Voir la fiche complète du film : Peur Bleue (Daniel Attias - 1985)

Peur Bleue

Du Stephen King peu inspiré pour un film assez mou du genou et qui n'a rien de spécial pour sortir du lot des nombreuses productions horrifiques moyennes des années 80. Assez dispensable...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Peur Bleue
6

Peur Bleue, alias Silver Bullet pour le titre en v.o., nous entraîne dans un petit bled du nom de Tarker’s Mills comme Stephen King les aime tant avec ses habitants sympas, ses jeunes ados et pré-ados qui n’hésitent pas à prendre leur courage à deux mains pour faire face au danger et ces parents incrédules et/ou alcoolo (on salue la prestation désabusé de Gary Busey !). Bref, du Stephen King pur jus qui nous offre même une narratrice au début du film (elle disparaît un bon moment d’ailleurs avant de revenir vite fait à la fin). Mais voilà, pour mettre un peu d’animation dans tout ce bonheur à la limite de l’écœurement, King plante un loup-garou dans la communauté ! Un whodunit très classique et qui, grâce au casting assez « facile » du film ne parvient pas à nous cacher l’identité du lycanthrope très longtemps…

Le metteur en scène Daniel Attias a été assistant réalisateur auprès de grands noms du septième art : Steven Spielberg, Francis Ford Coppola, Wim Wenders… Le bonhomme ne semble pas pour autant avoir appris grand chose de ces metteurs en scène de talents. Peur Bleue est son seul et unique film d’horreur au compteur (tant mieux diront certains après avoir vu le film). Il faut dire que depuis, le bonhomme s’est tourné vers le petit écran et s’est illustré en réalisant des épisodes pour des séries diverses et variées (Alias, Lost, Buffy, Six Feet Under, Heroes ou encore Dr. House). Il n’empêche qu’au détour de quelques séquences (le jeune handicapé sur le pont et ses feux d’artifices), il parvient à installer une petite ambiance sympa. Dommage que les artifices soient toujours les mêmes (musique stressante – très inspiré d’Halloween III d’ailleurs, vision subjective de la bête…). Le film date de 1985 et possède quand même le petit charme de ces années assez fastes au niveau de la production horrifique aux U.S.

Pour la petite histoire, Peur Bleue est un scénario original de Stephen King qui a également écrit une nouvelle, « L’Année du loup-garou ». On retrouve le scénario du film et la nouvelle réunis dans le bouquin de poche édité par J’ai lu (sous le titre « Peur Bleue »). Ce n’est clairement pas l’un des meilleurs travaux de Stephen King. Et le résultat à l’écran est assez naïf et rien de véritablement transcendant ne se passe réellement durant tout le film. Les dialogues sont sans grand intérêt, les personnages également (l’idée du jeune garçon en fauteuil roulant qui affronte un loup-garou est quand même assez osé) et le principal intérêt du film réside dans les attaques (régulières au début puis beaucoup moins vers la fin) du monstre. Une créature qui est loin de nous flanquer une « peur bleue » d’ailleurs (on se demande du coup pourquoi un tel titre, c’est limite de la publicité mensongère !). On passera aussi sur le gore qui montre timidement le bout de son nez dans les premières minutes du film pour ne jamais réapparaître quasiment.

Difficile de s’étendre sur un film qui est vite vu, vite oublié. Malheur donc à votre serviteur qui a commis l’erreur de ne pas rédiger sa critique dans la foulée de la vision du film ! En effet, j’ai été tellement marqué que j’en ai déjà oublié les trois quarts ! Bref, à voir à l’occasion si vous aimez les loups-garous ou si vous êtes un inconditionnel de King. Sinon, passez votre chemin, vous ne louperez rien…

Autres critiques

Modus Anomali : Le Réveil de la Proie
Si le nom de Joko Anwar ne vous dit rien, c'est tout à fait normal. Ce réalisateur indonésien n'a pas franchi nos frontières francophones pour ses précédents films (Kala et Forbidden door). Aussi, il est d'autant plus surprenant de voir surgir son dernier projet dans notre pays, a fortiori dans les salles. Un thriller horrifique où un certain John Evans se retrouve en pleine forêt, amnésique et...
My Soul to Take
Est-il besoin de vous faire l'injure d'encore vous présenter Wes Craven , le papa de Freddy Krueger, réalisateur des cultes Scream , La Colline a des Yeux et autre Dernière maison sur la Gauche , mais aussi responsable des tristement célèbres L'été de la peur , La Colline a des Yeux 2 et Cursed ? On le sait, l'ami Wes est capable du pire comme du meilleur, même si ses derniers...
Douce nuit - sanglante nuit 4: l'initiation
Grâce à la magie du cinéma et son incommensurable absurdité dans certains cas, une franchise qui voit se succéder des films infâmes ne s’arrête pas en si mauvais chemin. Hormis le premier opus, Douce nuit sanglante nuit brille par sa nullité intrinsèque. Surenchère incohérente d’histoires plus maigres qu’un sucre d’orge, guirlandes d’interprètes à la ramasse, décorations de pacotilles et...
Ginger Snaps : Aux origines du mal
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Au début du XIX ème siècle, au Canada, deux jeunes soeurs, rescapées du naufrage d'un navire, trouvent refuge dans un fort assiégé la nuit par d'étranges créatures. Le dernier volet de la trilogie des Ginger Snaps peut se définir comme une préquelle revenant aux origines de la malédiction frappant les deux soeurs, Ginger et Brigitte. Cet...
Silent night
Cinq films auront été nécessaires à Douce nuit, sanglante nuit pour certifier que les fêtes de Noël ne sont pas toujours synonymes de goinfrades assumés, de papiers cadeaux chiffonnés et autres joyeusetés propres à notre société de consommation. On peut aussi offrir des productions empoisonnées qui n’ont cessé de se dégrader au fil des épisodes. En dehors d’un premier opus correct, il en...