Voir la fiche complète du film : Ghost of Mae Nak (Mark Duffield - 2005)

Ghost of Mae Nak

Cet étrange mélange entre Destination finale et The Grudge se solde par une intrigue brouillonne et peu convaincante. Le folklore thaïlandais et la légende de Mae Nak sont ici représentés avec la plus grande maladresse pour réellement s’imposer.
Publié le 16 Avril 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Ghost of Mae Nak
4
Fantôme

Dans le folklore thaïlandais, la légende de Mae Nak est sans doute l’une des plus populaires et adaptées pour le petit et le grand écran. À travers une trentaine de longs-métrages et une centaine de versions télévisuelle, le fantôme de Mae Nak perdure dans son pays natal. Au sortir de ses frontières malheureusement, le constat est tout autre. La faute à une mauvaise distribution ou le peu de potentiel commercial pour l’étranger. Si le cinéma thaïlandais n’est guère avare en productions horrifiques et fantastiques, la plupart d’entre elles demeurent inédites dans l’hexagone. Un constat d’autant plus déplorable lorsque l’on voit l’excellent travail effectué sur Shutter, P ou Meat Grinder...

En bonne compagnie !

Malgré une entame assez curieuse et oppressante, l’intrigue sombre très vite dans la surexposition de ses personnages. À travers des portraits complaisants, presque naïfs, on découvre leur quotidien insouciant et terriblement banal. Au vu des tenants qui fleurent bon les clichés de circonstances, on a l’impression d’assister à une version thaïe de The Grudge. L’achat d’une vieille maison au sein d’un quartier chic de Bangkok, les ruelles étroites pour y accéder et surtout l’architecture de la bâtisse, vont en ce sens. Pourtant, la majorité du film se déroule en dehors de ces murs. La raison? L’esprit n’est pas attaché à la propriété. Dans ce cas, pourquoi en faire le catalyseur des phénomènes paranormaux?

Et c’est sur ce point que Ghost of Mae Nak pèche. Sa propension à vouloir décliner la légende sous toutes les variations possibles et imaginables. En soi, le mélange des genres n’est pas un mal, mais ici, ce sont divers éléments de l’intrigue qui se contredisent et rendent ainsi l’ensemble peu crédible, voire ridicule à certains égards. La ghost story initiale sombre dans des méandres évasifs où possession, mobile du fantôme et vengeance sournoise sans réel fondement se succèdent. Malgré l’aspect obscur et volontairement pessimiste de la bobine, il est difficile d’éprouver quelques sentiments d’angoisse ou d’appréhension.

Une petite maison trop tranquille...

La faute à des trucages datés où les apparitions spectrales se montrent trop explicites et pas assez percutantes. Enfin, au sens figuré. Pour le sens littéral, la partie liée à la «vengeance» joue sur les plates-bandes de la saga Destination finale. Toutefois, là où celle-ci faisait preuve d’inventivité en exploitant tous les éléments de l’environnement, le présent film se contente de platitudes faciles et peu convaincantes. L’indépendance de chacune des causes mises en œuvre semble se rapiécer au dernier moment pour tenter de coller à une approche bancale. Certes, il y a bien quelques séquences gores, faute d’arguments tranchants (quoique...). Néanmoins, on est bien loin du niveau de son modèle.

Autre aspect négatif, le peu d’importance accordé à Bangkok. Les lieux se succèdent et se ressemblent. La réalisation s’avère minimaliste et l’ambiance instaurée ne parvient jamais à faire son effet. On ne peut nier des moyens restreints au regard des productions occidentales. Toutefois, on peut en revanche mettre en avant le faible nombre d’idées pour tirer parti d’un endroit cosmopolite où la manifestation d’un mythe local prend ici tout son sens. De plus, le casting est rarement dans le ton avec leur mimique figée lors des séquences dramatiques et leurs grimaces (dé)mesurées au moindre courant d’air. On oscille constamment entre les élans timorés des acteurs et un surjeu qui ne communique rien, si ce n’est du pathétique et de l’exaspération.

Une scène coupée au montage ?

Au final, Ghost of Mae Nak peine à convaincre. Malgré une légende au fort potentiel et à l’intérêt évident, le film de Mark Duffield ne trouve jamais le juste équilibre pour susciter l’effroi ou l’angoisse au vu des événements. Cette succession de séquences alambiquées, parfois contradictoires, tente vainement de s’appuyer sur l’horreur pure en y ajoutant une touche psychologique. Même sur ce point, l’intrigue ne fait pas mouche. La faute à des apparitions trop démonstratives et peu propices à faire sursauter ou générer un semblant d’atmosphère. En dépit de quelques atouts mal exploités (notamment, le cadre), du contexte et de la rareté de pareilles productions en France, Ghost of Mae Nak s’avance comme le parent pauvre du cinéma d’horreur asiatique.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Slice
À Bangkok, un serial killer sévit dans les rues les plus sordides de la ville. Il abandonne les cadavres atrocement mutilés de ses victimes dans une valise rouge. Devant le manque d’indices et son impuissance à arrêter le tueur, la police décide de relâcher un prisonnier pour l’aider dans son enquête. S’il permet la résolution de ses meurtres, il sera à nouveau libre. Kongkiat...
Repo! The Genetic Opera
Celà faisait des années qu'il nous en parlait, et il est enfin là. Le voilà enfin le fameux opéra-rock de Darren Lynn Bousman ! Le réalisateur de Saw 2, 3 et 4 criait à qui voulait l'entendre qu'il était un artiste et qu'il n'avait jamais voulu devenir réalisateur de film de torture. Et il comptait bien nous le prouver avec Repo, the genetic opera , un film qu'il murit depuis des années. On...
Lacérés
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Une famille recomposée compte bien profiter d'un week-end en camping pour se donner une nouvelle chance. Pendant ce temps, un couple se fait attaquer dans des bois environnants par une femme atrocement défigurée. Si Leatherface avait eu une fille, aurait il osé profité de sa célébrité pour permettre à celle-ci d'obtenir un premier rôle...
Conjuring : les Dossiers Warren
On ne présente plus James Wan, grand talent du cinéma de genre révélé dans les années 2000 par la plus célèbre saga du torture-porn, Saw . Fort heureusement pour lui, il s'en détourne assez rapidement pour se tourner vers des films plus intimistes, mais non dénués d'ambitions. Après Insidious en 2010 qui avait partagé la communauté (il en ressortait tout de même un métrage à l'...
The Mother
**Attention, cette chronique contient quelques spoilers.** Une mère de famille, qui vient d'accoucher de son quatrième enfant, se retrouve régulièrement seule avec ses petits lorsque son mari, routier, part travailler. Un soir, elle apparaît très fatiguée et en proie à une violente crise de nerfs. S'inspirant vaguement d'un fait divers survenu au Texas, The Mother évoque un trouble...