Voir la fiche complète du film : One Body Too Many (Frank McDonald - 1944)
[[

One Body Too Many

Entre la comédie, le récit policier et l’épouvante, One Body Too Many est une série B assez distrayante qui aime à détourner sciemment les codes du huis clos. L’incongruité des propos tient alors à l’incompétence du protagoniste rattrapée par d’heureux hasards. Sans grande prétention, le film de Frank McDonald remplit son office, et ce, en dépit d’une trame prévisible et d’une énigme criminelle pas suffisamment exploitée au regard des enjeux évoqués. En revanche, l’ambiance parvient à alterner avec une certaine aisance entre une tonalité légère et une atmosphère plus sombre, propre au cinéma gothique.
Publié le 24 Février 2021 par Dante_1984Voir la fiche de One Body Too Many
6

Quelque peu délaissé en Europe au regard du contexte historique, le cinéma outre-Atlantique de la période 1939 – 1945 a pourtant été prolifique, même si nombre de productions sont demeurées inédites en France. One Body Too Many fait partie de ces séries B passées inaperçues et, depuis, tombées en désuétude. À l’époque, le film de Frank McDonald exploite un genre hybride très codifié où comédie, épouvante et intrigue policière s’entrecroisent dans un huis clos qui présage déjà du « Whodunit ». D’ailleurs, le pitch initial, ainsi que l’atmosphère générale, n’est pas sans rappeler des titres tels que The Bat, La Volonté du mort ou encore La Maison de la mort.

 

Sacré cas de conscience pour un agent d'assurances !

En l’occurrence, le prétexte tient à réunir les membres d’une famille à la suite du décès d’un riche parent. Dès lors, on dépeint des portraits veules et intéressés uniquement motivés par l’appât du gain, du moins pour la majorité des personnages présentés. Bien que les protagonistes soient bien campés, la caractérisation reste assez sommaire. Les points de vue n’évoluent guère, tandis que l’alternance entre chaque intervenant peine à trouver un véritable équilibre. Certes, l’histoire fait la part belle au duo d’affiches (le trublion Jack Haley et la séduisante Jean Parker). Toutefois, l’on aurait aimé davantage de nuances pour susciter le doute et ainsi privilégier un suspect plutôt qu’un autre.

Ce constat est particulièrement explicite quand on évoque Bela Lugosi. L’acteur est nettement placé en retrait et augure de sa fin de carrière poussive, miné par les navets et les échecs. De même, sa gestuelle et son jeu théâtral sont totalement absents alors que l’ambiance s’y prêtait. En effet, l’aspect propre à l’horreur ou à l’épouvante ne reste que d’ordre conceptuel. Les crimes ne sont jamais mis en scène, tout comme la violence qui s’y rapporte. Hormis la soudaineté des assassinats et de la découverte des cadavres, celle-ci est rapidement tournée en dérision face à l’absurdité des situations. Dans ce cadre, cette dernière appréciation n’est pourtant en rien péjorative.

 

Whodunit ?

Tout l’intérêt du film est de multiplier les quiproquos et les séquences cocasses où l’agent d’assurances s’improvise enquêteur de pacotilles. Ses carences en matière d’investigations sont d’ailleurs comblées par des évènements fortuits qui le font passer, tour à tour, pour un héros, un pleutre ou même le coupable ! Bien que les gags ne soient guère d’une grande subtilité, l’ensemble prête à sourire. On aurait toutefois apprécié que les conditions saugrenues du testament soient davantage exploitées, y compris dans les aboutissants. Le fait d’inverser la part allouée aux différents héritiers reste tout de même le mobile des crimes et la cause de la disparition du cadavre de l’intéressé.

Si l’on évoquait le retrait volontaire de la partie horrifique, on distingue cependant une codification propre au cinéma gothique. Cela tient évidemment au cadre avec ce manoir à l’architecture tentaculaire. De traquenards en passages secrets, l’imposante (et écrasante) demeure offre un terrain de jeu appréciable pour dissimuler un corps ou trouver une échappatoire, si tant est que l’on soit familier des lieux… De ce côté, le contraste entre l’action restreinte du huis clos et cette perte de repères se révèle plutôt efficace pour varier les situations et faire s’alterner les sensations chez le spectateur. L’isolement et la tempête viennent parfaire cette atmosphère pour mieux prendre au piège les protagonistes.

 

Un couple assorti qui sort de l'ombre...

Au final, One Body Too Many reste un sympathique film dont les intentions demeurent louables. On apprécie l’exploitation inspirée du cadre, ainsi que le ton saugrenu des séquences, même si le trait est parfois un peu trop forcé. À dessein, cela dit. L’épouvante tient surtout aux méandres labyrinthiques du manoir et à son action nocturne. Quant à la partie « policier/thriller », il privilégie l’approche du « whodunit » à une véritable enquête, sans toutefois approfondir cet aspect. De même, l’intrigue et la progression se révèlent très conventionnelles, tout comme les personnages. Il en ressort un divertissement honorable, parfois amusant, mais guère mémorable.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Häxan - La sorcellerie à travers les âges
Au même titre que le vampire, la sorcière est une figure emblématique du cinéma de genre. Tour à tour tournée en dérision dans des comédies familiales, objet de répulsion pour certains films d’horreur, représentation glamour à travers des récits romanesques plus ou moins contemporains... Le sujet a été exploité sous toutes ses formes, quitte parfois à perdre de vue son origine historique et...
V pour Vendetta
« On nous dit de nous souvenir de l'idée et non de l'homme parce qu'un homme peut échouer. Il peut être arrêté. Il peut être exécuté et tombé dans l'oubli. Alors qu'après 400 ans, une idée peut encore changer le monde. Je connais d'expérience le pouvoir des idées. J'ai vu des hommes tuer en leur nom et mourir en les défendant, mais on ne peut embrasser une idée, on ne peut la toucher ou la serrer...
47 Ronin
Le tournage de 47 ronin aura été pour le moins chaotique. De nouvelles scènes filmées, travail sur une 3D toujours aussi inutile, tensions au sein de la production, scénario écrit et réécrit… Les déboires du premier métrage de Carl Rinsch sont nombreux. Après deux dates annoncées (initialement prévu pour fin 2012), puis repoussées consécutivement, l’hexagone est servi en dernier pour...
Sphère
Le psychologue Norman Goodman (Dustin Hoffman) est conduit en hélicoptère au beau milieu de l’océan pacifique pour ce qu’il croit être un accident d’avion. Lorsqu’il arrive sur place, il constate qu’il n’y a non seulement aucune trace d’un accident d’avion quelconque mais que plusieurs navires de guerre sont présents sur le même site. Il est rapidement conduit auprès d’Harold C. Barnes (Peter...
Le Bazaar de l'épouvante
En novembre 2021 est sorti chez RIMINI EDITIONS le DVD/Blu-Ray d’un petit classique adapté de Stephen King : Le Bazaar de l’Epouvante. Outre une remasterisation HD du film (qui date tout de même de 1993), quelques bonus et un livret de 24 pages conçu par Marc Toullec, cette nouvelle édition a surtout le mérite de contenir ce qui, pour moi, justifie entièrement son achat : LA VERSION...
One Body Too Many
Réalisateur:
Durée:
75 min
6
Moyenne : 6 (1 vote)

Thématiques