Voir la fiche complète du film : Lake Placid Vs. Anaconda (A.B. Stone - 2015)

Lake Placid Vs. Anaconda

Un cinquième volet commun pour Anaconda et Lake Placid qui se solde, sans surprise, par un survival animalier fauché. Malgré une certaine énergie, le scénario mal ficelé soutenu par un casting fatigué et des effets spéciaux aux rabais plongent ce crossover dans le domaine des DTV aussi inutiles qu’improbables.
Publié le 1 Janvier 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Lake Placid Vs. Anaconda
3
Crocodiles Serpent

Lake Placid et Anaconda sont deux franchises qui avaient plutôt bien démarré dans les années1990. Sortis sur grand écran, ces divertissements se révélaient sympathiques et généreux à bien des égards. Depuis, chacune de ces sagas a progressivement basculé dans le DTV bâclé à la nullité croissante. Nanti de quatre films respectifs dont la qualité périclitait au fil des ans, la rencontre entre les deux monstres était évitable, mais certains producteurs ne l’ont pas entendu de cette oreille. À l’heure des créatures hybrides et autres nullités cinématographiques, les crossovers animaliers semblent être un moindre mal. Pouvons-nous espérer un clash explosif entre les deux bestioles ou ce cinquième volet commun ne se révèle qu’un énième pétard mouillé?

L'instant bronzette devient un instant beuverie

Comme c’est bien souvent le cas quand il s’agit de réunir deux «univers», le scénario joue d’idioties et de prétextes pondus à la va-vite pour inviter à la confrontation. Un lieu identique, une capture de croco qui tourne mal, sans compter une expérience scientifique qui dégénère... Voilà le trio perdant pour justifier un métrage qui tient avec trois ficelles narratives usées jusqu’à la corde. Malgré de nombreuses incohérences (légèrement en deçà de la moyenne), il faut tout de même reconnaître que le film demeure assez dynamique dans son ensemble. La progression dans la forêt et aux alentours du lac offre un terrain de jeu relativement conséquent pour les trois groupes de hors-d’œuvre sur pattes (étudiantes, forces de l’ordre et commando...).

Malgré cet aspect généreux qui n’hésite pas à trucider de la donzelle comme il se doit, les attaques se résument à croquer (de préférence par la tête) cette marmaille sans cervelle. Seulement, la majeure partie de celles-ci (et donc du film) se consacre au crocodile géant ou plutôt aux crocodiles pas si énormes que cela. On peut toujours arguer qu’il s’agit de jeunes reptiles, il n’empêche qu’ils paraissent ridicules. Pour ne rien arranger, les effets spéciaux n’aident en rien à s’ôter cette impression de l’esprit. De plus, on expédie négligemment les trop rares attaques maritimes pour privilégier les assauts sur la terre ferme. Un comble quand on sait que les crocodiles et les anacondas sont plus à l’aise dans l’eau!

Croco écolo Vs Chasseur pollueur

Et les serpents dans tout ça? Ils se font plutôt discrets puisqu’il faut attendre la dernière demi-heure pour les voir entrer en action. Dommage, car ceux-ci disposent de moyens un peu plus conséquents que leurs adversaires. Étouffement, gobage de victimes vivantes... Sans être transcendant, un effort minimal a été effectué sur ce point. Ce n’est pas pour autant que cela rattrape un ensemble déjà bien miné par un second degré inconstant et des dialogues indigents. Entre les frasques du shérif adjoint, la trogne déconfite de Yancy Butler, la platitude de Corin Nemec ou le rôle bad-ass de Robert Englund, on ne sait pas trop sur quel pied danser en compagnie de cette fine équipe.

La période de vache maigre se prolonge aussi pour l’affrontement tant attendu entre les anacondas et les crocodiles. À croire que les bestioles se rencontrent par inadvertance tant la taille de la forêt paraît conséquente. Il en ressort des plans mal cadrés où les amas de pixels se mordent à la vitesse grand V. En nombre, aucun ne semble avoir le dessus. De fait, on déséquilibre volontairement un camp ou l’autre pour régler les comptes. Les crocos s’amusent à faire d’un anaconda un spaghetti, tandis que les serpents sont davantage portés sur le presse-purée et le recyclage de boîte de conserve de luxe. Bref, il suffit de deux ou trois combats à l’emporte-pièce pour boucler l’affaire.

Sushi de croco farci à la blondasse pour anaconda affamé

Au final, Lake Placid Vs Anaconda ne redore nullement le blason des deux franchises qu’elle exploite avec peu d’enthousiasme. Si l’on peut saluer un rythme emporté qui ne faiblira pas en cours de route, on en demeurera là pour les bons points. Le reste n’est qu’un rappel des errances de deux sagas qui ont sombré depuis bien longtemps dans les affres du bis. Un survival animalier bas de gamme qui s’avère très décevant quand il s’agit de fournir des combats nerveux entre les deux reptiles. Un prétexte qui soutient un scénario famélique affublé d’échanges calamiteux. Autrement dit, une nouvelle itération vaine qui laisse augurer du pire dans l’éventualité d’une suite évoquée dans les dernières images. Aurons-nous droit à un anacondile ou à un crocononda? La question a le mérite d’être posée...

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...
Un Coup de Tonnerre
Il n'y a rien à faire, malgré que le sujet ait été exploité à de multiples reprises, chaque film abordant le voyage dans le temps et ses conséquences attise encore la curiosité. Il faut dire que les possibilités sont infinies et que voir ce qu'aurait pu devenir notre monde si tel ou tel événement s'était produit reste toujours très excitant. Bien fait, ça peut donner des choses telles...
Amityville : Darkforce
Depuis le second volet, la saga Amityville n’a plus grand-chose à offrir. Les suites se sont enchaînées et se sont révélées au mieux moyennes, au pire d’une infâme nullité. Le fait de voir arriver une septième itération relève donc plus de la gageure cinématographique que d’une nécessité à fournir une nouvelle pierre au mythe du 112 Ocean Avenue. La qualité déclinante, le manque...
Mulberry Street
- Meilleur film indépendant 2007 au festival de Toronto - Black tulip 2007 du meilleur film au festival d'Amsterdam - Meilleur film 2007 au fant-asia Film festival ainsi qu'une foule d'autres sélections, c'est avec cet impressionnant palmarès que nous accueille fièrement Mulberry Street . C'est certain qu'une tonne de références n'a jamais fait un bon film (on se demande parfois si le public des...
L'attaque du requin à cinq têtes
Aussi improbable que cela puisse paraître, L’attaque du requin à deux têtes , production méphitique s’il en est, semble avoir lancé une franchise inutile et idiote. À l’instar de Sharknado , cette coproduction SyFy/Asylum massacre le survival animalier dans les grandes largeurs. La bêtise du concept associé à des moyens (budgétaires et mentaux) restreints suffit à fournir des...