Voir la fiche complète du film : Memorial Valley Massacre - Valley of Death (Robert C. Hughes - 1988)

Memorial Valley Massacre

Petit slasher fin 80’s qui mérite à peine le détour hormis pour les inconditionnels du genre qui devraient quand même avoir du mal à y trouver leur compte...
Publié le 5 Juillet 2014 par JulienVoir la fiche de Memorial Valley Massacre - Valley of Death
4

L'intrigue de ce Memorial Valley Massacre tient sur un timbre-poste, comme bon nombre des films d'un genre qui a connu son heure de gloire dans les années 80 et qui a retrouvé quelques lettres de noblesse avec le Scream de Wes Craven avant de les reperdre assez vite hélas. De temps en temps, un bon slasher émerge du lot de direct-to-video mais ils ne sont pas légions.

On retrouve donc un certain David qui débarque pile poil au moment de l'ouverture d'un camp de vacances construit par son paternel. Sans boulot, David est vite confié par son père aux bons soins du responsable du site qui ne voit évidemment pas d'un bon oeil l'arrivé de ce jeune blanc bec. Les campeurs arrivent et s'installent mais la situation va vite se corser lorsque l'un des vacanciers est retrouvé mort et en sale état sur le camp...

Réalisateur au préalable d’un Chasse Sanglante (1986) et d’un nanardesque Zadar ! Cow from hell (littéralement, la vache de l’enfer !), Robert C. Hughes n’aura pas fait une longue carrière dans le cinéma après Memorial Valley Massacre (il sombrera même avec un téléfilm érotique, Lusty Liaisons 2, qui doit traîner sur youtube sous son titre tchèque). Après vision de ce slasher bas de gamme, on est guère surpris voire même plutôt soulagé qu’on ait pas refilé encore du blé à cet individu pour tourner un Memorial Valley Massacre 2 : Return of the angry cro-magnon !

Lorsque Memorial Valley Massacre sort sur grand écran, nous sommes quand même déjà en 1989 et la vague des slashers lancée par La Nuit des Masques de Carpenter et le Vendredi 13 de Cunningham souffle presque ses dix bougies. On était donc en droit d’attendre quelque chose d’un peu plus neuf et non un enième ersatz d’un des films précités. Las, on a l’impression au bout de quelques minutes de film seulement qu’on va véritablement se goinfrer un sous-Vendredi 13 mou de chez mou. Et cette impression ne va pas durer qu’un quart d’heure mais bien les 90 minutes du film complet !

Le problème majeur du film ne vient pas forcément du fait que l’on soit en face d’un schéma mille fois vu avec un groupe d’individus qui se font tuer les uns après les autres dans un lieu unique (ici un camp paumé dans les montagnes) par un désaxé. On a pu voir plusieurs réalisateurs faire des merveilles sur des scénarios pas forcément originaux (Jeepers Creepers, Détour Mortel). Comme dans toute chose, il y a ce que l’on appelle le « fond » et la « forme ». Dans le cas de Memorial Valley Massacre, Robert Hugues se plante sur les deux : la mise en scène est approximative, la photographie peu flatteuse, la musique complètement "autre" par moment, le rythme inégal...

Et pourtant, malgré un démarrage un peu lent, le film de Hugues trouve finalement son rythme de croisière après une séquence aussi foutraque que marrante dans laquelle un ado obèse qui fait du quad est poursuivi un bon moment par le tueur (qui, au passage, nous a été révélé cash par le réalisateur au bout d'un petit quart d'heure de film! no whodunit here !) qui fini par le rattraper et le tuer.

Après le premier meurtre donc, Hugues enclenche la seconde et va amener au spectateur avide de slasher ce qu'il attend : des meurtres réguliers avec ce qu'il faut d'hémoglobine. Ne vous attendez pour autant pas à des hectolitres ni à du gore bien craspec mais bon, dans l'ensemble les meurtres sont sympas (ça fait bizarre d'écrire ça quand même!) et cela reste distrayant. Dommage que cela soit le seul motif qui peut inciter à poursuivre la vision du film : voir qui va mourir et comment...

Reste son casting : John Kerry, vu dans pas mal de séries TV (Chips, L’homme qui tombe à pic, Mike Hammer) et films mais pas vraiment dans le genre qui nous occupe ici. Les amateurs reconnaîtront aussi peut-être la tronche de ce bon vieux William Smith. Mais si, vous l’avez vu dans des titres comme La loi du Talion, Grave of the vampire, le Piranha de William Gibson (pas celui de Dante donc), New York ne répond plus aux côtés de Yul Brunner et Max Von Sydow, Ca va cogner (avec Clint Eastwood et son orang-outan Clyde), il est aussi le père de Conan dans le film de John Milius ou encore Maniac Cop, Uncle Sam, Jumper…. bref un habitué de nos colonnes !

Vous l'aurez compris, Memorial Valley Massacre est un petit slasher de seconde zone assez dispensable mais qui comporte pas mal de clichés qui pourront peut-être faire sourire les habitués du genre.

Autres critiques

Les Portes du temps : un nouveau monde
La série Nick Cutter (ou Primeval ) tire sa révérence en 2011 après cinq saisons à l'intérêt inégal. Il en ressortait une saga distrayante, bien fichue, mais répétitive et aux aboutissants assez décevants dans l'ensemble. Pour rappel, le dénouement n'offrait pas toutes les réponses que l'on attendait et se permettait d'ouvrir une porte (pas temporelle celle-ci !) vers de...
Oceans Rising
En marge de ses mockbusters et autres survival animalier méphitiques, Asylum collabore régulièrement avec son comparse de beuveries, SyFy, à des films catastrophe qui n’ont jamais aussi bien porté leur nom. Parmi les dernières ignominies commises, on peut évoquer Age of Ice , ainsi que San Andreas Quake . Dans la majorité des cas, l’existence de ces productions mal fagotées tient à un...
La Colline a des Yeux
D'un commun accord, on peut dire que Wes Craven est capable du pire comme du meilleur. Inventeur de deux des plus grandes figures du cinéma d'horreur que sont Freddy et Ghostface ( Scream ), il est aussi responsable de films de qualité plus discutables. Mais ses premiers films ont marqué certaines personnes, certains adolescents, qui, en grandissant, ont voulu en faire des remakes. Ainsi...
Une porte vers l'enfer
Au même titre que la littérature, le cinéma scandinave est reconnu pour ses polars et ses intrigues très psychologiques. Le constat est facile, mais à la fin des années 1990, il n’était pas aussi évident. Malgré le peu de productions exportées à l’époque, certaines sont tout de même parvenues à se frayer un chemin jusqu’à nos frontières. De prime abord, Une porte vers l’...
Le Fantôme Vivant
Dans une sinistre demeure perdue au fin fond de la campagne anglaise, divers personnages se réunissent à l'occasion de la mort du propriétaire des lieux, l'étrange Henry Morlant. Le succès des premiers films d'épouvante des studios Universal aux Etats-Unis inspirent les producteurs européens qui, à leur tour, se projettent dans plusieurs projets du même genre. Le Fantôme Vivant , qui...