Voir la fiche complète du film : Zombie Massacre (Marco Ristori, Luca Boni - 2013)

Zombie Massacre

Un film à éviter qui ne rend pas du tout hommage à ses illustres ainés...
Publié le 3 Mars 2014 par AqMEVoir la fiche de Zombie Massacre
0
Zombie
Le film de zombies a toujours inspiré un grand nombre de scénaristes et de réalisateurs. Mais il faut dire que depuis quelques années, si les films de zombies sont de plus en plus nombreux, leur qualité décline dangereusement jusqu'à devenir de gros navets insupportables. La faute à quoi ? L'absence de messages derrière et la volonté de faire un film gore qui n'a rien à dire. C'est la solution de facilité qui règne aujourd'hui dans le genre zombiesque et c'est bien dommage. Quand George Romero réalise La Nuit des Morts-Vivants, il dénonce la cruauté de l'être humain et le racisme. Quand ce même réalisateur sort Zombie, il critique de manière acide le système de consommation et quand il fait Land of the Dead, il s'attaque à la politique. Par la suite, d'autres réalisateurs ont réussi leur coup, comme Danny Boyle avec 28 Jours Plus Tard ou Zack Snyder avec L'Armée des Morts (lui-même remake de Zombie) puisque tous ces films dénoncent quelque chose sous couvert d'une infection. Mais le film de zombies est devenu fauché et certains s’évertuent à faire des films gores pour faire des films gores sans originalité. C'est le cas de ce Zombie Massacre.


Attends, j'égalise ta frange !

Le scénario de ce film est totalement crétin. Et c'est dommage, car le départ était plutôt sympa dans sa mise en scène. On sent que c'est fauché, mais ça reste ludique et assume son côté crétin. Dans un bled paumé en Roumanie, une usine explose déversant un liquide noirâtre. Quiconque est touché par ce liquide devient un zombie sanguinaire. On apprend par la suite que ce sont les États-Unis qui sont responsables de cette contamination à cause de recherches pour faire des super soldats. L'armée et le gouvernement décident alors d'envoyer au casse-pipe une escouade de quatre mercenaires avec un dossier bien chargé dans une mission suicide pour se débarrasser des zombies, mais aussi de ces dangereux criminels. Ils sont forts quand même, ils veulent le beurre et l'argent du beurre. La mission est simple, il faut amener une bombe nucléaire dans l'usine nucléaire pour éradiquer le village de la carte. Seulement, lorsque nos héros arrivent sur place, ils se rendent compte que la bombe est fixée au véhicule et qu'ils se sont fait piéger. Ils vont tout faire pour retourner à l'héliport et casser la gueule au général. On voit bien que la crédibilité du scénario tient sur un post-it, mais pire que cela, le film veut se dénoncer l'armée et le gouvernement américain dans ses manigances, mais il va le rendre plutôt drôle et on ne pourra jamais croire en ce phénomène de foire.

La faute à une histoire loufoque, certes, mais aussi à des acteurs en mousse qui ne croient pas une seule seconde en leurs personnages. Le héros, un gros costaud bodybuildé est aussi charismatique qu'une miss France et ses comparses sont encore pires. Entre le sniper à la mèche de côté qui ne fait que parler, le créateur d'armes (d'après les dires du film, il peut créer une bombe avec un gobelet et un crayon !) qui ressemble à un grand-père et qui ne pense qu'à baiser et la jeune ninja qui a une coupe de cheveux improbable, on a de quoi être éberlué pour autant de maladresses. Le pompon revient à Uwe Boll, le producteur du film, qui joue le petit rôle du président des États-Unis et qui est injurieux et totalement incohérent.


Ciel ! Un dentiste, vite !

Alors certes, le film joue aussi énormément sur le second degré, mais pas suffisamment, car les passages avec les zombies sont premier degré, tout comme les moments d'action. Si certains maquillages sont relativement crédibles, surtout au départ, le reste est très mauvais. Il suffit de voir la gueule des explosions ou encore du monstre final qui tient plus du latex que de la vraie chair putréfiée. Alors d'un côté, on a un humour assumé puis de l'autre, on a des passages qui essayent de faire monter la pression sans grand succès. Il faut dire aussi que le manque de budget se fait vraiment sentir, car tous les décors sont miteux, parfois en rajout sur fond vert et c'est très nettement visible. Certains moments sont absolument mauvais, surtout dans les dialogues ou les situations et rendent le métrage encore plus nul que ce qu'il était déjà. Les quelques effets gores ne sauvent pas le film, car ils sont peu nombreux et très mal foutus.

Au final, Zombie Massacre est un réel massacre, mais du septième art. Mauvais d'un bout à l'autre que ce soit dans les dialogues, l'histoire, les situations ou même la finalité, le film s'englue dans un rythme lénifiant et dans un message vulgaire et débile. Bref, un film à éviter et qui ne rend pas du tout hommage au genre du zombie, même en sortie DTV il y a plus agréable et intelligent.

Autres critiques

2001 Maniacs : Field of Screams
Tous les ans, les habitants de Pleasant Valley organisent un grand festival où les invités d'honneur font office de barbecue. Mais cette fois-ci, ils sont contraints de s'exiler sur les routes pour continuer le carnage... Remake sympathique et décomplexé, 2001 maniacs nous narrait l'histoire d'un village paumé répondant au doux nom de Pleasant Valley où ses habitants s'...
La Prophétie de l'Horloge
Lorsqu’on pense aux films familiaux de fin d’année, pour Noël ou Halloween, l’on songe à des productions calibrées pour le grand public. L’ajout d’éléments de fantasy ou fantastique suggère des adaptations littéraires plutôt qu’à des créations originales pour le 7 e art. En marge des ouvrages de J.K. Rowling ou les films-live de chez Disney reprenant leurs plus...
End of the Line : Le Terminus de l'horreur
Un groupe d'individus empruntant le dernier métro de la nuit se retrouve confronté aux membres d'une confrérie religieuse qui, suite à la réception d'un message par sms, se transforment en tueurs impitoyables. "Dieu est espoir, Dieu est amour !", dixit les fanatiques d' End of the Line . Dieu est surtout le plus prolifique tueur en série de toute l'histoire de l'...
Poltergeist
Quatrième long-métrage tourné par Tobe Hooper pour le cinéma, Poltergeist représente un sommet dans la carrière du réalisateur de Massacre à la tronçonneuse . Produit et scénarisé par Steven Spielberg, Poltergeist marque une certaine rupture de ton avec les précédents films de son réalisateur, tout en restant dans le registre de l’horreur et de l’épouvante. L’action se déroule dans une banlieue...
Sharktopus Vs Whalewolf
Au même titre que Sharknado , la saga Sharktopus est devenue le porte-étendard du mauvais goût et du grand n’importe quoi. Sous couvert d’un survival animalier bas de gamme (on arpente le domaine de la série Z) où de pulpeuses donzelles se déhanchent en tenue légère, Roger Corman creuse toujours plus profondément dans l’insondable débilité humaine. Au regard de ce qui sort actuellement, c’en est...