Voir la fiche complète du film : The Monster Project (Victor Mathieu - 2017)

The Monster Project

Malgré une approche de départ intrigante et cohérente par rapport aux capacités du genre, The Monster Project se perd bien vite dans les défauts inhérents au found-footage. Progression laborieuse, sujet mal maîtrisé, tout comme la gestion des espaces, et raccourcis narratifs… Autant d’éléments qui prennent le pas sur la dynamique de l’ensemble et le travail lié à l’atmosphère lugubre des lieux.
Publié le 24 Mars 2019 par Dante_1984Voir la fiche de The Monster Project
4
Loup-Garou Vampire Diable et Démon

Sans sombrer dans l’euphémisme, le found-footage est un genre parsemé de déclinaisons inégales qui, bien souvent, ont tendance à le niveler par le bas, parfois au point de le décrédibiliser. Du côté des occurrences notables dotées d’un budget très modeste, on peut évoquer Grave Encounters ou, dans un autre exercice de style, Noroï: The Curse et The Poughkeepsie Tapes. À l’instar du survival animalier ou du slasher, on déplore malheureusement pléthore de navets qui usent et abusent de ces ficelles narratives pour scénariser des productions qui, vraisemblablement, n’ont rien à raconter. On se souvient encore de pathétiques efforts tels que Phoenix Forgotten ou Area 51.

L'enthousiasme mémorable d'un début de tournage...

The Monster Project n’a pas forcément pour ambition de révolutionner le genre, mais de lui apporter un peu de fraîcheur avec un pitch de départ assez enthousiasmant. D’une part, le métrage réunit un bestiaire assez connu des amateurs de créatures de la nuit. D’autre part, le prétexte est crédible et, par la même, trouve une véritable utilité à une réalisation subjective: celle d’une émission web sur les monstres. Le propos tenu est d’offrir une variante aux programmes sur les fantômes et autres phénomènes paranormaux de type Ghost Adventures ou Ghost Hunters (TAPS). Dans la trame, on retrouve également cette volonté d’exploiter un sujet sans objectivité ni recul. Cela à seule fin d’en tirer profit.

Il ne s’agit pas de mettre en avant la crédulité des spectateurs, mais de la manipulation des images afin d’y apporter une vocation sensationnaliste. Comme de nombreux métrages, les bonnes intentions n’engendrent pas forcément de bonnes histoires. Si les bases sont posées d’une manière assez dynamique, on s’enlise rapidement dans une progression routinière qui s’étend plus que de rigueurs sur l’organisation de la pré-production et non le tournage de l’émission en lui-même. De dialogues atermoyant en séquences surfaites, la présentation de l’équipe prend le pas sur l’intrigue, sans pour autant constituer un apport essentiel dans leur caractérisation.

Entretien avec un vampire

Et ce n’est pas l’installation des caméras et du matériel technique au sein d’une propriété glauque au possible qui changera la donne. L’accueil des «monstres» se fait au compte-gouttes, tandis que les interviews se ponctuent de questions basiques et navrantes. D’ailleurs, leur pertinence est tout aussi discutable que la suite des événements. Sans fournir de véritables justifications, la situation dégénère. Les protagonistes se confrontent à trois menaces dissemblables qui, au lieu de jouer de complémentarité, se succèdent selon les zones de la maison. Dès lors, la crédibilité de l’ensemble s’atténue considérablement, notamment à cause d’un déséquilibre constant entre vulnérabilité et résistance desdites créatures.

On regrette également des réactions qui tiennent plus de la caricature que d’un comportement raisonné. On s’isole à l’étage avant de visiter le rez-de-chaussée et de se réfugier dans le sous-sol. Bref, on passe d’une impasse à l’autre sans trouver une issue probable à cette pénible nuit. Un peu comme le scénario tente de s’extirper de son concept, conscient de ses limites, pour s’orienter vers une thématique plus large, celle-ci se dévoilant lors du dénouement. En lieu et place d’offrir une seconde lecture au métrage, ce choix se veut plus maladroit que surprenant. La faute à des prétextes téléphonés pour essayer de le rendre cohérent par rapport aux précédents événements.

Un démon en pleine crise de lévitation !

Au final, The Monster Project est un found-footage médiocre, comme il en existe tant. Inutilement bavard et incapable de fournir une progression réaliste et rythmée, le film de Victor Mathieu ne tient qu’à son idée initiale qui se délite bien vite dans les écarts du genre. À savoir, un enchaînement de séquences à l’intérêt discutable qui se destinent uniquement à faire du remplissage. Dommage, car la justification de départ offrait une base solide pour développer l’ambiance et le récit. Hormis un environnement plutôt bien trouvé et néanmoins mal exploité, l’effroi n’est guère au rendez-vous, pas plus que les sursauts de circonstances. Un potentiel gâché pour un found-footage dispensable.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Space Battleship : L'Ultime Espoir
En France, Leiji Matsumoto est synonyme d' Albator et des dérivés de son univers. Normal, tant les aventures du corsaire de l'espace ont marqué une génération. C'est cependant loin d'être la seule œuvre majeure de M. Matsumoto et j'en veux pour preuve l'épopée du Yamato qui compte de nombreux films et séries. Cette saga, injustement méconnue chez nous, mérite pourtant le détour et le film de...
American Horror Story
Un couple qui bat de l'aile déménage à Los Angeles avec leur fille dans une immense demeure. Toutefois, leur joie est de courte durée lorsqu'ils comprennent que le passé du lieu est loin d'être un mauvais souvenir... Après s'être attelé aux travers de la chirurgie esthétique avec Nip/Tuck ou à la comédie musicale au sein d'un lycée ( Glee ), le duo Murphy/Falchuk se penche sur...
Bunny the Killer Thing
Au pays du ridicule, les lapins baiseurs sont rois. Une citation bien éloignée d’un trait d’esprit de Jean-Paul Sartre, mais surtout une bonne occasion pour introduire une œuvre dont dire qu’elle est atypique relèverait de l’euphémisme. Bunny the Killer Thing est un pur délire nous montrant que le cinéma n’est limité que par notre imagination et même si c’est...
Douce nuit - sanglante nuit 4: l'initiation
Grâce à la magie du cinéma et son incommensurable absurdité dans certains cas, une franchise qui voit se succéder des films infâmes ne s’arrête pas en si mauvais chemin. Hormis le premier opus, Douce nuit sanglante nuit brille par sa nullité intrinsèque. Surenchère incohérente d’histoires plus maigres qu’un sucre d’orge, guirlandes d’interprètes à la ramasse, décorations de pacotilles et...
Vampire academy
Lorsque l’on adapte un best-seller dans lequel il est question d’adolescents et de vampires, on aurait peut-être, à tort ou à raison, vite fait de le ranger aux côtés de Twilight ou Vampire diaries . Le succès de la franchise n’ayant rien à envier à Harry Potter , la littérature a développé tout un pan d’histoires que les amateurs (et amatrices) dévorent avec passion. À ce jour, Vampire academy...