Voir la fiche complète du film : Peur Bleue 2 (Darin Scott - 2018)

Peur Bleue 2

Succéder au sous-estimé Deep Blue Sea (Peur Bleue en version française) de Renny Harlin n'était pas une tâche aisée. D'ailleurs, cette suite ne parvient paradoxalement pas à sortir la tête de l'eau, mais n'en est pas pour autant une perte de temps totale.
Publié le 23 Avril 2018 par KinemaVoir la fiche de Peur Bleue 2
5
Requin

Annoncée il y a peu, la suite de Deep Blue Sea (Peur Bleue en version française, à ne pas confondre avec l’adaptation éponyme du roman lycanthrope de Stephen King) ne promettait pas que de bonnes choses, loin de là. Ayant la lourde tâche de succéder au plus gros blockbuster de requins des années 2000, cette petite production est, quant à elle, annoncée sur la chaîne Syfy, connue pour détenir un capital qualité frôlant trop souvent le néant. Malgré tout distribué par Warner, assistera-t-on donc à l’étron pressenti ? Pas tout à fait.

À l’initiative d’un milliardaire excentrique, une équipe de scientifiques est réunie, sans réelles raisons d’ailleurs, sur la station du philanthrope en question où des requins sont également pensionnaires. À la suite d’une défaillance technique aussi probable qu’un accident de Destination Finale, l’installation va progressivement prendre les eaux, laissant nos hommes de science et les membres du personnel à la merci des squales revanchards.

On a déjà indirectement évoqué l’endroit où le bât blesse, à savoir le scénario. À l’inverse du premier opus – avec des requins-OGM pour lutter contre les maladies mentales dégénératives – où le synopsis était bancal, mais plausible, notre milliardaire a développé une drogue stimulant l’intelligence – à l’instar de Limitless – et les administre aux requins les plus agressifs sur terre. À aucun moment, il n’y une justification correcte dans le fait de les injecter aux squales et l’on fermera les yeux sur cette molécule qui modifie l’ADN du cerveau. Logique vu qu’on a de l’ADN de bras, de jambe, de fesse, etc. Le Donald Trump en devenir tuera les dernières miettes de crédibilités quand il justifiera la création de cette drogue pour se défendre contre le soulèvement des machines et des intelligences artificielles. On ajoutera à ça un jeu d’acteur en roue libre, le cabotinage royal étant de rigueur.

Et c’est finalement dommage que cette surcharge d’amateurisme vienne miner les aspects les plus réussis, avec en tête de liste, les effets gores. Car oui, dans Peur Bleue 2, les mises à mort sont franchement sympas notamment via des requins-nouveau-nés et leurs attaques en banc, référence au Piranhas de Joe Dante (Gremlins) ou plus récemment au remake d’Alexandre Aja (Haute Tension, Mirrors). Les CGI sont plutôt honnêtes compte tenu du budget sûrement dérisoire (face aux 60 millions de dollars du premier volet).

De manière anecdotique, on soulignera la bonne idée de mettre en lumière le requin-bouledogue, véritable bourreau des mers, à l’inverse du grand blanc pourtant considéré comme le boogeyman en chef des terreurs aquatiques depuis Les Dents de la mer.

Mais à chaque fois, les bonnes notes sont occultées par des maladresses grosses comme des paquebots comme les bruitages de Télétubbies des bébés requins ou les effets trop lourds comme l’apparition de formules de chimie organique quand nos comparses se mettent à parler – essayer – science...

Au menu de ce énième produit de la shark-exploitation, des faiblesses à la pelle, mais ce côté très attachant propre à ce genre de production. Il ne restera évidemment pas autant dans les mémoires que le long métrage de Renny Harlin (58 Minutes pour vivre, The Dyatlov Pass Incident). Finalement, Peur Bleue 2 est un bras de fer opposant d’un côté un scénario au ras des pâquerettes et un jeu d’acteur indécent et de l’autre des effets gores plutôt jouissifs. Et donc, qui l’emporte ? Aucun.

 

Autres critiques

Le Fascinant Capitaine Clegg
A la fin du XVIII ème siècle, des soldats sont envoyés au large des côtes anglaises, sur ordre du Roi, afin de mettre un terme à la contrebande d'alcool dans un village isolé d'apparence tranquille. Cependant, selon certains habitants, les marais sont hantés par l'équipage du Capitaine Clegg. Au début des années 60, alors au sommet de sa popularité, la firme Hammer, par l'...
The Dark Knight Rises
(Avec la participation de Geoffrey) Batman est un personnage de comics aujourd'hui âgé de 73 ans. Créé par Bob Kane en 1939, ce justicier masqué sans pouvoir est rapidement devenu l'égérie de DC Comics , mais aussi l'un des super-héros les plus adulés et au même titre que Spider-Man , Superman , ou même Captain America , le justicier noir s'est vu adapté en séries et en films...
Yétis : Terreur en montagne
S’attaquer au mythe du yéti, c’est un peu comme entreprendre l’ascension d’une montagne, du moins avec la volonté de proposer un métrage de qualité. Mais la cryptozoologie est aussi malmenée que la zoologie «classique». Ces créatures mythiques sont remisées au stade de monstres bouffeurs de chairs humaines décérébrées. Yéti et La fureur du yéti sont des...
Une Hache pour la Lune de Miel
Ayant repris avec succès la salon de haute couture de sa mère, John Harrington, jeune, riche et célèbre, semble être le plus heureux des hommes. Cependant, derrière un sourire de façade, se cache un dangereux tueur en série. Après avoir délaissé le cinéma fantastique gothique de ses brillants débuts ( Opération Peur , son dernier chef d'oeuvre en la matière, date de 1966), Mario Bava s'...
Destination Finale 4
Attention, cette critique s'appuye sur une vision en 2D du film, le cinéma préféré de votre serviteur n'ayant pas les installations nécessaires pour une projection 3D. Décevant. Tout simplement décevant. Ce nouveau volet de la saga des Destination Finale n'avait d'autre prétention que de divertir le public mais malgré celà, il fait au final assez pâle figure par rapport à ses trois aînés. Le...