Voir la fiche complète du film : Casper (Brad Silberling - 1995)

Casper

Un divertissement gentillet, qui ne casse pas des briques au niveau du scénario, mais qui possède de superbes effets spéciaux ainsi que quelques séquences très divertissantes.
Publié le 18 Novembre 2009 par GeoffreyVoir la fiche de Casper
8
Fantôme

Ah! Casper le gentil fantôme ! Un chouette petit dessin animé sans prétentions qui a bercé l’enfance de pas mal d’entre nous. La transposition en film ne paraissait pas devoir poser trop de problèmes au vu des possibilités offertes, mais on sait tous comment ça peut se terminer avec les adaptations sur grand écran…


Un look très "Burtonnien" pour l'intérieur de la maison

Un tout jeune fantôme, Casper, ronge son frein et s'ennuie à mourir en compagnie de ses oncles dans le manoir de Whipstaff. Quand une petite fille et son père, psychologue pour fantômes, viennent s'installer dans la maison hantée, il pense pouvoir enfin se faire des amis. Mais c'est sans compter les propriétaires de la maison, persuadés qu'un trésor se cache enfoui quelque part...


Jolie baraque!

Rassurez-vous, notre petit spectre réussit haut la main son passage dans les salles obscures. Le film respecte bien la série et on retrouve avec plaisir Casper (évidemment !) et surtout ses trois oncles déjantés. Le personnage de la vieille dame n’a par contre pas été utilisé, mais on peut la voir dans un caméo lorsque Casper zappe à la télé et tombe sur la série animée. Les effets spéciaux sont excellents et le rendu des fantômes est de toute beauté. Treize ans après ils fonctionnent toujours aussi bien et restent très impressionnants. Merci ILM.
En outre, les acteurs sont parfaits dans leur rôle et portent le film sans jamais se faire bouffer par les FX. Bill Pullman et une toute mignonne Christina Ricci donnent parfaitement la réplique à des personnages rajoutés par la suite par ordinateur, ce qui n’a sans doute pas dû être facile.


Nouveau! Le Casper multi-fonctions...

Le scénario ne casse pas franchement des briques et reprend le classique affrontement : Gentils qui veulent juste rester chez eux VS méchants qui cherchent un trésor enfoui dans la maison (un peu comme dans la Famille Addams). Heureusement, le film est émaillé de séquences fort chouettes qui pimentent une action plutôt convenue. Je pense notamment à toutes les scènes avec les 3 oncles, que l’on attend toujours impatiemment de voir à l’oeuvre. Notons tout de même quelques moments plus émouvants, comme quand Casper raconte comment il est mort. Ils sont forts ces américains, ils nous tireraient des larmes avec n’importe quoi.


Les véritables vedettes du film: les 3 oncles...

Dans l’ensemble, le film est donc bien fichu et très divertissant. Cela reste évidemment gentillet et il ne faut pas s’attendre à sursauter ou frissonner mais c’est un divertissement à voir en famille et qui plaira aux petits comme aux grands, pour autant que ces derniers aient gardé une âme d’enfant. Les autres risquent de trouver Casper sans grand intérêt.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Masques de cire
Les années 1930 marquent un tournant dans l’histoire du cinéma. Les films parlants se démocratisent, tandis que la richesse des genres tend à s’affiner et à s’affirmer. Aventures, polars et fantastique succèdent non sans difficulté à la période expressionniste. La transition laisse dans son sillage des idées de réalisation et d’interprétation propres au muet. Cela se voit...
The Bay
Barry Levinson est l'un des réalisateurs les plus éclectiques d'Hollywood. Au cours de sa carrière, il s'est essayé à quasiment tous les genres : la comédie, le drame, le policier, la science-fiction... Même si le succès (critique ou commercial) n'a pas toujours été présent, on peut dire que le cinéaste n'a pas froid aux yeux. On ne s'étonne qu'à moitié lorsque son...
The Thing
Quand l'annonce d'un remake/prequel du mythique chef d'oeuvre de Big John Carpenter a été proclamée, beaucoup ont crié au scandale. Je ne fais pas partie des gens qui s'amusent à défoncer un métrage avant de l'avoir vu et de me faire une propre opinion, mais pour le coup, je me suis dit que cela allait être très difficile de passer derrière le film de 1982, tant il reste...
The Reef
Les films de requin c'est un peu comme la loterie : une chance sur un million de tirer le gros lot. En effet, pour un Dents de la Mer réussi (et toujours référence ultime du genre), combien de Shark Attack , Shark in Venice et Cruel Jaws les yeux effarés du spectateur ont-ils dû subir? Partant de ce postulat, l'annonce d'un nouvel essai cinématographique ayant pour thème principal nos...
Bait 3D
Il est difficile de se renouveler quand on parle de requins au cinéma sans en faire un film d'horreur moisi. Les productions Asylum sont là pour en attester avec leurs pléthores de films aux squales pixélisés ou ayant subi des mutations dégueulasses. Néanmoins, tous ces films de requins que l'on trouve médiocres ne le seraient peut-être pas si Les Dents de la Mer n'avait pas existé...