Voir la fiche complète du film : Frankenstein (Bernard Rose - 2015)

Frankenstein

Une adaptation contemporaine de Frankenstein qui n’a pas grand-chose à voir avec le chef d’œuvre de Mary Shelley si ce n’est sa créature. Pour le reste, on assiste à une errance lénifiante dans les bas-fonds de Los Angeles sans grand intérêt. Au regard de son modèle littéraire, une vision anecdotique et austère.
Publié le 1 Juillet 2016 par Dante_1984Voir la fiche de Frankenstein
4

Au même titre que Dracula de Bram Stoker, Frankenstein est un véritable mythe fondateur du genre fantastique. Ses thèmes, entre autres le progrès scientifique ou l’appréhension de la mort, demeurent toujours d’actualité et s’adaptent aux époques si bien que l’œuvre de Mary Shelley traverse le temps sans prendre une ride. Le cinéma a tôt fait d’accaparer un tel potentiel pour le transposer encore et encore pour le grand et le petit écran. Des incursions qui donnaient quelques-unes des plus belles perles gothiques de la Hammer, mais également des étrons pas même dignes d’un pastiche à l’ambiance délurée. Cette nouvelle adaptation se révèle-t-elle intéressante et respectueuse ou ne marquera-t-elle guère les mémoires?

Bernard Rose est un réalisateur capable du meilleur (l’excellent Candyman), comme du pire (le lamentable Sx Tape). Dans le cas présent, il délaisse une vision fidèle de son modèle littéraire, comme avait pu le faire Kenneth Brannagh, pour transposer l’intrigue à une époque contemporaine. La démarche est audacieuse, la prise de risque évidente, mais le résultat reste à vérifier. Marcus Nispel avait déjà tenté pareille entreprise avec son téléfilm Frankenstein en 2004. Il en ressortait un traitement décalé, mais guère reluisant tant son histoire n’avait plus grand-chose à voir avec le roman originel. Et les choses paraissent similaires avec le présent métrage.

L’intrigue se contente de s’approprier uniquement la base, à savoir le monstre (rebaptisé Adam) et un Viktor Frankenstein des plus transparents. Ainsi, la relation qui unit le créateur et la création n’existe pas. Les liens qui les rapprochent et les conflits qui les séparent ne sont guère une préoccupation pour ce qui va suivre. Constat identique sur les motivations qui entourent l’expérience. Les propos sur la survivance par-delà la mort, sur ce qui définit l’essence même de la vie, sur l’irresponsabilité du progrès scientifique en certaines circonstances, toutes ces thématiques brillent par leur absence. Dès lors, le film sombre dans une vacuité dont il ne ressortira plus.

Après un démarrage aussi poussif que la douloureuse naissance d’Adam, l’on assistera à une errance. Une très longue errance narrative qui ne raconte rien ou presque. La découverte d’un environnement en vase clos qui précède à une évasion vers le monde et toute son hostilité qui le caractérise. Entre temps, Adam fait l’apprentissage des gestes, de la parole et des comportements à adopter avec les autres, même si ce dernier point reste assez confus dans son développement. Avec la voix off d’Adam qui suscite pas mal d’incohérences par la suite (et notamment lors du dénouement), les séquences se suivent et se ressemblent dans la plus totale indifférence.

Avec ces platitudes absconses et sa progression lénifiante, il émane une volonté «auteurisante» d’enclaver l’histoire dans un cercle vicieux de faits, de rencontres et de conséquences sans lendemain. Même la différence d’Adam n’évoque guère d’empathie tant on se contente d’aligner ses réactions et celles des autres intervenants sur un fil conducteur à la linéarité confondante. Comprenez que le déroulement demeure prévisible de but en blanc, et ce, malgré l’inconstance rythmique du métrage et les contradictions qu’ils véhiculent. Il en découle une piètre tentative de moderniser Frankenstein avec, non pas un manque de moyens flagrant, mais trop peu de bonnes idées pour offrir une vision innovante, à tout le moins censée et cohérente.

Modeste de par ses ambitions, le Frankenstein de Bernard Rose reste tout aussi timoré dans son ensemble. En soi, la libre adaptation n’est pas un mal. Toutefois, cette version est dépourvue d’un traitement de fond plausible. Le réalisateur (également scénariste) se contente de régurgiter un accouchement douloureux dans un monde qui n’accepte guère la différence. En dehors d’un discours sur la marginalisation de l’individu, l’intrigue n’offre rien de consistant. Progression saccadée et entrecoupée par de trop nombreuses longueurs narratives, personnages fades et peu développés, relations des protagonistes jetées aux oubliettes... Il en ressort une impression bancale et mitigée. Ce même sentiment que le métrage manque cruellement de finitions, d’originalité et d’un semblant d’atmosphère pour en faire un objet intéressant. Dispensable.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Lacérés
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Une famille recomposée compte bien profiter d'un week-end en camping pour se donner une nouvelle chance. Pendant ce temps, un couple se fait attaquer dans des bois environnants par une femme atrocement défigurée. Si Leatherface avait eu une fille, aurait il osé profité de sa célébrité pour permettre à celle-ci d'obtenir un premier rôle...
Fright Night
Grâce, ou à cause de Twilight , les vampires sont revenus à la mode. Depuis quelques années, on en bouffe jusqu'à plus faim et même si parfois les surprises sont assez savoureuses, il y a d'innombrables déchets, dont la saga inventée par Stephenie Meyer . Néanmoins, après des films comme 30 jours de nuit ou Daybreakers , on peut espérer avoir un film de vampires qui tient la route et qui...
In the flesh
Alors que le mastodonte The walking dead monopolise l’attention avec ses légions de morts-vivants, le Royaume-Uni fait fi de ce succès presque indécent pour nous proposer sa vision de l’apocalypse Z. Conscient de ne pouvoir rivaliser avec son concurrent direct, In the flesh ne joue pas dans la surenchère ou sur le même terrain que son homologue américain. Difficile d’innover avec un thème aussi...
Bring Me the Head of the Machine Gun Woman
Être chroniqueur de films, c'est parfois se taper des navets innommables que l'on aurait voulu éviter à tout prix (le douloureux souvenir de La véritable histoire de Blanche Neige hante encore mes nuits froides et glaciales...), mais c'est aussi, heureusement, tomber sur de petites pépites que l'on n'aurait jamais découvertes en temps normal. Prenez Bring Me the Head of the Machine Gun Woman ,...
Krampus Unleashed
Dans la catégorie des films d’horreur de Noël, on distingue plusieurs types de productions. Celles qui démystifient l’image symbolique du père Noël. Les métrages qui usent du contexte de manière plus ou moins abusive. Et enfin ceux qui explorent la face cachée de cette fête, en mettant souvent sur le devant de la scène des antithèses du père Noël, comme le Grinch, Saint-Nicolas ou...