Voir la fiche complète du film : Comportements Troublants (David Nutter - 1998)

Comportements Troublants

Un adolescent, déprimé depuis le suicide de son grand frère, intègre une nouvelle école, menée par un groupe bien sous tout rapport, mais aux comportements troublants.
Publié le 1 Janvier 2008 par GORE MANIACVoir la fiche de Comportements Troublants
8
Hôpital

Suite au suicide du frère aîné de la famille, les Clark emménagent sur l'île de Cradle Bay, afin de démarrer une nouvelle vie. Steve, qui se remet difficilement de ce drame, tente de s'intégrer dans son nouveau collège, dirigé par une bande d'élèves d'apparence calme et amicale, les Rubans Bleus. Mais d'étranges comportements et certaines rumeurs inquiètent Steve et ses nouveaux amis, une bande de marginaux. Depuis l'apparition du slasher sur nos écrans, dès la fin des seventies, le milieu estudiantin est devenu le théâtre de bon nombre de films de genre. Réalisé par un ancien pensionnaire de la maison X-Files, Comportements Troublants vogue donc sur cette vague. Mais, contrairement à la plupart des autres métrages, David Nutter se sert de cette base pour aborder plusieurs thèmes moins simplistes que les crises d'adolescents rebelles. En effet, le sujet principal de cette série B évoque un cas de conscience dans le domaine de la médecine, qui ne fera que s'amplifier au fil des progrès de la science : jusqu'où peut on aller dans l'éducation de notre progéniture ?

Le Docteur Caldicott (un Bruce Greenwood très à l'aise en écoeurant savant fou), ne possède aucune limite morale pour mettre en place un système permettant aux adolescents en difficulté de ne plus avoir le moindre défaut, utilisant une forme de lobotomie dont ont probablement été victimes la majorité des producteurs américains, aussi puritains que ces élèves qui parfois pètent les plombs. Ainsi, une jolie blonde s'encastrera dans un miroir après avoir eu des pensées impures à l'encontre du héros, tandis qu'un sportif boosté aux stéroïdes agressera deux types qui venaient de le bousculer, transformant un supermarché en champ de bataile. Comme dans tout huis clos paranoïaque qui se respecte, les autorités locales sont souvent dans le coup. Le sheriff du comté est interprété par un Steve Railsback fort convaincant en âme damnée de Caldicott, face à une jeune génération d'acteurs qui a fait du chemin depuis, de James Marsden (X-Men) à Katie Holmes (Madame Cruise), en passant par Nick Stahl (Terminator 3). Tous sont excellents et apportent un côté réaliste et concis à l'ensemble de l'oeuvre, donnant le beau rôle à des personnages d'habitude secondaires (les rebelles) qui, comme dans The Faculty, se présentent comme l'ultime alternative à une zombification en règle du collège.

Bien évidemment, Comportements Troublants ne possède pas l'aura planante du film de Rodriguez, mais il faut souligner le bon travail opéré par Nutter, qui s'entoure de comparses ayant fréquenté avec lui les enquêtes de Mulder et Scully (directeur photo, compositeur). Même si l'assaut final des Rubans Bleus n'a rien de très emballant, David Nutter avait eu le mérite, jusqu'au dénouement, de proposer une variante intéressante sur le thème de l'invasion interne, propre à la saga des Body Snatchers, signant un petit film qui se démarque principalement par son traitement, sérieux et efficace, et par son interprétation soignée.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Les innocents
Dans le domaine du fantastique, certaines œuvres littéraires du XIXe siècle demeurent des classiques qui, non contents de poser les bases d’un genre, le transcendaient à travers des intrigues intemporelles. On songe à Edgar Poe, Mary Shelley, Oscar Wilde ou encore Bram Stoker. Dans la même veine, Henry James a écrit Le tour d’écrou , roman remarquable en tout point, tant dans sa prose...
Lavalantula
Au même titre que les requins, les crocodiles ou les serpents, les araignées sont une espèce particulièrement prisée par le survival animalier. Malgré de nombreuses déconvenues ( Creepies , Arachnid , Ice Spiders ...), le genre nous a tout de même servi quelques sursauts d’orgueil avec Arachnophobie ou le très fun Arac Attack . Il persiste néanmoins un ton bis plus ou moins assumé au fil des ans...
Apollo 18
Le faux documentaire est un sous-genre qui a tendance à interpeller le spectateur sur une thématique particulière avec réalisme et authenticité. Inutile de citer ses références connues de tous et fédérateurs d'un certain engouement pour les buzz à grandes échelles. Qu'il s'agisse de spectres tourmentés, de serial killer, de créatures monstrueuses ou, en l'occurrence, un voyage spatial, le faux...
Dance in the Vampire Bund
On le sait, les vampires ont largement été représentés dans la culture populaire. Le septième art ne fait pas exception à la règle et, tout comme les zombies et autres mythes en vogue, a usé le filon jusqu'à la corde. Difficile d'innover sur un sujet aussi récurrent et encore plus de ne pas sombrer dans les clichés maladroits après le passage de la bit-lit et ses rocambolesques romances à l'eau...
The fades
Les Britanniques sont connus pour offrir des séries à contre-courant d’une production de masse efficace qui manque cruellement d’originalité. Après s’être penché à de nombreux thèmes chers au fantastique et à l’horreur, le Royaume-Uni s’attaque aux fantômes sur fond de prophéties apocalyptiques. Doté d’un pitch non dénué d’intérêt, d’une solide réputation autant auprès du public que des...