Voir la fiche complète du film : Zombie Honeymoon (David Gebroe - 2004)

Zombie Honeymoon

Un bon film de zombie (au singulier) mais qui manque quand même singulièrement d'action et de tension pendant sa première heure malgré de bonnes séquences dramatiques...
Publié le 8 Septembre 2009 par GeoffreyVoir la fiche de Zombie Honeymoon
6
Zombie

Il faut bien reconnaître une chose concernant les films traitant des mort-vivants, c’est que beaucoup se ressemblent. Du coup, pour s’extraire de la masse et briller quelque peu afin d’attirer l’attention du spectateur blasé, il convient de ruser. 28 jours plus tard et ses infectés, L’armée des morts et ses zombies ultra-rapides, Shaun of the dead et son humour décapant ou encore Zombie Anonymous et ses macchabées en quête de reconnaissance sont autant d’exemples de traitements originaux plus ou moins réussis du genre. Et c’est dans cette veine que s’inscrit Zombie Honeymoon, le métrage David Gebroe. Essai transformé ? C’est ce que nous allons voir.


Tu te sens mal chéri?

Danny et Denise sont des nouveaux mariés en route pour leur lune de miel. Pour l'occasion, un membre de la famille leur a prêté sa demeure, située sur le bord de la plage. C'est l'endroit rêvé pour passer quelques semaines en amoureux. Alors qu'il se repose sur la plage, Danny est assailli par un étranger qui lui régurgite un liquide noir dans la bouche. Denise s'empresse d'emmener son nouvel époux à l'hôpital où les médecins ne peuvent que constater son décès. Quelques minutes plus tard, Danny se réveille à la grande stupéfaction des médecins. Revenu à la maison, Danny se surprend d'avoir le goût de manger de la viande, lui qui est un végétarien depuis toujours. Son envie de viande se transforme rapidement en envie de chair humaine. À mesure que le temps progresse, il devient évident pour Denise que son mari se transforme en mort-vivant…


Petit bisou baveux...

Ne nous le cachons pas, le pitch de départ malgré son originalité n’est pas des plus excitants. Il faut dire qu’essayer d’associer du romantisme à un film de zombie n’est pas chose aisée et le risque d’ennui, voire de ridicule, était grand. Fort heureusement et pour notre plus grand plaisir, il n’en est rien ! Bien écrit et maitrisé, Zombie Honeymoon constitue une variation sur le mythe des zombies aussi sympathique qu’émouvante malgré quelques défauts minimes certes, mais regrettables.

Au rayon des points noirs, le plus important est sans conteste un flagrant manque d’action et de tension durant la première heure. Les quinze dernières minutes sont heureusement excellentes mais ne rattrapent qu’en partie ce qui a précédé. Ces soixante premières minutes ne sont pas mauvaises loin de là et nous présentent des personnages sympathiques, mais une fois atteints les deux tiers du film le spectateur commence logiquement à se demander s’il va finir par assister au carnage qu’il est venu voir. Ce sera heureusement le cas dans la dernière bobine mais c’est un peu dommage qu’à part une ou deux morsures, rien de vraiment marquant ne précède.


Toute la douleur d'un homme...

Bien sûr, faire un étalage de boucherie n’était pas le but recherché par le réalisateur et cette période de flottement n’est que le seul véritable défaut d’un film qui présente par ailleurs un visage tout à fait agréable. Enfin, pour être tout à fait honnête, il faut tout de même signaler un maquillage zombiesque parfois un peu hésitant et qui fait ressembler l’homme à un schtroumpf grandeur nature.

Mais une fois passé outre ces défauts, le film est une réussite. La réalisation de David Gebroe est de qualité de même que la photographie qui sont toutes les deux très pros et ne présentent pas le coté amateur que l’on pouvait notamment trouver dans Zombie Anonymous. Le réal ne cherche jamais à en mettre plein la vue et « se contente » d’une réalisation simple et limpide qui met l’accent sur l’histoire et non pas sur la forme.

L’interprétation est également d’un bon niveau pour les deux acteurs qui portent le film sur leurs épaules et pour peu que l’on accepte le fait qu’une femme puisse rester par amour avec son mari qui se décompose, le scénario trouvera grâce aux yeux du spectateur avec, en point d’orgue, une superbe et émouvante scène de dîner romantique entre les deux époux (je vous accorde que c’est assez étrange de dire cela en parlant d’un film de zombies).

Et pour relever l’ensemble, signalons également une très belle utilisation de la musique qui colle parfaitement à ce qui se passe à l’écran et souligne l’histoire de très belle manière.


Touchant, le film l'est à plusieurs reprises...

Bref, comme vous l’aurez compris, Zombie Honeymoon constitue dans l’ensemble une agréable surprise. Rien de fondamentalement révolutionnaire malgré la difficulté d'associer amour et zombie mais pour le spectateur qui est prêt à renoncer à assister à une boucherie permanente, le film remplira son devoir et parviendra en plus à émouvoir. Comme quoi tous les films d’amour ne sont pas forcément à l’eau de rose.
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Amityville : Darkforce
Depuis le second volet, la saga Amityville n’a plus grand-chose à offrir. Les suites se sont enchaînées et se sont révélées au mieux moyennes, au pire d’une infâme nullité. Le fait de voir arriver une septième itération relève donc plus de la gageure cinématographique que d’une nécessité à fournir une nouvelle pierre au mythe du 112 Ocean Avenue. La qualité déclinante, le manque...
Jack l'Éventreur
Malgré les multiples spéculations et les tout aussi nombreuses théories sur son identité, Jack l’Éventreur est resté une énigme dans les annales criminelles. Il a très tôt fasciné le public, au point de s’ancrer dans l’imaginaire collectif comme l’archétype du tueur en série. Par la suite, son mythe a perduré à travers des livres de faits, puis au centre de fictions...
Scarce
C'est écrit en gros sur la jaquette et sur le DVD: "Par le réalisateur de Saw 2, 3 et 4 ". Etrange... puisque les réalisateurs répondent aux noms de Jesse T. Cook et John Geddes . Quel est donc le lien avec Darren Lynn Bousman ? La réponse est plutôt étonnante et nous est donnée par la pochette Canadienne du film. Sur cette dernière figure la mention "avec commentaire de Darren Lynn Bousman" et...
Berberian Sound Studio
Monteur de documentaires réputé, Gilderoy (Toby Jones) débarque en Italie pour finaliser le montage sonore du dernier film fantastique de Giancarlo Santini. Dès son arrivée, cet anglais timide ne se sent pas à son aise face à ses interlocuteurs et vis à vis du film sur lequel il va devoir travailler, évocation d'un procès de sorcières. Dans une interview, le réalisateur Peter Strickland affirmait...
Vol 7500
Co-production impliquant les Etats-Unis et le Japon, Vol 7500 : Aller sans retour établit ce lien dans le récit par le biais d’un voyage en avion entre les deux pays. Au départ de l’aéroport de Los Angeles, les passagers embarquent pour un vol en direction de Tokyo. Différents groupes de personnes se constituent au fur et à mesure qu’ils s’installent dans la cabine. On découvre ainsi les...