Voir la fiche complète du film : The Last Sharknado: It's About Time (Anthony C. Ferrante - 2018)

The Last Sharknado : It's About Time

Une intrigue construite uniquement sur la base d’illogismes et d’inepties pour conclure en « apothéose » l’un des pires étrons du survival animalier. Une nullité telle qu’elle repousse les limites du concevable en la matière. D’autant plus incompréhensible que cela ne fera que renforcer le statut culte et néanmoins usurpé de la saga.
Publié le 16 Septembre 2018 par Dante_1984Voir la fiche de The Last Sharknado: It's About Time
1
Voyage dans le Temps Requin

Depuis 2013, Sharknado est devenu un phénomène aussi inexplicable qu’incongru. Malgré sa débilité clairement affichée, une équipe au rabais et un concept fauché en rase-mottes, Anthony C. Ferrante a réussi le pari hautement improbable de rendre «culte» un étron du septième art. Comme évoqué dans les critiques des précédents volets, la nullité s’est avérée un standard de qualité. Prétexte appuyé par le sacro-saint divertissement d’une masse abrutie par quelques produits plus ou moins licites. Fort heureusement, il faut bien une fin à tout, même aux pires exactions du septième art. Si nul n’est prophète en son pays ou son époque, force est de reconnaître que Fin Shepard a pris le dicton au mot avec un voyage dans le temps en guise de baroud d’honneur.

On bouscule l'ordre de la chaîne alimentaire !

Prônant une apocalypse d’un genre nouveau,le cinquième opus se terminait en queue de poisson pour tenter de fournir un dernier effort poussif. Après avoir écumé les genres et les références cinématographiques en tout genre, on a droit aux premiers requins voyageurs temporels de leur état. Si l’on connaissait la saga d’Asylum pour son manque de cohérence entre chaque séquence, celles-ci trouvent dorénavant une justification à sa mesure avec des passages alambiqués entre différentes époques. L’occasion est donnée de saper les derniers pans de raison des spectateurs en massacrant l’histoire et des films cultes dont le statut n’est, en l’occurrence, guère usurpé.

On songe bien évidemment à Retour vers le futur, mais aussi aux œuvres arthuriennes (Excalibur, Princess Bride...) ou les odyssées préhistoriques, comme La guerre du feu. Cela passe par des répliques cinglantes, ainsi que par des saynètes au résultat affligeant. Car non satisfait de promouvoir une telle débandade dans la cohésion narrative, les transitions se font à coup de projection dans les airs, dignes des plus mauvais cartoons. Pour ceux qui en douteraient encore, on peut évoquer la chasse aux requins à dos de ptéranodon, la fée Morgane reconvertie en travesti mal embouché ou une allusion à Roboshark au 210e siècle de notre ère avec des sentinelles décérébrées.

Haut les flingues, pied-tendre !

À ce stade, les requins n’ont plus la moindre importance en eux-mêmes. On ne peut même pas parler d’une menace en tant que prédateurs, mais simplement d’un caprice météorologique qui investit tous les pans de l’histoire connue et inconnue. On se contente de quelques coups de pompes bien placées, de survoler les sharknado ou de jouer au baseball avec les squales. Pour les attaques, ça croque des seconds couteaux entre deux rafales. Inutile de s’attarder sur la variété des espèces qui compose ces tornades d’un autre temps. Tant au niveau de la taille que des disparités morphologiques, les squales se suivent et se ressemblent dans leur pathétique vol planant.

Dans de telles circonstances, on ne peut escompter une once de réalisme, mais était-il nécessaire de multiplier les anachronismes et autres reconstitutions bancales pour justifier la connerie antédiluvienne qui émane de ce produit? Toujours est-il que la variété des époques se heurte au grand n’importe quoi d’une intrigue à la nullité intrinsèque. Et l’on ne peut même pas se retrancher vers une abondance de situations aussi «généreuses» qu’improbables. Un clin d’œil au feuilleton Beverly Hills 90210 et un retour aux sources du concept n’enlèveront rien à un dénouement en roue libre. Ainsi, on peut croiser au détour d’un vortex temporel des gladiateurs, des boxeurs, une navette spatiale, sans oublier Adolf Hitler. Cherchez l’intrus...

Surfnado on the beach !

Au final, The Last Sharknado : It's About Time est à l’image du reste de la franchise. À savoir, opportuniste, incroyablement mauvais et d’une stupidité omnipotente. Le simple fait que son succès tient à sa nullité a de quoi laisser perplexe. Il existe des métrages fun et décomplexé qui n’ont pas besoin de s’afficher en tant que nanar ou faux nanar pour divertir. Force est de constater que la formule fonctionne et continue à faire des émules, au grand dam de véritables productions animalières. À moins de partager le mauvais goût des scénaristes ou de confondre convivialité et absurdité pour des soirées entre amis, cet ultime opus, comme le reste de la franchise, ne mérite aucune considération. Plus un bad trip qu’un délire réjouissant.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Solitaire - Eaux Troubles
Solitaire est le deuxième film du réalisateur australien Greg McLean , après un Wolf Creek percutant et effrayant. Seulement le film est-il aussi réussi que Wolf Creek ? S'attaquant au genre animalier, McLean s'essaye à un nouveau thème dans le cinéma de genre et il le fait avec une certaine réussite. Plongeons dans les eaux sombres australiennes et confrontons-nous à un vilain croco. Swimming in...
L'enfer des zombies
À plus d’un égard, L’enfer des zombies occupe une importance particulière dans le genre horrifique et le cinéma transalpin. Surfant sur la vague initiée par les films de Romero, le présent métrage est également considéré comme le premier film d’horreur de Lucio Fulci. Déjà versé dans le giallo et le thriller sulfureux, comme l’attestent Le venin de la peur et L’...
Doom
La saga Doom est connue de tous les fans de jeux vidéo pour avoir popularisé tout un genre : le FPS (First Person Shooter). Certes, il y avait bien Wolfenstein , mais Doom était tellement novateur et supérieur à son aîné de seulement un an qu'on lui donna son nom pour caractériser les jeux de tirs à la première personne, soit "Doom-like". Des couloirs labyrinthiques, des beuglements...
Sharktopus
Entre deux épisodes de la saga Détour mortel, Declan O'Brien troque les régions boisées et reculées de la Virginie pour des eaux turquoise, des plages de sable fin, de jeunes donzelles en bikini et une bestiole comme vous n'en avez encore jamais vu. On le sait la sharksploitation est toujours une manne providentielle pour des producteurs peu scrupuleux. En tête de liste, les studios...
Slender Man
Considéré comme une légende urbaine montée de toute pièce pour une diffusion virale sur le web, Slender Man est un personnage aussi inquiétant que passionnant. La silhouette humaine élancée, d‘où son patronyme, l’absence de visage renvoyant à un anonymat dans sa forme la plus stricte... Ces caractéristiques sont ancrées dans l’imaginaire collectif sous des noms et des mythes...