Voir la fiche complète du film : Lake Placid Vs. Anaconda (A.B. Stone - 2015)

Lake Placid Vs. Anaconda

Un cinquième volet commun pour Anaconda et Lake Placid qui se solde, sans surprise, par un survival animalier fauché. Malgré une certaine énergie, le scénario mal ficelé soutenu par un casting fatigué et des effets spéciaux aux rabais plongent ce crossover dans le domaine des DTV aussi inutiles qu’improbables.
Publié le 1 Janvier 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Lake Placid Vs. Anaconda
3
Crocodiles Serpent

Lake Placid et Anaconda sont deux franchises qui avaient plutôt bien démarré dans les années1990. Sortis sur grand écran, ces divertissements se révélaient sympathiques et généreux à bien des égards. Depuis, chacune de ces sagas a progressivement basculé dans le DTV bâclé à la nullité croissante. Nanti de quatre films respectifs dont la qualité périclitait au fil des ans, la rencontre entre les deux monstres était évitable, mais certains producteurs ne l’ont pas entendu de cette oreille. À l’heure des créatures hybrides et autres nullités cinématographiques, les crossovers animaliers semblent être un moindre mal. Pouvons-nous espérer un clash explosif entre les deux bestioles ou ce cinquième volet commun ne se révèle qu’un énième pétard mouillé?

L'instant bronzette devient un instant beuverie

Comme c’est bien souvent le cas quand il s’agit de réunir deux «univers», le scénario joue d’idioties et de prétextes pondus à la va-vite pour inviter à la confrontation. Un lieu identique, une capture de croco qui tourne mal, sans compter une expérience scientifique qui dégénère... Voilà le trio perdant pour justifier un métrage qui tient avec trois ficelles narratives usées jusqu’à la corde. Malgré de nombreuses incohérences (légèrement en deçà de la moyenne), il faut tout de même reconnaître que le film demeure assez dynamique dans son ensemble. La progression dans la forêt et aux alentours du lac offre un terrain de jeu relativement conséquent pour les trois groupes de hors-d’œuvre sur pattes (étudiantes, forces de l’ordre et commando...).

Malgré cet aspect généreux qui n’hésite pas à trucider de la donzelle comme il se doit, les attaques se résument à croquer (de préférence par la tête) cette marmaille sans cervelle. Seulement, la majeure partie de celles-ci (et donc du film) se consacre au crocodile géant ou plutôt aux crocodiles pas si énormes que cela. On peut toujours arguer qu’il s’agit de jeunes reptiles, il n’empêche qu’ils paraissent ridicules. Pour ne rien arranger, les effets spéciaux n’aident en rien à s’ôter cette impression de l’esprit. De plus, on expédie négligemment les trop rares attaques maritimes pour privilégier les assauts sur la terre ferme. Un comble quand on sait que les crocodiles et les anacondas sont plus à l’aise dans l’eau!

Croco écolo Vs Chasseur pollueur

Et les serpents dans tout ça? Ils se font plutôt discrets puisqu’il faut attendre la dernière demi-heure pour les voir entrer en action. Dommage, car ceux-ci disposent de moyens un peu plus conséquents que leurs adversaires. Étouffement, gobage de victimes vivantes... Sans être transcendant, un effort minimal a été effectué sur ce point. Ce n’est pas pour autant que cela rattrape un ensemble déjà bien miné par un second degré inconstant et des dialogues indigents. Entre les frasques du shérif adjoint, la trogne déconfite de Yancy Butler, la platitude de Corin Nemec ou le rôle bad-ass de Robert Englund, on ne sait pas trop sur quel pied danser en compagnie de cette fine équipe.

La période de vache maigre se prolonge aussi pour l’affrontement tant attendu entre les anacondas et les crocodiles. À croire que les bestioles se rencontrent par inadvertance tant la taille de la forêt paraît conséquente. Il en ressort des plans mal cadrés où les amas de pixels se mordent à la vitesse grand V. En nombre, aucun ne semble avoir le dessus. De fait, on déséquilibre volontairement un camp ou l’autre pour régler les comptes. Les crocos s’amusent à faire d’un anaconda un spaghetti, tandis que les serpents sont davantage portés sur le presse-purée et le recyclage de boîte de conserve de luxe. Bref, il suffit de deux ou trois combats à l’emporte-pièce pour boucler l’affaire.

Sushi de croco farci à la blondasse pour anaconda affamé

Au final, Lake Placid Vs Anaconda ne redore nullement le blason des deux franchises qu’elle exploite avec peu d’enthousiasme. Si l’on peut saluer un rythme emporté qui ne faiblira pas en cours de route, on en demeurera là pour les bons points. Le reste n’est qu’un rappel des errances de deux sagas qui ont sombré depuis bien longtemps dans les affres du bis. Un survival animalier bas de gamme qui s’avère très décevant quand il s’agit de fournir des combats nerveux entre les deux reptiles. Un prétexte qui soutient un scénario famélique affublé d’échanges calamiteux. Autrement dit, une nouvelle itération vaine qui laisse augurer du pire dans l’éventualité d’une suite évoquée dans les dernières images. Aurons-nous droit à un anacondile ou à un crocononda? La question a le mérite d’être posée...

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Buried Alive : Enterrés Vivants
Un étudiant fraîchement renvoyé de la faculté est bien décidé à mettre la main sur un trésor de famille caché dans un ranch perdu en plein désert. Il profite d'un week-end pour y emmener ses amis et dénicher enfin cette cachette, convoitée par le gardien du domaine, un homme solitaire et mystérieux. Spécialiste des effets spéciaux (il est le co-fondateur de la société KNB EFX , avec Nicotero et...
The forbidden door
Avant que le très lénifiant Modus anomali parvienne à se frayer un chemin jusque dans nos salles obscures, Joko Anwar avait réalisé Pintu terlarang , thriller horrifique passé complètement à la trappe, faute de distributeurs internationaux. Tout comme la Malaisie, l’Indonésie est connue pour l’émergence de son cinéma de genre qui apporte une touche de fraîcheur en regard des productions...
Yéti : Le géant d'un autre monde
Les années 1970 sont particulièrement friandes des créatures mythiques qui ornent le tableau de chasse fantasmé des cryptozoologues. Le sasquatch, le bigfoot ou même l’abominable homme des neiges ont eu droit à quelques métrages plus ou moins dispensables. C’est notamment le cas de Sasquatch, the Legend of Bigfoot , Snowbeast ou encore Screams of a Winter Night . Il est en revanche un...
Baba Yaga
Issue de la mythologie slave, la légende de Baba Yaga a très tôt imprégné l’imaginaire collectif, notamment dans le domaine cinématographique, littéraire ou musical. Tour à tour considérée comme une guerrière, la gardienne du royaume des morts et la maîtresse du monde sauvage, l’image de la sorcière la plus véhiculée demeure la ravisseuse d’enfants. Et c’est d’...
Devil Story : Il était une fois le Diable
Depuis des mois, le DVD de Devil Story trônait sur ma pile de films à chroniquer sans que j'ose y toucher. La raison de cette réticence était simple : ce film me faisait peur. Etais-je de taille à m'attaquer à ce que nos confrères de Nanarland.com, par ailleurs édteurs du DVD, décrivent comme, je cite, le plus mauvais film du monde et de sa proche banlieue ? De plus, Devil Story me...