Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Monster Brawl (Jesse Thomas Cook - 2011)

Monster Brawl

Un geek parvient à réunir huit monstres sur le ring, afin de déterminer quelle sera la créature la plus puissante au monde ! Cook tente ici un pari audacieux, sous l'angle de la comédie. L'humour n'étant guère au rendez-vous, on finira par trouver l'ensemble répétitif et enfantin.
Publié le 9 Septembre 2013 par GORE MANIACVoir la fiche de Monster Brawl
4
Momie Loup-Garou Vampire Zombie Cimetière
Un geek féru de films d'horreur et de catch parvient à réunir huit monstres sacrés sur le ring, afin de déterminer quelle sera la créature la plus puissante au monde !

Le moins que l'on puisse dire en consultant le pitch de Monster Brawl, c'est que le réalisateur et scénariste du film, Jesse T. Cook, n'a pas eu peur d'aller très loin dans son délire, en confrontant des légendes du Septième Art pour un tournoi de catch ! Si l'on consent bien volontiers à suivre le cinéaste dans son trip, il faut un tant soit peu apprécier l'univers de ce sport spectacle.
Sinon, le résumé ci-dessus consistant à combler les 90 minutes du métrage, vous trouverez le temps bien long devant ce film qui se présente comme un live télévisé d'un tournoi, avec présentation des adversaires (avec un humour qui ne casse pas des briques) et commentaires acérés des deux animateurs.

Outre les monstres classiques (le Monstre de Frankenstein, la momie, la vampire, le zombie, la sorcière, le loup-garou), Cook y ajoute un cyclope tout droit évadé de la Mythologie, ainsi qu'une putride créature des marais dont le faux reportage sur ses activités façon National Geographic parviendra à nous arracher un sourire.
Les autres séquences censées nous résumer les forces en présence disposent certes de quelques beaux efforts (qualité de la photographie notamment), mais n'offrent aucun fait marquant. Entre deux combats à mort, les interventions de quelques stars du catch méconnues dans nos contrées (n'espérez pas ici voir The Rock laminer la Sorcière Maudite) ne présentent aucun réel intérêt (ré)créatif, la faute à des dialogues rarement acerbes, de sorte que l'on se demande rapidement le but recherché par le réalisateur !

En effet, les fans hardcore de ce sport populaire ne trouveront guère de séquences époustouflantes à se mettre sous la dent. Les fans d'horreur ne seront aucunement choqués devant quelques têtes explosées ou membres dévorés ici et là !
Auteur d'un Scarce plutôt efficace et sanglant, Cook tente ici un pari audacieux, celui de mélanger deux univers très différents, sous l'angle de la comédie. L'humour n'étant guère au rendez-vous, on finira par trouver l'ensemble répétitif et enfantin.

En additionnant toutefois deux thèmes qui en ce moment drainent une quantité conséquente d'aficionados, Cook a minimisé les risques. En proposant, en outre, un métrage pas trop violent et très second degré, il espérait bien convaincre un maximum de distributeurs de diffuser largement un programme original mais accessible (imaginant même déjà une possible suite en cas de succès) !

Difficile d'être plus sévère avec Monster Brawl, car on finit par se prendre au jeu du pronostic, assistant à une finale assez distrayante. Néanmoins, on peut s'interroger sur la santé du cinéma en assistant à ce genre de film, qui se contente de recycler des monstres mythiques que l'on aimerait revoir sous un autre jour.
En attendant, hormis les fans de Lance Henriksen (où plutôt de sa voix, puisqu'on n'apperçoit pas notre cher Bishop, trop occupé sans doute à négocier son cachet en coulisse) ou les allumés de catch underground, il paraît compliqué de conseiller cette mixture cinématographique assez fade à beaucoup de monde, surtout en temps de crise.

Quitte à monter sur le ring, autant préférer au très modeste Monster Brawl le remarquable The Wrestler, avec une vertigineuse composition de Mickey Rourke !

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

En eaux troubles
Vouloir produire un film de requins à l’heure actuelle peut relever du suicide artistique si l’on souhaite s’engouffrer dans la brèche abyssale laissée par Asylum, SyFy et consorts. Hormis Instinct de survie et 47 Meters Down , peu de bobines se sont révélées intéressantes ces cinq dernières années. En ce sens, une sortie sur grand écran est tout aussi surprenante qu’...
Shark 3D
Un groupe d'étudiants décide de se rendre chez l'une d'entre eux, en Louisiane, pour passer de bonnes petites vacances. Malheureusement pour eux, sur place des squales affamés ont investi le lac, mais ils ne semblent pas être le pire des dangers. Les films de requins sont légion dans le paysage cinématographique. Inutile de citer les références du genre qui ont engendré moult navets,...
Clownhouse
Alors que les années 1980 touchent à leur fin, le cinéma d’horreur est particulièrement hanté par les boogeymans et autres psychopathes issus des slashers. Sous-genre en perte de vitesse à l’époque, ce dernier reste la principale base de travail de Clownhouse , même s’il n’officie pas vraiment dans ce style. Comme son titre l’indique, le premier métrage de Victor...
Insidious
Depuis le premier Saw et le choc qu'il a constitué (aussi bien pour les spectateurs que pour le cinéma d'horreur en général), James Wan fait partie des réalisateurs talentueux à suivre. Le hard-boiled Death Sentence et le très sympathique Dead Silence sont également là pour le rappeler. Du coup, en apprenant que l'australien allait s'attaquer au thème de la maison hantée, on ne...
Skull
Si l'on ôtait les effets gores très réussis et le look ultra-classe du tueur, à mi-chemin entre Hitman et Skeletor , Laid to Rest premier du nom n'était finalement qu'un slasher très banal, en outre desservi par une réalisation parfois bancale. Il semblerait que Robert Hall en ait eu pleinement conscience puisqu'à l'occasion de cette suite, il a décidé de revoir sa copie et de...