Voir la fiche complète du film : Peur Bleue 2 (Darin Scott - 2018)

Peur Bleue 2

Succéder au sous-estimé Deep Blue Sea (Peur Bleue en version française) de Renny Harlin n'était pas une tâche aisée. D'ailleurs, cette suite ne parvient paradoxalement pas à sortir la tête de l'eau, mais n'en est pas pour autant une perte de temps totale.
Publié le 23 Avril 2018 par KinemaVoir la fiche de Peur Bleue 2
5
Requin

Annoncée il y a peu, la suite de Deep Blue Sea (Peur Bleue en version française, à ne pas confondre avec l’adaptation éponyme du roman lycanthrope de Stephen King) ne promettait pas que de bonnes choses, loin de là. Ayant la lourde tâche de succéder au plus gros blockbuster de requins des années 2000, cette petite production est, quant à elle, annoncée sur la chaîne Syfy, connue pour détenir un capital qualité frôlant trop souvent le néant. Malgré tout distribué par Warner, assistera-t-on donc à l’étron pressenti ? Pas tout à fait.

À l’initiative d’un milliardaire excentrique, une équipe de scientifiques est réunie, sans réelles raisons d’ailleurs, sur la station du philanthrope en question où des requins sont également pensionnaires. À la suite d’une défaillance technique aussi probable qu’un accident de Destination Finale, l’installation va progressivement prendre les eaux, laissant nos hommes de science et les membres du personnel à la merci des squales revanchards.

On a déjà indirectement évoqué l’endroit où le bât blesse, à savoir le scénario. À l’inverse du premier opus – avec des requins-OGM pour lutter contre les maladies mentales dégénératives – où le synopsis était bancal, mais plausible, notre milliardaire a développé une drogue stimulant l’intelligence – à l’instar de Limitless – et les administre aux requins les plus agressifs sur terre. À aucun moment, il n’y une justification correcte dans le fait de les injecter aux squales et l’on fermera les yeux sur cette molécule qui modifie l’ADN du cerveau. Logique vu qu’on a de l’ADN de bras, de jambe, de fesse, etc. Le Donald Trump en devenir tuera les dernières miettes de crédibilités quand il justifiera la création de cette drogue pour se défendre contre le soulèvement des machines et des intelligences artificielles. On ajoutera à ça un jeu d’acteur en roue libre, le cabotinage royal étant de rigueur.

Et c’est finalement dommage que cette surcharge d’amateurisme vienne miner les aspects les plus réussis, avec en tête de liste, les effets gores. Car oui, dans Peur Bleue 2, les mises à mort sont franchement sympas notamment via des requins-nouveau-nés et leurs attaques en banc, référence au Piranhas de Joe Dante (Gremlins) ou plus récemment au remake d’Alexandre Aja (Haute Tension, Mirrors). Les CGI sont plutôt honnêtes compte tenu du budget sûrement dérisoire (face aux 60 millions de dollars du premier volet).

De manière anecdotique, on soulignera la bonne idée de mettre en lumière le requin-bouledogue, véritable bourreau des mers, à l’inverse du grand blanc pourtant considéré comme le boogeyman en chef des terreurs aquatiques depuis Les Dents de la mer.

Mais à chaque fois, les bonnes notes sont occultées par des maladresses grosses comme des paquebots comme les bruitages de Télétubbies des bébés requins ou les effets trop lourds comme l’apparition de formules de chimie organique quand nos comparses se mettent à parler – essayer – science...

Au menu de ce énième produit de la shark-exploitation, des faiblesses à la pelle, mais ce côté très attachant propre à ce genre de production. Il ne restera évidemment pas autant dans les mémoires que le long métrage de Renny Harlin (58 Minutes pour vivre, The Dyatlov Pass Incident). Finalement, Peur Bleue 2 est un bras de fer opposant d’un côté un scénario au ras des pâquerettes et un jeu d’acteur indécent et de l’autre des effets gores plutôt jouissifs. Et donc, qui l’emporte ? Aucun.

 

Autres critiques

Halloween 2
INTRODUCTION « Le cheval blanc symbolise l’instinct, la pureté et la propension du corps physique à libérer des forces émotionnelles puissantes telles que la colère génératrice de chaos et de destruction… » -Extrait de l’inconscient psychique des rêves En 2007 sortait sur les écrans le remake d’ Halloween par Rob Zombie . Attendu avec ferveur, le film ne...
Pacific Rim
Il est assez intéressant de parler de la genèse de Pacific Rim avant d'entrer dans les détails du film. En effet, deux gros points sont intéressants concernant ce blockbuster, le fait que ce soit une ½uvre originale et le portrait de son réalisateur, Guillermo Del Toro. D'habitude, Hollywood prend très peu de risques avec les blockbusters, préférant lancer une suite de franchise qui fonctionne ou...
Making Off
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Cédric Dupuis rêve depuis des années de devenir réalisateur. Sur un coup de tête, il décide de se lancer dans la mise en scène du plus terrifiant film d'horreur de tous les temps, au grand dam de sa petite amie et de ses camarades, peu enthousiastes à l'idée de joueur les acteurs. C'est ainsi que débute un tournage de plus en plus chaotique...
Ghost Shark
Si l’on peut regretter la médiocrité permanente qui suinte du survival animalier, il faut reconnaître que les producteurs ne se découragent pas pour donner vie aux concepts les plus idiots. En 2013, Asylum entamait la saga Sharknado . Auparavant, on avait également eu droit à Sharktopus . Outre la volonté d’infliger quelques aberrations génétiques aux squales, on remarque une certaine...
Scott Pilgrim
Scott Pilgrim est un jeune garçon de 22 ans qui vit dans la ville de Toronto au Canada avec son ami gay Wallace. Scott sort avec une lycéenne, Knives Chau et joue de la basse au sein du groupe Sex Bob-Omb composé de ses amis, la batteuse Kim et le "talent" Stephen. Tout semble aller bien dans le meilleur des mondes jusqu'à ce que Scott rencontre la troublante Ramona Flowers. Il tombe amoureux d'...