Voir la fiche complète du film : Lèvres de Sang (Jean Rollin - 1975)

Lèvres de Sang

Lors d'une soirée mondaine, Frederic tombe par hasard sur une photographie de ruines, qu'il croit connaître. Lèvres de Sang peut être considéré, à juste titre, comme l'un des meilleurs films du réalisateur, plus accessible que bon nombre de ses autres expériences.
Publié le 3 Octobre 2013 par GORE MANIACVoir la fiche de Lèvres de Sang
8
Cimetière

Lors d'une soirée mondaine à Paris, Frederic tombe par hasard sur une photographie de ruines, qu'il croit connaître. Obsédé par cette image, il est alors assailli de souvenirs remontant à son enfance, et d'une somptueuse femme pâle en particulier.

Depuis son premier film, Le Viol du Vampire, en 1968, Jean Rollin reste fidèle à une même ligne de conduite, qu'il ne quittera presque jamais jusqu'à sa mort, à savoir un univers baroque, surréaliste et lyrique, dans lequel se croisent des personnages isolés et tortueux.
Son personnage fétiche, la femme vampire, se retrouve à nouveau au centre de toutes ses attentions dans Lèvres de Sang.

Au casting, il renoue avec Jean-Loup Philippe (co-auteur de ce film), déjà entrevu dans son premier métrage, les jumelles Castel (premières égéries de Rollin avant sa rencontre avec Brigitte Lahaie), ainsi que la célèbre actrice de charme Claudine Beccarie (Elsa Fräulein SS). Cette profusion d'actrices "spécialisées" n'est pas une première pour Rollin qui, à partir de cette période, doit se résoudre à réaliser des films érotiques et pornographiques afin de financer ses projets personnels.
D'ailleurs, Lèvres de Sang connaîtra un montage classé X, sorti un an plus tard, rebaptisé pour l'occasion Suce moi Vampire, et tourné avec la même équipe, afin d'amortir le manque de rentabilité du premier métrage.

A l'heure où la Hammer subit la concurrence de films d'horreur plus "visuels", tel l'Exorciste, il est certain que le fantastique suggestif de Rollin peine à rencontrer son public. Pourtant, Lèvres de Sang marque un premier tournant dans la carrière de l'auteur, qui impose plus de rythme à sa mise en scène et davantage de clarté narrative.
Rollin délaisse ainsi les longues scènes muettes de ces débuts au profit d'un suspense bien installé, même si la nostalgie y est plus présente que jamais (conf les rôles octroyés aux soeurs Castel et la scène du cinéma). Pour autant, le cinéaste conserve ses thématiques de prédilection : décors funestes (le cimetière, les ruines et sa fameuse plage), personnages sombres et insondables (les quatre vampires), lieux interlopes...

Malgré quelques lenteurs et un côté horrifique aujourd'hui bien désuet, les nostalgiques d'un certain cinéma désormais disparu ne trouveront pas le temps long devant cette déclaration d'amour à un monde fantastique d'un autre temps. Disposant de budgets réduits, Rollin ne peut pas toujours soigner les détails.
Toutefois, les séquences nocturnes sont superbement filmées et Jean-Loup Philippe est plutôt convaincant dans le rôle d'un homme tourmenté, emprisonné dans un passé qu'il a volontairement mis de côté à la mort de son père. Face à lui, Annie Belle (la Maison au Fond du Parc) attire l'attention, avec un jeu sobre et un certain magnétisme.

Comme tout au long de sa filmographie, le vampirisme vu par Rollin est féminin et érotique. Chaque morsure ressemble surtout à un long baiser mortel, sans doute une façon d'adoucir sa vision de la Mort, celle-ci étant traitée ici de manière sommaire mais aussi éthérée (conf le meurtre de la photographe, voire celui du gardien du cimetière, interprété par Rollin en personne).

L'épilogue, loin d'être ordinaire pour l'époque (la différence est alors salvatrice, et permet de s'éloigner d'un monde que le cinéaste n'apprécie guère), reliera finalement ce métrage aux précédents par sa mélancolique poésie.

Pont entre deux périodes importantes de sa carrière (ses débuts dès 1968, puis sa période la plus gore, qu'il initiera dix ans plus tard avec les Raisins de la Mort), Lèvres de Sang peut être considéré, à juste titre, comme l'un des meilleurs films du réalisateur, plus accessible que bon nombre de ses autres expériences, tout en conservant ce lyrisme intemporel propre à son auteur.
Il est également le point de départ idéal pour tout cinéphile souhaitant découvrir l'atmosphère unique d'un cinéaste à part dans le paysage cinématographique français.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

World War Z
Devant le succès de l'excellent best-seller de Max Brooks et la fièvre des morts-vivants qui se propagent à toute la culture populaire, il semblait inévitable de voir débarquer World war Z sur nos écrans. En général, ce genre d'adaptation se concrétise sous forme de productions modestes aux moyens limités. Dans le cas présent, ce n'est autre que Brad Pitt et sa société Plan B qui s...
The Walking Dead
Adaptation du célèbre comic éponyme, The walking dead nous décrit une invasion de morts-vivants à travers la planète. Rick, adjoint au shérif, se réveille dans sa chambre d'hôpital est constate l'ampleur du cataclysme qui a définitivement mis fin au monde qu'il a connu. Frank Darabont est un réalisateur avant tout passionné et passionnant de par son travail et une filmographie...
Feast
Le gore et le fun, ce sont deux choses qui vont bien ensemble, et un grand nombre de réalisateurs l'ont bien compris. Évidemment, il ne faut pas non plus que cela devienne trop lourdingue au risque de devenir n'importe quoi et de finir dans les oubliettes, sauf pour les amateurs de bizarreries et autres malades mentaux. Après avoir fait un petit tour avec Dogma , film qui a connu son...
La Mort au bout du fil
Je dois bien vous l'avouer: je n'attendais pas grand chose de ce film. A ma décharge, il faut reconnaître que les thrillers médiocres, sans envergure et plus efficaces qu'une boîte de somnifères sont aussi nombreux que les points noirs sur le front d'un adolescent. Donc, en mettant Mort au Bout du Fil dans le lecteur, je m'attendais à passer 1h30 devant une histoire mille fois...
Prisoners of Power : Battlestar Rebellion
Depuis que Timur Bekmambetov a ouvert la brèche il y a quelques années, avec Night Watch , le monde porte un regard nouveau sur le cinéma russe tandis que ce dernier ne se prive pas de lui faire de l'oeil, au monde, en cherchant à singer les blockbusters US, voire en marchant carrément sur leurs plates-bandes. Déluge d'effets spéciaux numériques, histoires ambitieuses et réalisations tapageuses,...