Voir la fiche complète du film : La Maison au Bout de la Rue (Mark Tonderai - 2012)

La Maison au Bout de la Rue

Derrière des atours de thriller horrifique parfaitement assumé, La maison au bout de la rue dissimule une intrigue bancale dénuée d’originalité et plombée par une romance hors de propos dans un tel métrage. Pas de frisson, pas de suspense et peu d’intérêt pour qui oserait se fourvoyer dans cette impasse.
Publié le 27 Octobre 2014 par Dante_1984Voir la fiche de La Maison au Bout de la Rue
4

Le foyer révèle l’intimité de chacun. Il est à la fois un refuge et un exutoire. Une fois les portes fermées, les rideaux tirés, les barrières sociales s’effondrent pour laisser entrevoir une vérité que l’on préfère ignorer. La maison est le catalyseur parfait pour les films de genre : fantômes, psychopathes, maltraitances ou persécutions. D’ailleurs, les titres de certains métrages plus ou moins controversés soulignent cette fracture dans la sphère personnelle : La maison au fond du parc, La dernière maison sur la gauche ou Last house on dead end street pour n’en citer que quelques-uns. Donnant lieu à des huis clos oppressants ou de belles déconvenues, ce thème revient sur le devant des écrans avec La maison au bout de la rue.

Dans un premier temps, l’histoire véhiculera l’isolement de propriétés reculées en marge d’une petite ville afin d’accentuer le côté dérangeant d’un massacre familial. Les bases sont posées dans l’introduction avec une certaine vivacité, ce qui laisse augurer un thriller aux tendances horrifiques des plus délectables. En ce sens, on saluera le travail effectué sur la photographie qui exploite la lumière de chaque pièce de telle manière à matérialiser une atmosphère lourde et menaçante. Le grain de l’image paraît un peu trop surfait, mais est en adéquation avec le ton général. Le danger n’est pas qu’un mauvais souvenir, comme l’apprendront bien vite les protagonistes.

Malheureusement, un enrobage flatteur ne suffit pas pour capter l’attention du spectateur sur la longueur, encore moins donner un résultat global convaincant. Lesdits personnages possèdent une caractérisation digne d’un slasher lambda, enfin presque. Il est vrai que l’on notera un petit effort sur le duo de têtes. Le tempérament complexe de Ryan ou la volonté d’Elissa à franchir les apparences pour s’intéresser à l’homme derrière les drames qui le pourchassent. Mais les seconds rôles sont tous, sans exception, de vagues clichés destinés à des réparties qui manquent de répondant et occupent l’écran sans la moindre présence. Ce remplissage de façade ternit la prestation des acteurs qui s’avérait, jusqu’alors, correcte et impliquée.

 

Malgré cet aspect fondamental bâclé, l’on peut espérer que le scénario redressera la barre. Les bases posées avaient tout pour susciter frissons et retournements de situations opportuns. Là encore, le soufflé retombe trop rapidement avec une progression cousue de fils blancs. Ceux qui sont rompus à l’exercice devineront sans mal la conclusion. Cette pirouette ultra-prévisible ne tente même pas de se cacher derrière des fausses pistes ou des indices trompeurs. Non, l’on préfère se pencher sur la romance naissante entre les têtes d’affiche plutôt que d’entretenir l’ambiguïté. La majorité du métrage se concentre sur le quotidien banal d’une adolescente banale en mal de repères (déménagement oblige).

À vrai dire, la violence y est quasiment inexistante. Le massacre se dissimule sous un cadrage approximatif où une myriade de plumes d’oreillers tombe sur le plancher. Les morts (ou disparitions) s’avèrent trop éparses et irrégulières pour appuyer une tension qui ne décollera que dans le dernier quart d’heure dans une habile traque en vase clos. Pour un thriller aux tendances horrifiques (tant le ton, l’histoire ou l’image va vers ce sentiment), cette édulcoration volontaire en frustrera plus d’un. L’on voit que le film est calibré pour contenter un public assez large. En ce sens, la présence de Jennifer Lawrence n’y est pas étrangère pour rameuter ses hordes de fans.

L’ennui n’est pas forcément de rigueur, mais les séquences se suivent et se ressemblent avec une indifférence croissante. À aucun moment, l’on n’éprouvera de l’empathie pour les personnages ou l’on sentira une angoisse nous étreindre. À n’en pas douter, voilà son plus grand défaut : l’absence d’émotions. Malgré son ambiance, les subterfuges et autres maladresses qui parsèment l’intrigue empêchent de s’identifier aux événements. L’histoire n’appuie même pas sur sa banalité (dans le bon sens du terme) qui laisserait croire que « ça pourrait arriver à n’importe qui ». À défaut d’effrayer, cela aurait pu instaurer un malaise, même modeste.

La maison au bout de la rue montre que l’emploi anodin d’un simple mot (ou d’un titre) peut susciter des attentes et une idée du métrage à venir pour des cinéphiles avertis. Malgré des artifices de façade séduisants (la photographie en tête), les limites narratives peinent à faire avancer une intrigue prévisible. Long et frustrant de voir une entame prometteuse gâchée de la sorte, le film de Mark Tonderai contentera un public novice ou peu exigeant qui porte davantage son intérêt sur la forme que sur le fond. Il en découle un thriller horrifique (presque) pour toute la famille (à partir de 12 ans tout de même) qui n’évoque rien d’extraordinaire chez le spectateur.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

2001 Maniacs
Un groupe de jeunes partis en vacances se retrouvent à Pleasant Valley, une bourgade perdue du sud des États-Unis qui les accueille à bras levés. Mais cette bonne humeur apparente cache un appétit insatiable pour… la chair humaine. Considéré à tort ou à raison comme un film culte, 2000 maniacs avait au moins le mérite d'être le précurseur du cinéma gore. Aussi, le remake voit le jour...
Sharktopus Vs Whalewolf
Au même titre que Sharknado , la saga Sharktopus est devenue le porte-étendard du mauvais goût et du grand n’importe quoi. Sous couvert d’un survival animalier bas de gamme (on arpente le domaine de la série Z) où de pulpeuses donzelles se déhanchent en tenue légère, Roger Corman creuse toujours plus profondément dans l’insondable débilité humaine. Au regard de ce qui sort actuellement, c’en est...
Monsters
Alors qu’une zone de quarantaine est délimitée entre le Mexique et les Etats-Unis suite à l’apparition d’une vie extraterrestre, Samantha et Andrew sont contraints de traverser la zone infectée pour rejoindre leur pays. Gareth Edwards fait partie de ces nouveaux réalisateurs qui disposent d’une vision précise et très marquée de leur métier. Avec Monsters (son premier long-...
Last of the Living
Quand on s’attaque à un thème aussi exploité que les morts-vivants ou la comédie de zombies en l’occurrence, il faut avoir un minimum d’idées et un scénario potable pour se lancer dans l’aventure. Faire un film sans imagination et surtout sans apporter un petit quelque chose au genre, c’est un peu comme suivre le troupeau de moutons qui saute de la falaise. Autrement...
Waterworld
Dans un futur lointain, la Terre est recouverte d'eau de part et d'autre du globe. Chacun tente de survivre à sa manière tandis qu'un groupe de rebelles poursuit une jeune fille dont le tatouage indiquerait une île, véritable Eldorado. En 1995, doté d'un budget monumental, Waterworld se présente comme le Blockbuster de la décennie. Figure du moment à Hollywood, Kevin Costner était...