Voir la fiche complète du film : The Dinosaur Project (Sid Bennett, Tom Pridham - 2012)

The Dinosaur Project

Plus une production fauchée sympathique qu'une purge complète, The Dinosaur Project sera surtout une occasion pour le comité de défense des navets à dinosaures de sortir ses pancartes.
Publié le 31 Mars 2018 par KinemaVoir la fiche de The Dinosaur Project
6
Dinosaure Jungle

Qui a dit que le film de dinosaures était mort ? Les deux suites à Jurassic Park en deçà — pourtant très appréciées de votre humble serviteur — des attentes ? Ou la tentative de reboot/sequel Jurassic World, véritable déminage au box-office, mais flingué par-ci par-là par la critique ? Non, impossible, inconcevable. Rien n’atteindra la candeur de ces êtres surdimensionnés, pas même le moyen Dinosaur Project qui, malgré son manque de bons arguments, parvient à charmer un cinéphile, paléontologue de cœur, vouant un culte d’émerveillement à ces reptiles géants.

Maintenant que les fleurs ont été jetées, on peut se pencher sur ce Dinosaur Project nous contant les mésaventures d’une équipe de tournage qui s’enfonce de plus en plus profondément dans une jungle hostile. Troisième spoiler, après le titre et l’affiche, ils vont faire la rencontre inopinée de créatures s’apparentant à ces titans disparus. Un scénario simple et suffisant qui sera même étayé par quelques rebondissements, pas toujours adroits, mais au moins louables.

Car non, il n’est pas spécialement nécessaire d’ajouter beaucoup de densité à ce pitch efficace et prometteur. De toute façon, c’est l’apparition des monstres du jurassique qui nous fait languir. À ce sujet, le bestiaire de The Dinosaur Project se montre peu généreux — sans être complètement avare — car, seulement quatre espèces différentes nous seront présentées, avec des effets spéciaux plutôt acceptables. L’utilisation de la caméra à l’épaule propre au found footage aide à camoufler des CGI un peu fragiles comme on se serait fait la remarque pour l’excellent Troll Hunter d’André Øvredal, également derrière la caméra de l’intriguant The Jane Doe Identity. Et tant qu’on parle de found footage sur cette thématique, citons le Extinction d’Adam Spinks, assez moyen également avec pour autre point commun un budget dérisoire.

Durant le visionnage, on se surprendra même à rire des comportements nanardesques des personnages avec une palme pour ce perchman fonçant vers l’ennemi – un essaim de ptérosaures, rien que ça — avec pour seule munition, vous l’aurez deviné, sa perche télescopique. Le suicide de cet homme armé de son symbole phallique cacherait-il un propos féministe sous-jacent ? Ou est-il la victime sacrifiée sur l’hôtel d’une équipe de scénaristes bourrés ?

Que retenir par conséquent de ce Dinosaur Project ? Si ce n’est le fait qu’il ne s’agit là l’une des meilleures productions développant ce sujet en dehors de la franchise Jurassic Park. C’est pour dire à quel point la concurrence est rude depuis les années 2000. Revoyez donc la classique de Spielberg et ses suites, faites un détour par The Lost World, La Vallée de Gwangi ou une autre ancienne bobine et revenez vers cette petite série B maladroite si votre soif de dinos n’est pas encore étanchée, car elle mérité bien plus votre bienveillance qu’une analyse meurtrière de trois pages dans les Cahiers du cinéma. Au pire, ce sera un amuse-bouche pour s’échauffer les yeux avant le dernier long de Juan Antonio Bayona, à savoir Jurassic World: Fallen Kingdom.

Autres critiques

Vampire Lovers
En Styrie, au début du XIX ème siècle, d'étranges morts se succèdent tandis qu'une jeune femme s'immisce dans la vie de Laura, une fille de bonne famille. Au début des années 70, après l'énorme succès de ses franchises phares, principalement les Dracula et Frankenstein , la Hammer se devait d'apporter un peu de sang frais à sa ligne éditrice. Ainsi, en explorant par exemple une autre attraction...
Happy Birthday : Souhaitez ne jamais être invité
Une bande d’amis – qui aiment s’appeler le « top dix » - sont confrontés à un tueur qui les a pris pour cible. Le plus troublant est que ce psychopathe semble les connaître. Se cacherait-il parmi l’un d’entre eux ? Habitué de grandes productions, dont certaines d’entre elles font figure de classique ( Les canons de Navarone , Les nerfs à vif …), Jack Lee Thompson s’essaye à un genre en vogue dans...
Le Silence des Ombres
Cara, une brillante psychiatre qui possède une prédilection pour analyser les personnalités multiples, se voit confier par son père un cas des plus étonnants. David est assailli par les identités d'individus censés être assassinés il y a de cela de nombreuses années. Devant l’unique opportunité qui se présente à elle, Cara enquête sur David ainsi que son passé. Mans Marlind et son...
La pluie du diable
Bien souvent, les productions sur le satanisme sont l’expression de fantasmes issus de l’imaginaire collectif. Des histoires telles que L’exorciste joue de surréalisme pour dépeindre le mal de manière explicite. On ne reviendra pas sur le statut de chef-d’œuvre mérité et incontournable de l’adaptation de William Friedkin. Tout aussi culte, Rosemary’s Baby se...
Hannibal
Si l'on demande à des lecteurs ou des cinéphiles de citer des tueurs en série qui les ont frappés, il y a de fortes chances pour qu'Hannibal Lecter figure dans leur top 5 auprès de Charles Manson et consorts. Tout comme Sherlock Holmes, il marque la culture populaire d'une empreinte au fer rouge. Un constat qui perdura dans le temps au point peut-être de le confondre avec de réels sociopathes...

Sur Horreur.net