes au profit d’une approche délirante du mythe de la boîte de Pandore. D...
Mushishi
Les Japonais sont doués dans le domaine du fantastique, particulièrement dans les histoires de fantômes. Plus ouvert d’esprit sur ce point que les Occidentaux, ce qui est invisible fait partie intégrante de leur existence. S’ils aiment explorer cet aspect de leur quotidien dans des légendes urbaines et des récits de hantise, ils n’ont pas leur pareil pour des œuvres plus posées...
Puppet Master III
Durant la seconde guerre mondiale, à Berlin, les spectacles de marionnettes du célèbre André Toulon attisent l'intérêt d'un soldat nazi, surpris par l'agilité de ces créatures. Suite au succès des deux premiers films, le producteur Charles Band décide de raconter les circonstances du drame ayant amené Toulon à combattre les nazis. Ce prequel (une rareté à l'époque dans le milieu cinématographique...