Voir la fiche complète du film : Sinister (Scott Derrickson - 2012)

Sinister

Boudé injustement par de nombreuses salles françaises lors de sa sortie au cinéma, Sinister mérite incontestablement une seconde chance.
Publié le 25 Mars 2013 par GORE MANIACVoir la fiche de Sinister
8
Diable et Démon Ecrivain

Auteur d'un best-seller il y a dix ans de cela, Ellison Oswalt est depuis en quête d'un nouveau succès marquant. Endetté, il emménage avec sa femme et ses deux enfants dans une maison dans laquelle d'odieux meurtres ont été commis.
A mesure qu'il commence ses investigations pour son nouveau roman à sensation, Ellison découvre dans le grenier de la demeure un vieux Super 8 et des bobines de films. Des faits mystérieux commencent alors dans la maison.

Le producteur Jason Blum était attendu au tournant après le remarquable Insidious. Ici, les fantômes cèdent leur place à une terreur beaucoup plus palpable.
Derrière la caméra, il fait appel à Scott Derrickson. Les amateurs de fantastique le connaissent plutôt bien. Débutant sa carrière de réalisateur avec le cinquième volet de la franchise des Hellraiser (le dernier épisode honorable, dans lequel le cinéaste y dévoilait déjà quelques qualités) et le trop sous-estimé Exorcisme d'Emily Rose, il avait démontré ses limites en terme de gros budgets avec l'absurde remake du Jour où la Terre s'Arrêta. Co-scénariste de Sinister, il revient donc à ce qu'il sait le mieux faire : les séries B malicieuses et tourmentées.
Côté casting, Ethan Hawke est la seule tête d'affiche connue de ce métrage. Pour une première expérience dans l'univers de l'épouvante, on peut dire que le comédien s'en tire à merveille dans le rôle d'un écrivain has-been tiraillé entre sa soif de célébrité et sa vie de famille.

Pour des raisons économiques autant que par curiosité malsaine, Oswalt s'installe dans la demeure dans laquelle toute une famille a perdu la vie. Il souhaite poursuivre l'enquête de la police, et savoir ce qu'il est advenu de la petite fille de cette famille, dont personne n'a retrouvé la trace. Il déniche rapidement dans le grenier un Super 8 encore en état de marche et croit regarder de vieux films de famille oubliés de tous, lorsqu'il comprend qu'il assiste à des mises à mort filmées par un étrange personnage. Dès lors, d'inquiétants événements se produisent la nuit dans la maison, mettant à mal la santé mentale fragile d'Ellison.
Le point fort de Sinister réside dans sa capacité à faire monter crescendo une terreur sourde, illustrée à merveille par l'obsédante bande musicale de Christopher Young (The Grudge), surtout lors de la vision des snuffs. Contrairement à Paranormal Activity et autres films du même genre auquel Sinister est quelque peu rattaché (à tort sans doute), nous avons ici droit à un scénario élaboré et soigné, Derrickson prenant le temps d'installer ses personnages dans la première partie du film.
On peut donc parler de thriller autant que d'épouvante dans une enquête riche en rebondissements qui nous prend aux tripes, même s'il faut davantage parler de sursauts ou de frissons que d'horreur pure.

L'identité du tueur demeure l'autre point original de Sinister. De plus en plus effrayant à mesure qu'on peut mettre un visage sur ce tueur opérant depuis plusieurs décennies, celui-ci n'a rien à voir avec le banal serial killer vu et revu.
Démon païen dévoreur d'enfants (et de leurs âmes en particulier), Bagul s'avère être un monstre inquiétant, qui retiendra notre attention jusqu'à un dénouement loi d'être inattendu, mais qui a le mérite d'aller au bout de sa logique (ce qui n'est pas toujours le cas à Hollywood).

Boudé injustement par de nombreuses salles françaises lors de sa sortie au cinéma (car s'éloignant trop du style fantastique en vogue en ce moment), Sinister mérite incontestablement une seconde chance, ne serait ce que pour la qualité indéniable de son scénario, sa mise en scène sobre et l'interprétation d'Ethan Hawke, qui tient peut être ici son meilleur rôle.
Sans être révolutionnaire, ce métrage se démarque suffisamment en quelques points pour lui permettre de ne pas être oublié aussitôt vu, et donne envie de suivre de près les prochaines réalisations de Scott Derrickson.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Wolfcop
Lou est policier dans une bourgade quelconque du Canada. Alcoolique et paresseux, il est toujours en retard, ce qui lui vaut d’être constamment rappelé à l’ordre par son supérieur et d’être ridiculisé face à l’efficacité de sa collègue Tina. Pilier de comptoir du rad local où il échoue régulièrement pour étancher sa soif et draguer la serveuse sans succès, Lou est chargé par son chef d’aller...
Insidious: Chapter 2
Il est de plus en plus difficile de trouver des artisans de l'horreur. Si dans les années 1980 le genre était assez prolifique, grâce à des réalisateurs comme John Carpenter et son Halloween , mais surtout Sam Raimi avec son Evil Dead , film qui fourmille de détails et d'idées autant sur le plan technique que scénaristique. Les effets numériques ont par la suite un peu tué tous ces...
Urban cannibals - The Ghouls
Pour tourner un film, il faut quatre choses très précises : l'envie (l'envie de faire quelque chose de bien, de fort et de narrer une histoire prenante et originale), le talent (Certains réalisateurs se font remarquer dès le premier court-métrage comme Neill Blomkamp), des acteurs (difficile d'être crédible si l'on fait jouer ses potes ou sans un rôle principal charismatique) et enfin, de l'...
Star Trek
Des années que les fans l’attendaient et il est enfin là, sept ans après Némésis , le dixième film de la saga. Avec à la barre J.J. Abrams , auteur d’un incroyable Mission impossible 3 et créateur des séries que sont LOST, Alias et la toute récente Fringe , Star Trek 11 a finalement débarqué sur nos écrans. Onzième film ? Pas tout à fait car le métrage est intitulé Star Trek , un...
Evil Dead
Le film d'horreur a beau être un genre ultra-référencé, l’annonce d’un nouveau remake, d’un reboot ou d’une préquelle d'un de nos précieux classique fait à chaque fois frémir. Si l’on a bien trop tôt fait de crier à l’hérésie ou au manque cruel d’imagination des scénaristes et producteurs actuels, l’histoire nous a pourtant appris qu’il ne faut pas pour autant ranger ces films dans la catégorie...