Voir la fiche complète du film : The Lodger (John Brahm - 1944)

Jack l'Éventreur

Une version peu connue du roman The Lodger qui se solde néanmoins par une excellente représentation du Londres victorien plongé dans la psychose générée par les meurtres de l’Éventreur. Un film à l’esthétique soignée qui joue autant la carte du suspense que de l’angoisse ; le tout servi par une histoire habile et indéniablement maîtrisée.
Publié le 25 Février 2018 par Dante_1984Voir la fiche de The Lodger
8
Tueur en série

Malgré les multiples spéculations et les tout aussi nombreuses théories sur son identité, Jack l’Éventreur est resté une énigme dans les annales criminelles. Il a très tôt fasciné le public, au point de s’ancrer dans l’imaginaire collectif comme l’archétype du tueur en série. Par la suite, son mythe a perduré à travers des livres de faits, puis au centre de fictions littéraires et cinématographiques. L’une des plus célèbres transpositions demeure The Lodger, roman de Marie Belloc Lowndes qui était le premier ouvrage à proposer une explication sur son mobile, son mode opératoire et son identité. Sa notoriété est aussi due au métrage d’Hitchcock. En l’occurrence, le présent film n’est autre que la troisième version du récit après celle de Maurice Elvey.

Jack l'Éventreur

Si certaines intrigues s’attachent à fournir un travail historique rigoureux, du moins dans le déroulement des événements, cette vision fantasmée de Jack l’Éventreur prend une certaine distance avec les faits. Certes, les ruelles du Londres victorien sont parfaitement reconstituées avec ses bas-fonds, ses bars et ses music-halls. Le fog impénétrable est également présent pour certaines séquences extérieures. Par ailleurs, il accentue le sentiment de mal-être et de vulnérabilité au détour des recoins miteux de Whitechapel. La description de la bourgeoisie des beaux quartiers est tout aussi précise et réaliste avec des maisons de maître imposantes, une évidente propension à l’oisiveté et à la futilité dans leur quotidien.

Mais le récit délaisse toute reconstitution des faits et des assassinats en eux-mêmes. D’ailleurs, on notera une liberté manifeste avec le profil des victimes qui, si elles sont toutes des femmes, ne sont désormais plus des prostituées, mais des actrices. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le film ne se focalise pas sur l’aspect sensationnaliste de l’affaire ou sur les investigations de la police. Traitement repris à maintes reprises avec plus ou moins de réussite. L’approche de John Brahm privilégie davantage l’atmosphère paranoïaque et angoissante qui hante la capitale britannique. L’impuissance des forces de l’ordre associée à un travail de sape de la part des journalistes accroît la psychose chez les citoyens.

Jack l'Éventreur

Et c’est en accueillant un étranger chez eux que les peurs du monde franchissent le pas de porte de la famille Burton. Le comportement asocial et bizarre de monsieur Slade ne fait qu’accentuer les soupçons qui pèsent sur sa personne. Mensonges, rumeurs et non-dits ont tôt fait de désigner l’inconnu (quel qu’il soit), comme le coupable idéal. Le bouc émissaire que l’on veut mettre hors d’état de nuire pour mieux dormir. Tout au long du film, le climat de suspicion distille les indices au compte-gouttes sans pour autant être catégorique sur la culpabilité du principal intéressé. C’est dans cette maîtrise du suspense et du rythme que la version de John Brahm s’illustre particulièrement.

Soutenue par une photographie exceptionnelle où les jeux d’ombre sont parfois prémonitoires du sort de monsieur Slade, la réalisation se démarque par une parfaite direction d’acteurs. Si l’on peut regretter la présence trop effacée de George Sanders à l’écran, chaque comédien occupe une place de choix. En tête d’affiche, l’impressionnant Laird Cregar (dont c’est ici l’avant-dernier rôle) se distingue autant par sa carrure que par sa composition déstabilisante tant elle se veut cohérente et crédible. L’homme campe un personnage contradictoire, inquiétant et névrosé tant il est difficile à cerner dans ses motifs et ses réactions. Loin de dénaturer la vision fantasmée de Jack l’Éventreur, il lui offre un visage humain pour le moins troublant.

Jack l'Éventreur

Au final, la version de Jack l’Éventreur et du roman The Lodger vu par John Brahm est une réussite indéniable, injustement oubliée au fil des années. Loin de vouloir de retranscrire l’affaire de l’Éventreur du point de vue historique, John Brahm privilégie une fiction réaliste sur ce qui aurait pu être le quotidien du tueur. Son identité restant un mystère soigneusement dissimulé sous un pseudonyme et une personnalité aussi séduisante que déconcertante. La prestation de Laird Cregar à l’écran y est pour beaucoup. Possédé par une atmosphère délectable et un suspense hitchcockien sur la culpabilité du principal suspect, on salue la subtilité de l’intrigue qui tient autant du film noir que de l’épouvante.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Boa vs. Python
Les animaux dangereux sont une source inépuisable d'inspiration pour un bon nombre de scénaristes. Il est vrai que les bestioles avec de grandes dents ou du venin ont de quoi effrayer, comme on a pu le constater avec des films comme Les Dents de la Mer ou encore Lake Placid , voire Arachnophobia . Bref, les bébêtes venimeuses ou possédant plusieurs rangées de dents peuvent contribuer à faire des...
Piranha 3D
Attention : Cette critique contient de légers spoilers. La ville de Lake Victoria s'apprête à recevoir des milliers d'étudiants pour le fameux "Spring Break" et les autorités, menées par la shérif Julie (interpretée par Elisabeth Shue), ne s'attendent qu'à surveiller les débordements arrosés de cette soudaine population juvénile. Mais lorsque les shérifs découvrent un...
Tron
Kevin Flynn, un concepteur informatique de génie, se voit voler le fruit de son labeur par un concurrent qui n’'éprouve aucun scrupule à l’'exploiter. Alors qu’'il essaye de s’'immiscer dans le système, le MCP l’'absorbe dans son monde virtuel. Prisonnier, il va tout tenter pour mettre fin au joug du MCP en compagnie de Ram et Tron, deux...
iZombie
Le monde des comics et de la télévision font bon ménage, en particulier quand il s’agit de morts-vivants et d’apocalypse Z. L’incontournable (et indétrônable?) The Walking Dead en est l’exemple le plus flagrant. S’il est devenu une référence, il a aussi laissé dans son sillage nombre d’émules qui essayent avec plus ou moins de succès de marcher sur ses traces. Toutefois, un léger...
Altitude
" Toute ma vie, j'ai rêvé d'être une hôtesse de l'air. Toute ma vie, j'ai rêvé de voir le bas d'en haut " chantait Dutronc. Pas sûr qu'après avoir vu Altitude , il ait envie d'en rêver à nouveau. I'm a poor lonesome plane... Une jeune pilote et quatre de ses amis décident de partir en week-end à bord d’un petit avion. Un voyage qui brusquement se...