Voir la fiche complète du film : Ghost of Mae Nak (Mark Duffield - 2005)

Ghost of Mae Nak

Cet étrange mélange entre Destination finale et The Grudge se solde par une intrigue brouillonne et peu convaincante. Le folklore thaïlandais et la légende de Mae Nak sont ici représentés avec la plus grande maladresse pour réellement s’imposer.
Publié le 16 Avril 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Ghost of Mae Nak
4
Fantôme

Dans le folklore thaïlandais, la légende de Mae Nak est sans doute l’une des plus populaires et adaptées pour le petit et le grand écran. À travers une trentaine de longs-métrages et une centaine de versions télévisuelle, le fantôme de Mae Nak perdure dans son pays natal. Au sortir de ses frontières malheureusement, le constat est tout autre. La faute à une mauvaise distribution ou le peu de potentiel commercial pour l’étranger. Si le cinéma thaïlandais n’est guère avare en productions horrifiques et fantastiques, la plupart d’entre elles demeurent inédites dans l’hexagone. Un constat d’autant plus déplorable lorsque l’on voit l’excellent travail effectué sur Shutter, P ou Meat Grinder...

En bonne compagnie !

Malgré une entame assez curieuse et oppressante, l’intrigue sombre très vite dans la surexposition de ses personnages. À travers des portraits complaisants, presque naïfs, on découvre leur quotidien insouciant et terriblement banal. Au vu des tenants qui fleurent bon les clichés de circonstances, on a l’impression d’assister à une version thaïe de The Grudge. L’achat d’une vieille maison au sein d’un quartier chic de Bangkok, les ruelles étroites pour y accéder et surtout l’architecture de la bâtisse, vont en ce sens. Pourtant, la majorité du film se déroule en dehors de ces murs. La raison? L’esprit n’est pas attaché à la propriété. Dans ce cas, pourquoi en faire le catalyseur des phénomènes paranormaux?

Et c’est sur ce point que Ghost of Mae Nak pèche. Sa propension à vouloir décliner la légende sous toutes les variations possibles et imaginables. En soi, le mélange des genres n’est pas un mal, mais ici, ce sont divers éléments de l’intrigue qui se contredisent et rendent ainsi l’ensemble peu crédible, voire ridicule à certains égards. La ghost story initiale sombre dans des méandres évasifs où possession, mobile du fantôme et vengeance sournoise sans réel fondement se succèdent. Malgré l’aspect obscur et volontairement pessimiste de la bobine, il est difficile d’éprouver quelques sentiments d’angoisse ou d’appréhension.

Une petite maison trop tranquille...

La faute à des trucages datés où les apparitions spectrales se montrent trop explicites et pas assez percutantes. Enfin, au sens figuré. Pour le sens littéral, la partie liée à la «vengeance» joue sur les plates-bandes de la saga Destination finale. Toutefois, là où celle-ci faisait preuve d’inventivité en exploitant tous les éléments de l’environnement, le présent film se contente de platitudes faciles et peu convaincantes. L’indépendance de chacune des causes mises en œuvre semble se rapiécer au dernier moment pour tenter de coller à une approche bancale. Certes, il y a bien quelques séquences gores, faute d’arguments tranchants (quoique...). Néanmoins, on est bien loin du niveau de son modèle.

Autre aspect négatif, le peu d’importance accordé à Bangkok. Les lieux se succèdent et se ressemblent. La réalisation s’avère minimaliste et l’ambiance instaurée ne parvient jamais à faire son effet. On ne peut nier des moyens restreints au regard des productions occidentales. Toutefois, on peut en revanche mettre en avant le faible nombre d’idées pour tirer parti d’un endroit cosmopolite où la manifestation d’un mythe local prend ici tout son sens. De plus, le casting est rarement dans le ton avec leur mimique figée lors des séquences dramatiques et leurs grimaces (dé)mesurées au moindre courant d’air. On oscille constamment entre les élans timorés des acteurs et un surjeu qui ne communique rien, si ce n’est du pathétique et de l’exaspération.

Une scène coupée au montage ?

Au final, Ghost of Mae Nak peine à convaincre. Malgré une légende au fort potentiel et à l’intérêt évident, le film de Mark Duffield ne trouve jamais le juste équilibre pour susciter l’effroi ou l’angoisse au vu des événements. Cette succession de séquences alambiquées, parfois contradictoires, tente vainement de s’appuyer sur l’horreur pure en y ajoutant une touche psychologique. Même sur ce point, l’intrigue ne fait pas mouche. La faute à des apparitions trop démonstratives et peu propices à faire sursauter ou générer un semblant d’atmosphère. En dépit de quelques atouts mal exploités (notamment, le cadre), du contexte et de la rareté de pareilles productions en France, Ghost of Mae Nak s’avance comme le parent pauvre du cinéma d’horreur asiatique.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

John Carter
Au XIXe siècle, John Carter refuse de s'engager dans une guerre qu'il ne reconnaît pas comme la sienne. Par un malheureux concours de circonstances, il va néanmoins se retrouver téléporté sur Mars. La planète rouge est loin d'être morte et ses habitants sont également enclins à sombrer dans des luttes intestines. Pour John Carter, la découverte se mêle à la surprise face à cet univers...
Conjuring 2 : Le cas Enfield
Rompu au cinéma de genre depuis les prémices de la saga Saw , James Wan s’est très vite montré un réalisateur curieux et talentueux, n’hésitant pas à lâcher certaines franchises pour en créer d’autres. Si Insidious s’est révélé d’une étonnante constance au fil de ses différents opus, Conjuring redonnait ses lettres de noblesse aux films d’épouvante et de...
La malédiction d'Arkham
Si Lovecraft est considéré comme l’un des plus grands écrivains du XXe siècle, son succès n’a pas toujours été constant, voire tardif. Une influence posthume qui, au début des années1960, n’en était encore qu’à ses balbutiements. Alors que Roger Corman multipliait les réussites commerciales avec les adaptations de l’univers de Poe ( La chute de la maison Usher , La chambre des tortures ...), il s...
Antarctic Journal
Le cinéma asiatique des années 2000 s’est particulièrement distingué en occident par ses récits d’épouvante et autres histoires horrifiques. S’il est inutile de citer les références inhérentes à ce courant, on peut toutefois évoquer la qualité des atmosphères dépeintes; tour à tour glauques, malsaines et oppressantes. En règle générale, ce type de productions s’appuie sur...
Urban cannibals - The Ghouls
Pour tourner un film, il faut quatre choses très précises : l'envie (l'envie de faire quelque chose de bien, de fort et de narrer une histoire prenante et originale), le talent (Certains réalisateurs se font remarquer dès le premier court-métrage comme Neill Blomkamp), des acteurs (difficile d'être crédible si l'on fait jouer ses potes ou sans un rôle principal charismatique) et...