Voir la fiche complète du film : Swimming pool : la piscine du danger - The Pool (Boris von Sychowski - 2001)

Swimming pool : la piscine du danger - The Pool

Un slasher efficace, mais cruellement dépourvu d'originalité...
Publié le 6 Août 2012 par GeoffreyVoir la fiche de Swimming pool : la piscine du danger - The Pool
6

Avant toute chose, sachez que si vous êtes allergique aux slashers, vous pouvez arrêter tout de suite votre lecture, car Swimming Pool est un slasher 100% pur jus, 100% classique, avec tout ce que le genre comprend d'adolescents têtes à claques, d'incohérences géographiques et temporelles, et de mobiles foireux.

Par ailleurs, il est clair que sans la vague de néo-slashers lancée par Scream, Swimming Pool n'aurait jamais vu le jour car il reprend sans vergognes les grandes lignes du film de Wes Craven, allant jusqu'à imiter la scène d'intro (avec téléphone et cuisinière allumée), le costume du tueur (vêtu de noir et masque blanc), ainsi que le mobile foireux.
La seule originalité consiste à avoir déplacé l'action dans un cadre différent, ici un parc aquatique.


Quoi ? Oui, mon cousin a joué dans Scream. Et alors ?

L'histoire ? Une bande de jeunes part faire la fête dans un centre aquatique. Mais alors que l'alcool coule à flot, ils commencent à disparaître, l'un après l'autre... Difficile de faire plus simple. Une simplicité dont Swimming pool ne se démarquera à aucun moment. Tout dans ce film respire le déjà-vu, exception faite du cadre de la piscine et de l'une ou l'autre mise à mort.
Je me dois tout de même de préciser que le mobile du tueur fait partie des plus foireux du genre (et Dieu sait qu'on en a vu des mobiles qui ne ressemblaient à rien), tandis que l'enquête policière est à hurler de rire.
Mais bon, cela s'inscrit assez bien dans l'ambiance décontractée du métrage, donc ce n'est pas dérangeant. Au contraire, cela participe à la bonne humeur et au fait que l'on suit les 90 minutes avec un demi-sourire amusé.

Cela dit, si le scénario n'est pas reluisant, la réalisation est efficace et fait aisément passer la pilule tandis que quelques séquences valent franchement la peine d'être vues (le meurtre du toboggan, la séquence dans le conduit d'aération). On ne sursaute pas, mais on est parfois agréablement surpris.


Trop mortel ce toboggan !

Coté casting, c'est le désert, ou disons plutôt que personne ne sort du lot. Tous les jeunes sont corrects dans leur rôle, sans surjeu ou monolithisme castrophique. C'est cool, c'est BCBG, c'est sans un poil de graisse, bref, c'est du jeune comme on en voit au kilo dans les slashers.
Notons tout de même que l'on aura le plaisir d'apprécier un tout jeune James Mcavoy (X-Men : Le commencement) dans une composition amusante.


Ah ça, il est encore loin le professeur Xavier...

Bref, si jamais quelqu'un vous dit "quand on a vu un slasher, on les a tous vu, de grâce, ne lui conseillez pas de regarder Swimming Pool pour le faire changer d'avis. Par contre, le film est conseillé aux amateurs de ce sous-genre particulier, répétitif, mais tellement jouissif quand c'est bien fait.
 

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Masques de cire
Les années 1930 marquent un tournant dans l’histoire du cinéma. Les films parlants se démocratisent, tandis que la richesse des genres tend à s’affiner et à s’affirmer. Aventures, polars et fantastique succèdent non sans difficulté à la période expressionniste. La transition laisse dans son sillage des idées de réalisation et d’interprétation propres au muet. Cela se voit...
Alfred Hitchcock Présente
*Attention, cette critique contient quelques spoilers.* Le maître du suspense, Alfred Hitchcock en personne, présente une série d'histoires macabres et singulières, ayant souvent pour thème central le meurtre. De 1955 à 1962, la série Alfred Hitchcock Présente proposa plus de 250 épisodes, d'une trentaine de minutes chacun, réunissant de nombreuses stars, devant et derrière la caméra. A l...
Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone
Série japonaise culte, Neon Genesis Evangelion est quasiment un passage obligé pour tous les fans de Mécha ou d'animation nippone. Il faut dire que la réalisation excellente ainsi qu'un scénario en béton (malgré une fin plutôt bâclée) avaient mis tout le monde d'accord et généré un enthousiasme rarement vu, entraînant dans son sillage une horde de fans. Bref, Evangelion avait été un gros succès...
Halloween 2
INTRODUCTION « Le cheval blanc symbolise l’instinct, la pureté et la propension du corps physique à libérer des forces émotionnelles puissantes telles que la colère génératrice de chaos et de destruction… » -Extrait de l’inconscient psychique des rêves En 2007 sortait sur les écrans le remake d’ Halloween par Rob Zombie . Attendu avec ferveur, le film ne...
The Thompsons
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Recherchés par la police suite à une sanglante altercation avec des voleurs dans une station service, les cinq membres de la famille Hamilton quittent le territoire américain. Suite à des recherches méticuleuses, ils entendent parler d'une famille de vampires habitant près de Londres et y envoient Francis en éclaireur. Révélation du...