Voir la fiche complète du film : Furie (Brian De Palma - 1978)

The Fury

Furie est un très bon thriller fantastique signé Brian De Palma. Peut être pas son film le plus mémorable mais un bon compromis de tout ce qui a fait le style du réalisateur.
Publié le 5 Juillet 2014 par OeilsansvisageVoir la fiche de Furie
8

*** Attention spoilers ***

Deux ans après Carrie au bal du diable, Brian De Palma poursuit sa lancée dans le fantastique en traitant à nouveau de jeunes gens dépassés par leurs pouvoirs surnaturels.

Tout commence dans une station balnéaire en Israël où deux vieux amis, Peter Sandza et Ben Childress, respectivement campés par Kirk Douglas et John Cassavetes, discutent du départ en retraite du premier. Accompagnés par le fils de Sandza, les deux hommes se remémorent leur passé commun dans un service secret américain. Le relais est transmis et permet à Childress de se retrouver à la tête du mystérieux groupe. Tout semble aller pour le mieux quand un commando de terroristes débarque soudainement sur la plage et se met à tirer sur tout ce qui bouge. Le nouveau retraité semble particulièrement visé par l’attaque tandis que son ami empêche son fils Robin de lui venir en aide. Le croyant mort, Childress va à la rencontre d’un des membres du commando qui a filmé la scène mais son ancien collègue voit tout et comprend alors qu’il a été trahi. Dans le feu de l’action, il tente de se venger en tuant son faux-frère mais ne parvient qu’à le blesser. Déterminé à ne pas en rester là, il ne voit d’autre solution que de s’enfuir, séparé de son fils qui lui se retrouve sous la tutelle du manipulateur, croyant son père mort au cours de l’attaque.

Sandza père et fils avant l'assaut

Le jeune Robin est en fait doué de pouvoirs paranormaux que les services secrets entendent mettre à leur disposition une fois débarrassés de l’autorité légale du père. De retour en Amérique, ce dernier va tout faire pour retrouver son fils. Activement recherché, il doit passer incognito et déjouer les pièges tendus par son ennemi. Celui-ci a placé le jeune homme dans un centre de recherche sensé l’aider à mieux contrôler ses pouvoirs. Afin de le retrouver, son père entre en contact avec d’autres médiums qui pourraient le mener jusqu’à lui. Avec l’aide d’un premier homme, il découvre Gillian, une jeune femme chez qui le pouvoir semble très développé. Comme c’est le cas pour Robin, elle ne maîtrise pas ses aptitudes, ce qui l’amène à intégrer l’institut de recherche spécialisé. Quand elle y entre, Robin est déjà reparti, mais elle ne tarde pas à découvrir qu’il y a fait un séjour grâce à ses dons de clairvoyance. Elle va finalement s’échapper avec la complicité de sa tutrice, qui collabore elle aussi avec Peter. Une fois dehors, ils entreprennent de retrouver Robin.

La jeune Gillian pas encore au top

La construction du récit en plusieurs histoires parallèles convergeant en une rencontre finale fait de Furie une intrigue palpitante que l’on suit avec plaisir et attention. Brian De Palma, digne héritier d’Hitchcock, est un des meilleurs storyteller de sa génération comme il le démontre à nouveau avec ce film. Tous les éléments sont pensés pour créer une œuvre riche et cohérente, visant à la fois à favoriser le spectacle mais aussi à développer des personnages en profondeur à travers des thématiques métaphysiques. Le génie de De Palma consiste à se servir d’éléments associés à différents genres cinématographiques pour les faire fusionner avec la formule dont il a le secret. Furie et à la fois un film d’aventure : on voyage d’une plage israélienne aux rues de Chicago. Un film d’action : combat à l’arme automatique et poursuite en voiture sont au programme. C’est également un drame familial et psychologique : la séparation d’avec un parent, la difficulté à gérer sa nature mutante et à vivre en société. Enfin, c’est un film fantastique lorgnant vers l’horreur : les jeunes médiums ont des capacités télékinésiques qui leur permettent d’infliger des blessures mortelles par la seule force de leur esprit, ce qui donne lieu à des effets gores très réussis.

Voilà ce qui arrive quand on provoque trop une mutante qui maîtrise mal ses pouvoirs

La réalisation du maître Brian est impeccable et est sublimée par un casting réellement convaincant qui apporte une touche de grandeur supplémentaire. Kirk Douglas est génial déguisé en vieillard et toujours très en forme malgré ses 62 ans comme il le démontre à l’occasion de nombreuses cascades. John Cassavetes est aussi parfait qu’improbable dans le rôle du grand méchant en imperméable noir. Les deux jeunes, interprétés par Andrew Stevens et Amy Irving, amènent une dimension émotionnelle à ce thriller explosif. La colère destructrice du jeune homme trouve son alter ego dans l’innocence de la jeune fille qui ne parvient pas à maîtriser ses dons surnaturels. Sans jamais vraiment se rencontrer, les deux personnages entretiennent une relation de complémentarité autour de laquelle gravitent les différents protagonistes qui les entoure.

Kirk Douglas alias Peter Sandza déguisé en vieillard dans un quartier chaud de Chicago

Les scènes d’actions montrant les pouvoirs des deux jeunes sont particulièrement impressionnantes et font une grande partie de l’intérêt du film. C’est par exemple lorsque Robin provoque intentionnellement la mort d’un groupe d’Arabes vêtus de leurs habits traditionnels en qui il voit, à tort, les responsables de la mort de son père. Cela se produit dans un parc d’attraction couvert, un lieu visuellement hors du commun qui donne une impression mémorable à cette séquence. Installés dans un manège aérien, les victimes de la furie de Robin sont violement projetées hors de la structure vers une mort certaine. L’autre effet spécial le plus marquant survient à la toute fin du film, comme une conclusion mettant un terme aux agissements néfastes de Childress. Alors que Peter Sandza et son fils sont tous les deux morts au cours de retrouvailles tragiques, Gillian se retrouve à son tour sous l’emprise de Childress. Décidée à mettre un terme à sa machiavélique entreprise et à prendre pleinement possession de ses moyens, elle tue le salopard en le faisant imploser en une déflagration d’hémoglobine et de chairs. La brutalité de l’action est sidérante et met un point final radical à cette Furie. Deux ans avant un autre maquillage mémorable du cinéma fantastique : la tête implosant dans Scanners de David Cronenberg, cet effet spécial apparaît comme un des summums du gore au cinéma (quand on le replace dans son contexte historique).

Robin en plein furie

Furie est un film charnière dans la filmographie de Brian De Palma. C’est une apothéose entre ses films fantastique des années 70 et ses thrillers hitchcockiens du début des années 80. En regroupant des nombreuses qualités, esthétiques et narratives, le film trouve une intensité et un dynamisme qui n’ont pas perdu de leur fraîcheur. Un De Palma indispensable pour tous ceux qui ont vibrés devant Carrie, Obsession ou Blow Out.

John Cassavetes alias Ben Childress face à Gillian, très confiant juste avant de subir sa désintégration finale

Autres critiques

Le scaphandrier
Le slasher est un genre extrêmement codifié dont les seules limites narratives peuvent suffire à l’enclaver à un public de connaisseurs. Il y a bien les modèles et les précurseurs qui peuvent toucher le grand public, mais l’aspect bis, voire Z, a tôt fait de décourager des spectateurs non avertis. En général, le boogeyman ou psychopathe se pare d’un masque ou d’un...
The Prodigies
Dans un avenir incertain, Jimbo, un talentueux professeur, réunit un groupe de cinq enfants aux dons très particuliers. Raillés pour leurs différences, tourmentés et bientôt victimes d’une sauvage agression, les cinq vont fomenter une vengeance froide implacable contre la société. Seul Jimbo est capable de les raisonner, mais le veut-il vraiment ? Adaptation du roman « La nuit des...
Amityville : La maison du diable
Aux yeux d’un public non averti, comme des amateurs de phénomènes paranormaux, Amityville est l’un des plus célèbres cas de maisons hantées au monde. Partant d’un fait divers sordide, puis de l’emménagement de la famille Lutz, la « maison du diable » a défrayé la chronique et continue de partager les partisans de l’arnaque et ceux de la hantise avérée. D...
Age of Dinosaurs
Depuis Le monde perdu d’Arthur Conan Doyle, les dinosaures ont souvent été source d’émerveillement pour les enfants et d’aventures pour les adultes. Des classiques du septième art en séries B anecdotiques, le sujet a connu un véritable regain d’intérêt avec Jurassic Park . À divers degrés d’appréciation, le roman, comme les films, a su marquer les esprits. Depuis,...
Frenzy
Ces dernières années, peu de films de requins sont parvenus à se distinguer. Le mot d’ordre général étant de faire n’importe quoi avec peu de moyens et une absence totale de talent (et de scrupules), on peut compter sur les doigts d’une main les métrages potables de la décennie2010. Il est vrai qu’il est tellement plus simple de laisser libre cours à la bêtise que...