Voir la fiche complète du film : Episode 50 (Joe Smalley, Tess Smalley - 2011)

Episode 50

Episode 50 est un film moyen. Il n'en reste pas moins un film qui se laisse suivre sans trop de problèmes...
Publié le 17 Avril 2012 par AqMEVoir la fiche de Episode 50
6
Fantôme Hôpital

Des films de fantômes, il y en a une palanquée, des films inspectés sous toutes les coutures, de la comédie avec Poltergay, au drame avec Ghost, en passant bien évidemment par la case horreur avec Poltergeist ou la série des Paranormal Activity. Actuellement, la mode est au documenteur. Cela consiste à faire des films ressemblant davantage à des documentaires, des reportages, tout en y incluant une dose de surnaturel pour faire plus vrai, plus réel et donc pour donner une frousse plus intense.
De ce point de vue là, les avis divergent : soit on aime, soit on déteste. En ce qui me concerne, je dois dire que le Projet Blair Witch m'a fait gerber et qu'Apollo 18 ne m'a pas convaincu.

Alors qu'en est-il de cet Episode 50, surfant sur la vague de Grave Encounters? L'ennui nous guette-t-il? Le film présente-t-il des scènes de frousse mémorables? La caméra à l'épaule est-elle utilisée à bon escient? Bref, beaucoup de questions pour un film qui n'en mérite peut-être pas autant!


Indique-moi vite les toilettes, j'en peux plus!

Le scénario part sur des bases assez solides et relativement intéressantes. D'ailleurs, l'introduction est très bien faite, mais j'en reparlerai plus tard. Le but de ce film est de confronter deux idéologies opposées sur le thème des fantômes et des maisons hantées. Pour faire simple, un homme très riche va embaucher deux équipes de tournage très connues pour voir si un ancien hôpital est hanté. Mais les deux équipes ont des visions totalement différentes sur la présence des fantômes. On va suivre principalement celle qui est très sceptique et qui au fil des 49 autres épisodes a su démontrer les raisons de bruits ou de visions de manière rationnelle, avec des défauts de fabrication ou des émanations de produits toxiques. Arrivée sur le lieu de tournage, cette équipe va rencontrer leur ennemi, une équipe de culs bénis avec une médium, et une "bataille" va se dérouler pour montrer qui a raison. Si le pitch semble alléchant et que le début est plutôt prometteur, l'histoire va très vite s'emmêler les pinceaux et le spectateur va se retrouver paumé au milieu d'une histoire d'esprit vengeur qui souhaite retrouver sa pleine puissance.

Il est vrai que le film demeure très décevant et ce pour plusieurs raisons. Le premier point, qui est surement le plus important dans les films de fantômes, c'est l'ambiance. Il ne se dégage pas grand chose du film. Il faut dire que celui-ci est très généreux en palabres et que bien souvent, on s'ennuie devant autant de discours évidents et d'inepties. Mais, il faut reconnaître que parfois le film sait se faire efficace. En effet, malgré une ambiance plate et qui sent le micro budget, certaines apparitions et certains moments restent tout de même de bonne facture et ponctuent le film de manière à ne pas faire perdre l'attention du spectateur. Bon, il n'y a pas de quoi sauter au plafond, s'accrocher à son lustre en grelottant et redescendre une fois le générique de fin terminé, mais ça reste assez sympathique.
Un autre gros défaut est à mettre sur le compte de la rapidité à laquelle le scénario se déroule sans que l'on y comprenne quelque chose. Il faut dire que le format d'une heure et quart n'est pas idéal et que le passage de la découverte de l'entité et de la résolution de l'intrigue se déroule beaucoup trop rapidement, ce qui provoque une certaine incompréhension.


Tout ça, c'est des conneries, les chemises à carreaux, c'est la mode du moment, mec!

Au niveau des acteurs, c'est assez déroutant. Il n'y a aucun acteur de connu là-dedans mais cela ne veut pas dire grand chose. En effet, on a vu d'excellents films sans un casting quatre étoiles, alors que l'on a vu des films possédant un casting de fou furieux et qui restent pourtant relativement nuls. Mais ici, si l'équipe de tournage des sceptiques reste assez correcte, je serai beaucoup moins gentil avec l'équipe des fanatiques. Le chef de la seconde équipe n'est pas très crédible et ne semble pas du tout investi, ni à l'aise dans son rôle. J'en veux pour preuve qu'il est prêt à risquer la vie d'une médium pour prouver l'existence des entités maléfique et donc l'existence de Dieu. Ben oui, le mal ne peut exister sans le bien, c'est très connu. Mais n'y-a-t-il pas une phrase qui dit tu ne tueras point? Bon c'est vrai qu'au final ce n'est pas lui qui tue, mais tout de même! Ensuite, il n'y a rien de bien marquant chez tous ces acteurs, et même chez le héros qui apparaît assez fade et c'est bien dommage.

Comme il s'agit d'un film d'entité ectoplasmique hantant un milieu hospitalier, vous vous doutez bien qu'il n'y a pas d'effets gores. Dans ce métrage, il n'y a que des effets de peur liés à des apparitions brutales ou encore à des bruits suspects, ou des ombres mouvantes. Bref, vous l'avez compris, les amateurs de membres déchiquetés et de cervelle éparpillée pourront passer leur chemin. Par contre, certains effets, bien qu'éculés depuis de nombreuses années, fonctionnent assez bien et les fantômes ont une bonne démarche. Mais là encore, il y a un gros point noir, car l'utilisation de la caméra à l'épaule n'est pas toujours adéquate et on se retrouve assez des incohérences et des scènes qui n'auraient, en réalité, pas pu être filmées. De ce fait, la crédibilité du film en prend un sacré coup.

La fin, expéditive, est quasiment incompréhensible et enfonce le film dans le grand guignolesque. L'effet final est très mauvais (on se croirait dans Doom premier du nom, avec son démon en pixels) et je trouve cette histoire de foi en Dieu bien malvenue.


Fantômes et hôpitaux, ça ne sentirait pas le déjà vu?

Au final, Episode 50 est un film moyen, pas dégueulasse, mais moyen. Il est vrai que les dialogues sont assez creux et que certains effets sont très prévisibles, mais il n'en reste pas moins un film qui se laisse suivre sans trop de problèmes. L'introduction, réussie grâce à un effet de preuves démontant les fantômes dans une baraque vaut le coup d'oeil.
Bref, un film sans grande prétention, mais dont le format fait défaut, expédiant une histoire d'esprits malsains en moins d'une heure et demi et dont la tournure finale prend une direction faisant vraiment too much. Tout cela reste assez moyen en somme...

Autres critiques

Godzilla (2014)
*** Attention spoilers *** Godzilla , célèbre monstre du cinéma japonais. Godzilla et ses nombreuses suites. Godzilla et ses remakes américains. Godzilla en 1954 En 1998, Roland Emmerich offrait sa première conversion occidentale au lézard géant en le transposant de Tokyo à Manhattan. L’ambition de cette superproduction était notamment de renouveler l’image du monstre en lui donnant une apparence...
Insensibles
Il n'est jamais facile d'allier film d'horreur et film historique, même si cette partie demeure purement fantaisiste. Le pari est souvent risqué parce que soit l'horreur est oubliée ou reléguée au second plan, soit la partie historique est bâclée et ne sert finalement pas à grand-chose. Avec Insensibles , la donne était encore plus compliquée puisqu'il s'agit du premier film d'un jeune espagnol...
Echap
Depuis l'avènement des caméras numériques, je ne vous apprends rien, il est devenu beaucoup plus simple pour n'importe quel cinéaste amateur de mettre en images ses créations. Cela étant, s'il sont bourrés d'idées, ces réalisateurs en herbe n'ont souvent pas les moyens de leurs ambitions. C'est ainsi qu'une profusion de films au budget rachitique ont vu le jour ces...
Puppet Master
Les poupées, au même titre que les requins, les serpents, les fantômes et les psychopathes, font partie du folklore et du paysage cinématographique d'horreur. Sont-elles l'objet d'un fantasme inavoué ? Je ne saurai répondre à cette question. Cependant, elle représente un danger potentiel, car malgré leur faiblesse, elles sont petites et peuvent en silence se faufiler partout. On se...
All through the house
La période de Noël associée au slasher a connu son succès (et son déclin) avec la saga Douce nuit, sanglante nuit . Il en résultait des productions inégales où chaque suite sombrait toujours un peu plus dans la nullité. S’il existe d’autres incursions similaires telles que Very Bad Santa , le genre et le contexte ne se prêtent guère à des films notables, mais à des productions au mieux généreuse...