Voir la fiche complète du film : Frayeurs (Lucio Fulci - 1980)

Frayeurs

Encore aujourd’hui, Frayeurs est l’un des films majeurs du cinéma horrifique transalpin. Lucio Fulci écœure et fascine par cette inéluctable descente aux enfers où la folie psychologique côtoie une souffrance charnelle extrême.
Publié le 29 Mars 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Frayeurs
8
Zombie

Réalisateur majeur du cinéma transalpin, Lucio Fulci a fourni certains des efforts les plus remarquables (et parfois méconnus) dans le domaine horrifique des années 1970 et 1980. Avec L’Enfer des zombies, il offrait la réponse européenne au Zombie de Romero. À bien des égards, Frayeurs s’avance comme un tournant dans sa carrière. Film charnière à la croisée des cultures et second volet de ce que l’on peut considérer comme sa propre trilogie dédiée aux morts-vivants, il démontre son talent de metteur en scène. Chef d’orchestre de sa symphonie macabre, il n’a pas son pareil pour imposer une atmosphère morbide au sein de son récit.

 

Bienvenue au cimetière de Dunwich, votre demeure pour l'éternité...

À sa manière, Lucio Fulci exploite le mythe du mort-vivant sous un angle plus radical et incisif que les productions américaines. Sans doute est-ce dû à ce côté charnel peu ragoûtant qui met l’accès sur la décomposition inéluctable des corps. Cette symbolique se retrouve à de nombreuses reprises, y compris sous le prisme d’un « pourrissement » psychologique de la communauté et des certitudes rationnelles. Une dégradation progressive qui apporte à la figure du zombie un aspect surnaturel. Preuve en est avec ces déplacements impossibles qui s’affranchissent des contraintes spatiales et même des obstacles.

Ces phénomènes paranormaux sont d’ailleurs caution à quelques tortures purement subjectives où il suffit (peut-être) de fermer les yeux pour éliminer la menace. Est-ce une simple affaire d’hystérie collective, comme le laisse à penser le comportement du psychologue ? Ce cauchemar éveillé n’est-il que la résultante de peurs profondément enfouies ? Comme le suggère le titre du film, l’histoire explore nombre d’entre elles, parfois toutes personnelles ; d’autres, jugées universelles. C’est notamment le cas de l’enterrement vivant ou de la damnation éternelle. Sorte de blasphème outrancier, le suicide du prêtre en est d’ailleurs la cause et le point d’orgue.

 

Une vraie tête de déterrée !

La violence graphique se veut récurrente, presque entêtante, tant elle se retrouve dans plusieurs séquences. Elle se manifeste parfois à la limite du grotesque, comme cette hypnose où les larmes de sang précèdent au vomissement des entrailles de façon littérale. Cette régurgitation est également significative dans le sens où elle constitue une subtile analogie du rejet du dogme religieux et de la morale. Là encore, le lien avec le mort-vivant tend à rendre l’ensemble cohérent. En effet, cela renvoie de manière explicite à la putréfaction des cadavres, ainsi qu’à cette boue mêlée de sang, grouillante d’asticots.

Bestioles primaires que l’on retrouve dans une scène évocatrice du climat délétère qui imprègne Frayeurs. Auréolé de la bande-son hypnotique de Fabio Frizzi, qui n’est pas sans rappeler le travail du groupe The Goblins, le récit emprunte aussi quelques thématiques propres à l’univers de Lovecraft. Au-delà du nom de la ville (Dunwich), on songe à cet archaïsme latent qui hante les rues et les mentalités afin de mieux dissimuler de sombres secrets. Le monde souterrain s’apparente également à une sorte de purgatoire, coincé entre la vie et la mort, où toutes les exactions et les horreurs sont possibles. Un reflet déformé de ce que l’on considère comme la réalité…

 

Certains n'ont pas attendu pour manger les pissenlits par la racine

Avec Frayeurs, Lucio Fulci présente sa propre vision de l’enfer. Un lieu macabre, sombre et nihiliste où la folie précède à la souffrance. L’histoire peut paraître simpliste de prime abord. Elle recèle néanmoins une force évocatrice rare qui magnifie son sujet initial dans des méandres insoupçonnables (et tentaculaires ?) à la limite de ce qu’un esprit humain peut concevoir. En cela, l’ambiance est parfaitement représentative d’influences élogieuses telles que l’œuvre de Lovecraft. Déstabilisante, oppressante, l’intrigue se veut une plongée sans retour dans des ténèbres qui ne connaissent pas de fin ni de début. Une fable puissante sur la notion de péché et l’interprétation de la damnation.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Peur Bleue
Peur Bleue , alias Silver Bullet pour le titre en v.o., nous entraîne dans un petit bled du nom de Tarker’s Mills comme Stephen King les aime tant avec ses habitants sympas, ses jeunes ados et pré-ados qui n’hésitent pas à prendre leur courage à deux mains pour faire face au danger et ces parents incrédules et/ou alcoolo (on salue la prestation désabusé de Gary Busey !). Bref, du Stephen King pur...
Alone in the Dark 2
Quand on reçoit le DVD d' Alone in the Dark 2 pour en effectuer la critique, on ne peut s'empêcher de penser aux atroces 90 minutes qu'avait constitué le visionnage d' Alone in The Dark premier du nom, adaptation complètement foirée du célèbre jeu-vidéo et réalisée par le "maître" Uwe Boll . Ce même Uwe Boll qui avait déjà commis un autre forfait devenu célèbre dans le...
Goal of the Dead
On dit souvent que le film de genre français est mal aimé, pas assez soutenu (notamment par les aides publiques), puis boudé par les spectateurs. Des affirmations malheureusement vraies au regard des films sortis en salles ces dernières années. Livide de Julien Maury et Alexandre Bustillo, La Traque d'Antoine Blossier, Le Village des ombres de Fouad Benhammou ou encore La Meute de Franck...
Ginger Snaps : Resurrection
Après la mort de sa soeur Ginger, Brigitte s'est évadée dans la nature, tentant d'enrayer la progression de sa contamination en s'injectant régulièrement des doses d'aconit. Cependant, elle est poursuivie depuis plusieurs jours par l'un de ses féroces congénères. Donner une suite à un film n'est jamais chose aisée, surtout lorsque l'originel avait donné lieu à une...
Dredd
Le personnage de Judge Dredd, créé par John Wagner et Carlos Ezquerra, fait sa première apparition dans 2000 A.D, une revue britannique de science-fiction, en 1977. Mais ce n'est qu'en 1990 que le personnage possède sa propre série avec Judge Dredd Magazine. Ce personnage deviendra vite emblématique par sa représentation de la justice et par la violence du propos. L'univers dans lequel évolue le...