Voir la fiche complète du film : Peur Bleue 2 (Darin Scott - 2018)

Peur Bleue 2

Succéder au sous-estimé Deep Blue Sea (Peur Bleue en version française) de Renny Harlin n'était pas une tâche aisée. D'ailleurs, cette suite ne parvient paradoxalement pas à sortir la tête de l'eau, mais n'en est pas pour autant une perte de temps totale.
Publié le 23 Avril 2018 par KinemaVoir la fiche de Peur Bleue 2
5
Requin

Annoncée il y a peu, la suite de Deep Blue Sea (Peur Bleue en version française, à ne pas confondre avec l’adaptation éponyme du roman lycanthrope de Stephen King) ne promettait pas que de bonnes choses, loin de là. Ayant la lourde tâche de succéder au plus gros blockbuster de requins des années 2000, cette petite production est, quant à elle, annoncée sur la chaîne Syfy, connue pour détenir un capital qualité frôlant trop souvent le néant. Malgré tout distribué par Warner, assistera-t-on donc à l’étron pressenti ? Pas tout à fait.

À l’initiative d’un milliardaire excentrique, une équipe de scientifiques est réunie, sans réelles raisons d’ailleurs, sur la station du philanthrope en question où des requins sont également pensionnaires. À la suite d’une défaillance technique aussi probable qu’un accident de Destination Finale, l’installation va progressivement prendre les eaux, laissant nos hommes de science et les membres du personnel à la merci des squales revanchards.

On a déjà indirectement évoqué l’endroit où le bât blesse, à savoir le scénario. À l’inverse du premier opus – avec des requins-OGM pour lutter contre les maladies mentales dégénératives – où le synopsis était bancal, mais plausible, notre milliardaire a développé une drogue stimulant l’intelligence – à l’instar de Limitless – et les administre aux requins les plus agressifs sur terre. À aucun moment, il n’y une justification correcte dans le fait de les injecter aux squales et l’on fermera les yeux sur cette molécule qui modifie l’ADN du cerveau. Logique vu qu’on a de l’ADN de bras, de jambe, de fesse, etc. Le Donald Trump en devenir tuera les dernières miettes de crédibilités quand il justifiera la création de cette drogue pour se défendre contre le soulèvement des machines et des intelligences artificielles. On ajoutera à ça un jeu d’acteur en roue libre, le cabotinage royal étant de rigueur.

Et c’est finalement dommage que cette surcharge d’amateurisme vienne miner les aspects les plus réussis, avec en tête de liste, les effets gores. Car oui, dans Peur Bleue 2, les mises à mort sont franchement sympas notamment via des requins-nouveau-nés et leurs attaques en banc, référence au Piranhas de Joe Dante (Gremlins) ou plus récemment au remake d’Alexandre Aja (Haute Tension, Mirrors). Les CGI sont plutôt honnêtes compte tenu du budget sûrement dérisoire (face aux 60 millions de dollars du premier volet).

De manière anecdotique, on soulignera la bonne idée de mettre en lumière le requin-bouledogue, véritable bourreau des mers, à l’inverse du grand blanc pourtant considéré comme le boogeyman en chef des terreurs aquatiques depuis Les Dents de la mer.

Mais à chaque fois, les bonnes notes sont occultées par des maladresses grosses comme des paquebots comme les bruitages de Télétubbies des bébés requins ou les effets trop lourds comme l’apparition de formules de chimie organique quand nos comparses se mettent à parler – essayer – science...

Au menu de ce énième produit de la shark-exploitation, des faiblesses à la pelle, mais ce côté très attachant propre à ce genre de production. Il ne restera évidemment pas autant dans les mémoires que le long métrage de Renny Harlin (58 Minutes pour vivre, The Dyatlov Pass Incident). Finalement, Peur Bleue 2 est un bras de fer opposant d’un côté un scénario au ras des pâquerettes et un jeu d’acteur indécent et de l’autre des effets gores plutôt jouissifs. Et donc, qui l’emporte ? Aucun.

 

Autres critiques

Defiance
Initié par Rockne S. O’Bannon, créateur de Farscape et SeaQuest , Defiance est une nouvelle série de science-fiction produite par SyFy. Malgré des déconvenues telles que Terra Nova , The event ou Caprica , le genre dispose d'un potentiel énorme pour ce format. À l'instar des fresques titanesques de la fantasy, on peut tisser un réseau de mondes imaginaires à travers l'univers pour former un...
The Prodigies
Dans un avenir incertain, Jimbo, un talentueux professeur, réunit un groupe de cinq enfants aux dons très particuliers. Raillés pour leurs différences, tourmentés et bientôt victimes d’une sauvage agression, les cinq vont fomenter une vengeance froide implacable contre la société. Seul Jimbo est capable de les raisonner, mais le veut-il vraiment ? Adaptation du roman « La nuit des...
Paranormal Diaries
Suite à d'étranges événements ayant attrait à ce lieu depuis une quarantaine d'années, une équipe de documentaristes se lance dans un reportage sur l'église de Clophill. Au fil de l'enquête, le groupe comprend qu'il se passe effectivement des phénomènes inexpliqués aux alentours de cette église, la nuit venue. Depuis le succès de la saga des Paranormal Activity , le found footage est à la mode...
Die : Le Châtiment
En Anglais, Die signifie mourir , mais désigne également les dés à jouer . D'où, le double-sens du titre du film de Dominic James . Die : le Châtiment est décrit par son le dossier de presse comme la rencontre entre Saw et Cube . Les références sont costaudes et si la filiation avec le premier est indéniable (elle crève même les yeux), je pencherais, pour ma part, pour une sorte de Saw "light"...
The Reef
Les films de requin c'est un peu comme la loterie : une chance sur un million de tirer le gros lot. En effet, pour un Dents de la Mer réussi (et toujours référence ultime du genre), combien de Shark Attack , Shark in Venice et Cruel Jaws les yeux effarés du spectateur ont-ils dû subir? Partant de ce postulat, l'annonce d'un nouvel essai cinématographique ayant pour thème principal nos...