Voir la fiche complète du film : L'Impasse aux Violences (John Gilling - 1959)

L'impasse aux violences

Entre thriller et film d’épouvante, L’impasse aux violences expose un fait divers du XIXe siècle pour mieux dénoncer les dérives du système. En reprenant le principe de l’offre qui répond à la demande avant l’heure, l’intrigue se veut aussi cynique que percutante. Une excellente manière de justifier le mal par la nécessité et non par le pouvoir.
Publié le 5 Novembre 2017 par Dante_1984Voir la fiche de L'Impasse aux Violences
8
Tueur en série

Le thème des serial-killers et les actes de meurtres en série du XIXe siècle sont difficilement dissociables de Jack l’Éventreur. Toutefois, l’on en oublierait d’autres faits divers bien moins connus et médiatisés. L’affaire des torses de la Tamise fait écho à celle évoquée précédemment, mais l’imaginaire collectif est également hanté par les exactions de William Burke et William Hare. Les deux hommes exploitaient le filon du trafic de cadavres auprès des scientifiques et des médecins pour monétiser leurs crimes. Une motivation curieusement contemporaine qui, au-delà des assassinats, se pare d’un cynisme aussi cruel qu’implacable.

Un métier à réveiller les morts !

D’ailleurs, l’histoire a inspiré quelques autres métrages passés à la postérité, comme Le récupérateur de cadavres. Pour le présent film, John Gilling s’attache à fournir une reconstitution réaliste des faits. On place l’intrigue à Édimbourg. On conserve les patronymes des véritables intervenants et surtout on évolue dans les années1820. À ce titre, l’atmosphère qui émane de la capitale écossaise n’est pas sans rappeler le travail effectué pour Jack l’Éventreur, la version de Robert S. Baker et Monty Berman. Quand bien même, on rencontre un écart de plus de 60 ans. De ruelles sombres en tavernes mal fréquentées, la reconstitution d’époque pour les décors intérieurs et extérieurs permet de développer l’aspect glauque de l’affaire sans se départir de son côté sociétal.

Là aussi, on découvre une approche pour le moins nihiliste sur les rapports sociaux et la hiérarchisation de l’individu dans la pyramide des castes. Entre des soirées de beuveries où l’on noie sa détresse dans l’alcool, les nouveaux arrivants et les laissés-pour-compte, le terreau fertile des quartiers malfamés d’Édimbourg offre les moyens et les occasions pour commettre des crimes en toute impunité. Plus que l’opportunisme, la misère ambiante étant bien souvent l’élément déclencheur. Et c’est sur ce point que L’impasse aux violences s’avère particulièrement percutant. Le fait de déshumaniser les corps inertes, mais aussi les victimes encore vivantes.

Comment ça, il est pas frais mon cadavre ?

Avant même de monnayer leurs forfaits d’une manière plus ou moins légale, mais indéniablement astucieuse, les deux tueurs ont tôt fait de remiser les personnes à une main d’œuvre exploitable. La chair étant un produit à valeur pécuniaire, comme un autre. On notera que les assassinats résultent de manipulations préméditées avec soin pour s’adapter aux besoins que manifestent les victimes. Ceux-ci étant la partie apparente, voire déformés, de ceux exprimés par les notables. Comprenez les médecins. Un lit pour passer la nuit, une bouteille d’alcool ou encore la promesse d’une récompense... Les idées de réalisation ne manquent pas et le mobile, toujours similaire de prime abord, revêt bien des visages pour traduire la cupidité des deux antagonistes.

Mais tout cela répond à un besoin, pour ne pas dire à une utilitétoute pragmatique: faire progresser la recherche médicale et la science. Au-delà des considérations éthiques et religieuses que cela suscite chez les différents intervenants, l’on met en exergue les motivations d’un docteur peu porté sur les relations humaines. Sinistre ironie où nécessité fait loi, ses propos trouvent un écho aux meurtres perpétrés. «Ils sont plus utiles morts que vivants». Les responsabilités sont d’autant plus partagées que l’aveuglement volontaire du docteur Knox est une motivation bienséante pour lui permettre de poursuivre ses travaux. Dénonciation qui atteint son point d’orgue avec une finalité troublante et particulièrement subtile dans les aboutissants.

Les soirées de beuverie ne sont pas forcément pour tout le monde...

De l’opportunisme aux comportements amoraux, L’impasse aux violences se révèle bien plus que la retranscription fidèle d’un fait divers. Fort d’une reconstitution soignée et d’une surenchère progressive dans la brutalité des crimes, le film de John Gilling dresse un portrait sans concessions de la société et de ce qu’elle génère comme dérives. Notamment les déviances du consumérisme avant l’heure, thème repris par la suite par Orange mécanique et certains métrages traitant des snuffs movies. Avant-gardiste dans sa manière d’exprimer et de justifier le mal, cette production Amicus se révèle particulièrement maîtrisée tant dans son évolution narrative que dans les propos avancés. Un film sombre et pessimiste qui, encore aujourd’hui, résonne avec une grande justesse.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Underwater
Les fonds marins, et plus particulièrement les abysses, font l’objet d’une certaine fascination en raison de leur méconnaissance. D’hypothèses scientifiques plausibles en théories purement fictionnelles, plusieurs productions cinématographiques se sont distinguées par des huis clos immersifs, voire oppressants lorsque ceux-ci s’apparentaient à un récit survivaliste. On...
Conjuring 2 : Le cas Enfield
Rompu au cinéma de genre depuis les prémices de la saga Saw , James Wan s’est très vite montré un réalisateur curieux et talentueux, n’hésitant pas à lâcher certaines franchises pour en créer d’autres. Si Insidious s’est révélé d’une étonnante constance au fil de ses différents opus, Conjuring redonnait ses lettres de noblesse aux films d’épouvante et de...
2001 Maniacs
Un groupe de jeunes partis en vacances se retrouvent à Pleasant Valley, une bourgade perdue du sud des États-Unis qui les accueille à bras levés. Mais cette bonne humeur apparente cache un appétit insatiable pour… la chair humaine. Considéré à tort ou à raison comme un film culte, 2000 maniacs avait au moins le mérite d'être le précurseur du cinéma gore. Aussi, le remake voit le jour...
Alcatraz
Alcatraz a déjà été la figure de proue du monde cinématographique. On songe notamment à Rock, Meurtre à Alcatraz ou L'évadé d'Alcatraz pour ne citer que les plus connus. Hormis des séries telles que Prison break ou Oz, l'univers carcéral est assez peu usité à la télévision. Aussi, le mariage de la célèbre prison sur un support qui permet une certaine largesse (surtout sur la longueur...
Devil Story : Il était une fois le Diable
Depuis des mois, le DVD de Devil Story trônait sur ma pile de films à chroniquer sans que j'ose y toucher. La raison de cette réticence était simple : ce film me faisait peur. Etais-je de taille à m'attaquer à ce que nos confrères de Nanarland.com, par ailleurs édteurs du DVD, décrivent comme, je cite, le plus mauvais film du monde et de sa proche banlieue ? De plus, Devil Story me...