Voir la fiche complète du film : Amityville 2: Le Possédé (Damiano Damiani - 1982)

Amityville 2 : Le possédé

Une suite qui s’écarte du modèle narratif de son prédécesseur par un traitement plus brutal et dynamique, ne laissant que peu de place au doute sur la présence d’un esprit maléfique au 112 Ocean Avenue. Malgré des premières manifestations propres aux films de hantise, le thème de la possession reste prépondérant et présente un point de vue différent de l’affaire Amityville.
Publié le 5 Avril 2019 par Dante_1984Voir la fiche de Amityville 2: Le Possédé
7
Cimetière

Le premier film de la saga Amityville se penchait sur la période d’habitation de la famille Lutz. Arnaque opportuniste ou cas avéré de maison hantée, l’intrigue se développait sur l’influence latente de l’assassinat de la famille DeFeo. Ce dernier point étant un argument de poids pour soutenir l’aura glauque des lieux. À peine évoqué en début de métrage, ce fait divers des plus sordide reste pourtant essentiel pour mieux appréhender la genèse des événements. Trois ans après le succès cinématographique du précédent opus, une suite est mise en chantier. Celle-ci fait office de préquelle pour découvrir une autre facette de l’histoire du 112 Ocean Avenue.

Le visage du démon ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, ce deuxième volet est un peu l’antithèse de son modèle. Certes, le cadre reste similaire et les aboutissants également, mais on ne peut parler d’une continuité, à tout le moins de cohérence entre les deux productions. La raison est très simple, le traitement du sujet est foncièrement différent. À commencer par la gestion des manifestations paranormales. Ici, elles surviennent avec plus de force et de brutalité. Les dessins sur les murs, les hallucinations (le bras emmuré), le désordre soudain dans la cuisine... Chaque élément est plus explicite, plus percutant dans sa présentation.

La première partie tend à nous faire penser à la présence d’un poltergeist. Par ailleurs, cette approche est similaire au Poltergeist de Tobe Hooper, également réalisé la même année. Les effets de mise en scène, comme la vue objective du point de vue de l’entité, s’essayent à une suggestion toute différente de son prédécesseur. Là où le film de Stuart Rosenberg suscitait le doute, au risque de se perdre dans ses multiples considérations, Amityville 2 prend un parti bien défini. En l’occurrence, on reste ancré dans les domaines de la religion et de la possession. On écarte toute approche rationnelle et pragmatique, tout comme les allusions de sorcellerie et de pratiques occultes évoquées par le passé.

La maison qui voit tout !

Par la suite, l’accent est mis sur la possession du fils aîné et des poursuites judiciaires qui découlent de ses crimes. De fait, on s’éloigne quelque peu du cadre domestique et de la sensation d’isolement éprouvée dans le premier volet. Ici, la vulnérabilité tient au salut de l’âme et non à l’impuissance d’une famille face à des phénomènes paranormaux. Pour cela, le récit s’appuie sur le fait que Ronald DeFeo entendait des voix lui commander de tuer les siens. Bien que la «folie» ne fut pas retenue à son procès, cette thèse fait l’objet d’un travail méticuleux qui se départit de tout réalisme au profit d’une vision très spectaculaire, voire grotesque, de la possession. Notamment en ce qui concerne la transformation physique du principal intéressé.

Autre point sur lequel se différencie le présent métrage: l’image de la famille. Les Lutz sont dépeints comme un foyer moderne et stable. Les Montelli, pendant fictif des DeFeo, sont l’archétype de la famille dysfonctionnelle. Père violent et incapable d’exprimer ses sentiments, mère bigote empreinte de superstitions, fils aîné assimilé au bouc émissaire du clan... L’aspect conservateur et suranné de cette image peu avenante reste néanmoins le moindre mal lorsqu’on évoque la relation incestueuse entre Johnny et Patricia. Par ailleurs, cet élément peut constituer indirectement un mobile légitime pour l’auteur des meurtres; qu’il s’agisse de préserver un secret de famille ou d’annihiler le cadre illusoire de son existence.

Portrait (incomplet) d'une famille dysfonctionnelle

Au final, Amityville 2 se révèle foncièrement différent de son aîné. Le rythme narratif se veut plus emporter et les manifestations tiennent davantage aux rejets des symboles religieux. Cela passe par la classique croix du Christ renversée ou voilée, mais surtout par l’acte sexuel incestueux avancé comme un blasphème ou une offense. De même, on peut s’attarder sur cette construction en deux parties qui présentent les faits et leurs conséquences à court terme. L’incursion demeure intéressante et a le mérite de proposer une expérience foncièrement différente, même si le thème reste similaire. On ne parlera donc pas d’une suite logique, mais plutôt d’une vision complémentaire assez pertinente, exception faite de quelques séquences par trop grandiloquentes et explicites pour traiter du sujet de la possession.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Killing Sharks
Comme un grand nombre de prédateurs, le requin fait partie des animaux que l'être humain craint le plus, au même titre que le crocodile, la pieuvre géante ou encore l'ours. Il est donc assez logique que des producteurs peu scrupuleux tentent de jouer sur la peur de ces animaux en faisant des films d'horreur. Et ils ne sont pas nombreux à tirer leur épingle du jeu. On pourra noter le...
Quiet Ones
Dans les années 70, Joseph Coupland, professeur renommé à l'université d'Oxford, essaie de soigner la jeune Jane Harper, orpheline suicidaire qui prétend être possédée par une certaine Evey. De retour aux affaires depuis près de dix ans, la cultissime firme Hammer s'attaquait ici au found footage, sous-genre horrifique à la mode depuis le Projet Blair Witch . A Oxford, passionné par la...
Véritable Histoire de Blanche-Neige, La
Sincères félicitations, mon gars. Tu as fait du bon boulot et j'espère que tu as été rémunéré en conséquence. Je te souhaite également de travailler un jour à un niveau plus élevé de production, car tu as du talent, et ce serait gâcher que de le laisser moisir dans les tréfonds du cinéma de série Z. Non, je ne m'adresse pas à l'inénarrable David DeCoteau (D.D. pour les intimes). Ces compliments...
Conjuring 2 : Le cas Enfield
Rompu au cinéma de genre depuis les prémices de la saga Saw , James Wan s’est très vite montré un réalisateur curieux et talentueux, n’hésitant pas à lâcher certaines franchises pour en créer d’autres. Si Insidious s’est révélé d’une étonnante constance au fil de ses différents opus, Conjuring redonnait ses lettres de noblesse aux films d’épouvante et de...
Une Hache pour la Lune de Miel
Ayant repris avec succès la salon de haute couture de sa mère, John Harrington, jeune, riche et célèbre, semble être le plus heureux des hommes. Cependant, derrière un sourire de façade, se cache un dangereux tueur en série. Après avoir délaissé le cinéma fantastique gothique de ses brillants débuts ( Opération Peur , son dernier chef d'oeuvre en la matière, date de 1966), Mario Bava s'...