Voir la fiche complète du film : Yéti: Le Géant d'un Autre Monde (Gianfranco Parolini - 1977)

Yéti : Le géant d'un autre monde

Aussi déconcertant que pénible, Yéti – Le géant d’un autre monde ressemble à un pot-pourri cinématographique. Entre le mélange des genres, des incrustations foirées à l’extrême, une créature ridicule et un traitement calamiteux du début à la fin, on tient là une effroyable transposition de King Kong revue à la sauce transalpine. Le tout rehaussé par un ton familial proprement abrutissant. Un film dont la substance informe aura néanmoins fourni un nanar de luxe aux amateurs.
Publié le 30 Décembre 2018 par Dante_1984Voir la fiche de Yéti: Le Géant d'un Autre Monde
1
Primate

Les années 1970 sont particulièrement friandes des créatures mythiques qui ornent le tableau de chasse fantasmé des cryptozoologues. Le sasquatch, le bigfoot ou même l’abominable homme des neiges ont eu droit à quelques métrages plus ou moins dispensables. C’est notamment le cas de Sasquatch, the Legend of Bigfoot, Snowbeast ou encore Screams of a Winter Night. Il est en revanche un film de cette période qui est passé à la postérité: Yéti - Le géant d’un autre monde. Non pour ses qualités cinématographiques, mais pour son aura nanardesque dont l’absurdité rend la chose encore plus déconcertante. Et quand on apprend que le réalisateur a réellement voulu révolutionner l’industrie du septième art, on tient là quelque chose d’unique.

Lassie Vs Yéti !

Tout droit sortie de ses péplums transalpins, Gianfranco Parolini (crédité Frank Kramer pour l’occasion) s’essaye à un genre qui lui est presque inconnu. L’objectif est simple. Concurrencer le remake de King Kong par le pillage de son scénario et le remplacement de son «monstre» vedette. Au vu de l’ouverture sur O Fortuna (Carmina Burana), on s’attend à un film épique. Et, dans un certain sens, il le sera. Parfois jusqu’à la lie au regard de tout ce que l’on peut constater d’affligeant d’un point de vue formel. Car, dans le fond, Yéti - Le géant d’un autre monde n’apporte strictement rien au sujet principal. Par ailleurs, l’abominable homme des neiges est plus humain que ceux-ci.

Le scénario amalgame la ligne directrice de son homologue américain tout en y insufflant un mélange des genres passablement indigestes. Entre le film catastrophe, le survival animalier et le divertissement à destination d’un public familial, on touche à tous les profils de spectateur sans se soucier d’une quelconque cohérence. On fera l’impasse sur le gamin «tête-à-claque» inutile ou le fidèle compagnon à quatre pattes, sorte d’ersatz à Lassie dont on se serait bien passé. L’ensemble des protagonistes surjoue et se complaît dans le ridicule à tel point qu’ils ne sont jamais dans le ton suggéré par les scènes. Ces dernières sont alignées les unes derrière les autres sans transition aucune, comme si l’on assistait à des reportages décousus sur les ravages du yéti.

Un film qui se prend de haut à chaud, comme à froid

Pour essayer de nous faire passer la pilule, on nous impose des justifications pseudo-scientifiques à l’emporte-pièce qui ne floueront personne. Mais l’on retiendra surtout l’apparence du yéti en lui-même qui tient davantage de l’homme préhistorique mal embouché et non de l’hominidé coutumier des sommets himalayens. Sa taille démesurée (et variable) n’est nullement représentative de la bêtise sollicitée pour tenter de lui donner vie. Sans le moindre euphémisme, les incrustations pour traduire son gigantisme sont abominables. On notera également un décalage cocasse entre sa tignasse évoquant une crinière de lion et son cri, à mi-chemin entre le rugissement du fauve et le barrissement d’un éléphant!

À ce stade, on ne tient même plus là un film sur le yéti, mais un véritable florilège d’absurdités. Entre la férocité clairement affichée des premières scènes et l’animal de compagnie docile qui se dépeint progressivement, on souffle le chaud et le froid (littéralement) avec une palette d’émotions relativement restreinte et sans aucune nuance. Preuve en est avec les séquences de destruction minables qui précèdent des passages où le yéti s’interroge sur la frénésie des citadins. Pour ne rien gâcher, le thème principal est décliné à toutes les sauces. On a ainsi droit à un O Fortuna psychédélique, une variante sentencieuse et lénifiante, sans oublier celle où la touche disco s’invite de manière fortuite.

Tout est dit...

Au final, Yéti - Le géant d’un autre monde est un film issu d’une dimension parallèle où la nullité est synonyme de blockbuster spectaculaire. Malgré les intentions réelles et avérées de l’équipe de production, cette chose est un ratage total qui subsiste uniquement dans les annales du nanar. Entre un monstre géant plus terrifié que terrifiant, des acteurs (et des doubleurs) complètement dépassés par la situation et des effets spéciaux antédiluviens, on tient là tous les ingrédients pour découvrir un cinéma italien poussif et prétentieux qui présage de son déclin en devenir. Mal inspiré par son concurrent simiesque, ce yéti multiplie les tares à un rythme effréné. Idéal pour ne pas laisser le temps au spectateur de réfléchir, sauf si ce n’est sur sa condition mentale pour aborder une telle immondice.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Maléfique
La belle au bois dormant est sans aucun doute l’un des contes les plus populaires et connus. Entre le célèbre dessin animé de Disney, un ballet, un album de musique ou les apparitions des personnages en tant que guest-stars ( Shrek 3 ou Once upon a time ), l’histoire ne cesse de se perpétuer pour un public principalement jeune, mais pas seulement. Aussi, la volonté de produire une adaptation live...
Balada triste
Dès son plus jeune âge, Javier s'est vu confronté à la guerre civile qui a ravagé son pays et sa famille. Il en garde un souvenir amer et ne semble pas trouver le bonheur. Trente-cinq ans plus tard, il est embauché dans un cirque itinérant en tant que clown triste. Néanmoins, Sergio, le clown marrant, est un homme violent et impulsif qui tient sous son joug la troupe. C'était sans compter que...
Killing Sharks
Comme un grand nombre de prédateurs, le requin fait partie des animaux que l'être humain craint le plus, au même titre que le crocodile, la pieuvre géante ou encore l'ours. Il est donc assez logique que des producteurs peu scrupuleux tentent de jouer sur la peur de ces animaux en faisant des films d'horreur. Et ils ne sont pas nombreux à tirer leur épingle du jeu. On pourra noter le...
Alone in the Dark 2
Quand on reçoit le DVD d' Alone in the Dark 2 pour en effectuer la critique, on ne peut s'empêcher de penser aux atroces 90 minutes qu'avait constitué le visionnage d' Alone in The Dark premier du nom, adaptation complètement foirée du célèbre jeu-vidéo et réalisée par le "maître" Uwe Boll . Ce même Uwe Boll qui avait déjà commis un autre forfait devenu célèbre dans le...
Poltergeist
Quatrième long-métrage tourné par Tobe Hooper pour le cinéma, Poltergeist représente un sommet dans la carrière du réalisateur de Massacre à la tronçonneuse . Produit et scénarisé par Steven Spielberg, Poltergeist marque une certaine rupture de ton avec les précédents films de son réalisateur, tout en restant dans le registre de l’horreur et de l’épouvante. L’action se déroule dans une banlieue...