Voir la fiche complète du film : Gangsters Guns And Zombies (Matt Mitchell - 2012)

Gangsters Guns And Zombies

Une comédie horrifique fauchée et pas vraiment drôle qui demande beaucoup d'efforts pour la voir dans son entièreté. Classique jusqu'au bout des ongles, un road-movie horrifique banal, bancal et peu engageant. À la limite, il pourrait contenter les amateurs de série Z, mais rien n'est moins sûr...
Publié le 22 Février 2013 par Dante_1984Voir la fiche de Gangsters Guns And Zombies
4
Zombie
Une bande de braqueurs un peu maladroits se retrouvent en pleine invasion de morts-vivants. Ils décident de se rendre à leur (autre) planque pour se mettre au vert quelque temps.

Les comédies zombiesques (ou zombédies) ont le vent en poupe depuis le succès mérité de Shaun of the dead. Les productions se sont multipliées avec plus ou moins le souci de respecter le genre. Parmi les réussites, nous pouvons citer Fido ou Bienvenue à Zombieland. Certes, leur budget confortable permettait d'avoir des films de premier ordre. Pourtant, nul besoin d'argent pour trouver des petites perles comico-horrifiques. Pour rester dans le même registre, Dead and breakfast ou Dead snow se révélait de bonnes surprises. Aussi, ne nous arrêtons pas à la modestie apparente de Gangster, guns & zombies. L'éditeur Emylia nous offre un Blu-ray (et DVD) d'excellente facture (en dépit de l'absence de bonus) et fidèle à sa politique de démocratiser un cinéma qui n'a pas forcément toujours les moyens de ses ambitions.


La restauration rapide n'est plus ce qu'elle était.

Nous saluons donc la démarche, mais ce n'est pas pour autant que le présent film fera des émules. Malheureusement, l'histoire (à l'image du titre) se révèle d'une banalité confondante. Notre monde ou ce qu'il en reste est une nouvelle fois envahie par une horde de morts-vivants malfamée qui décident d'anéantir notre espèce. Tout comme l'équipe en charge du projet, on ne doute pas de leurs bonnes intentions. Toutefois, l'on regrette cette simplicité navrante qui se confirme à tous les niveaux. En clair, Gangster, guns & zombies est loin de renouveler le genre. Pire, il ne lui apporte rien tout en ressassant les poncifs de circonstances. Une démarche des plus discutables.

Durant la totalité du métrage, on ne peut oublier que nous sommes face à une production complètement fauchée. Loin d'être vomitive, la réalisation se révèle basique avec quelques idées piochées çà et là. On constate que le cinéaste connaît ses classiques et est un amoureux du genre, mais ne parvient à aucun moment à s'en départir. Outre les effets de style gonflant et inutile (caméra excentrée, double plan...), on notera quelques passages (un ou deux) où l'attaque des morts-vivants s'apparente à un faux documentaire, ce que le film n'est pas. Et ce n'est pas les figurants en rogne qui contrediront cet état de fait.


Une mauvaise blague.

D'ailleurs, les zombies sont loin d'être une franche réussite. On les barbouille d'un maquillage grisâtre absolument ringard et grossier, les acteurs font les gros yeux et le tour est joué. Détail amusant, leur vaine course se ponctue par un moulinet des bras risibles (la seule chose réellement comique au fond) des plus incompréhensibles. À noter qu'un petit effort a été fait sur les costumes. On retrouve les contaminés lambda, mais aussi une troupe de cirques, des fans de jeux de rôles ou un zombie nu... Incongru et décalé, mais insuffisant pour nous dérider. Concernant le gore, les gerbes de sang se font plutôt rares. Entre les giclées numériques abominables et celles avec du liquide bien trop clair et fluide, on nous affuble des hors-champ bien plus faciles à maîtriser.

Et ce ne sont pas les protagonistes qui rattraperont l'ensemble. On nous dessert une brochette de caricatures creuses et impavides qui ne parviennent à aucun moment à hisser le récit vers des contrées burlesques. Entre Muscles (un ersatz de monsieur Propre anglais) nantis d'un pois chiche en guise de cerveau, de Steve le cinglé ou Pat le coincé, le film aurait dû s'appeler : Stupid guys, guns & zombies. Inutile d'escompter l'aide du jeune paumé Q (le "zéro" de l'histoire) pour relever le niveau. Ils ne comprennent rien. Même les cadavres ambulants ou les avertissements de la radio ne parviennent à les sortir de leur trip de braquages. Il leur faudra un éclair (miracle) de lucidité pour prendre les choses en main.


Il n'y a pas que le gasoil qui manque...

L'aspect faussement comique devient vite lourd et redondant. Les répliques prémâchées sont agaçantes. Les « Qu'est-ce que tu fous ? » « Non, pas par là ! » ou le toujours très élaboré « Venez, connards ! » sont de la partie et n'offrent aucun second degré. Seul le doublage français peut faire sourire de par son absurdité. Quant aux acteurs, leur jeu est au ras des pâquerettes avec des mimiques sommaires et une présence qui frôle le niveau zéro. À cela, la succession des situations se révèle vite redondante. Le récit se découpe en segments de manière assez irrégulière. L'on passe du braquage (réussit ou pas), de la planque à rejoindre et d'un détour vers une autre planque avant de mettre les voiles dans l'indifférence générale.

Bref, Gangster, guns & zombies est une série Z peu emballante. Présenté comme un western urbain drôle et déjanté, le film de Matthew Mitchell ressemble davantage à un pénible road-movie horrifique. Mis à part une bande-son assez trépidante, parfaitement dans le trip apocalyptique et pseudocomique, cette zombédie multiplie les errances bien malgré elle. L'histoire repompe les codes du genre sans jamais s'en écarter. On ne parvient que trop difficilement à un dénouement clairement prévisible depuis le départ (y compris qui va survivre ou pas). En dépit d'une volonté certaine à surfer sur la vague comédie horrifique, voilà un film appelé à sombrer dans l'oubli.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Elfen lied
Lucy, une jeune fille aux pouvoirs télékinétiques effrayants, s'échappe d'un laboratoire où elle subissait de terribles expériences. Elle échoue sur une plage et se retrouve recueillie par Kota et Yuka, deux amis d’enfance qui viennent d'emménager dans une ancienne auberge. Lucy semble ne se souvenir de rien. Pourtant, Kurama, responsable des recherches, dépêche une équipe des...
Ghost in the shell - Stand alone complex : Le rieur
Réalisé un an après la sortie d' Innocence , ce long-métrage intitulé « Le rieur » n'est pas la suite directe de Second Gig , mais bel et bien un montage de la première saison résumé en l'espace de 2 h 40. La première crainte réside dans l'éventuelle édulcoration de l'intrigue au détriment de la compréhension générale. Certes, on l'avait vu précédemment, Stand...
Monster Brawl
Un geek féru de films d'horreur et de catch parvient à réunir huit monstres sacrés sur le ring, afin de déterminer quelle sera la créature la plus puissante au monde ! Le moins que l'on puisse dire en consultant le pitch de Monster Brawl , c'est que le réalisateur et scénariste du film, Jesse T. Cook, n'a pas eu peur d'aller très loin dans son délire, en confrontant des légendes du Septième Art...
Dead Snow
Un groupe d'étudiants en médecine se retrouve dans un petit chalet perdu dans les montagnes afin d'y passer des vacances insouciantes. Non loin de là, d'étranges disparitions s'accumulent. Depuis quelques années, le cinéma scandinave s'exporte plutôt bien, et en particulier le Septième Art norvégien. Après le troublant thriller Next Door et le slasher Cold Prey , voici donc un nouvel exemple de...
NieA under 7
NieA est une squatteuse de première. Elle occupe le placard de Mayuko, étudiante débordée par ses petits boulots et le comportement quasi boulimique de la jeune extraterrestre qui ne pense qu'à manger…, même le chat ! Après Lain, Yoshitoshi Abe s'est attelé à Niea Under 7, le présent anime casse volontairement le traitement sombre et dramatique de son précédent projet. Un virage à quatre-vingt-...