Voir la fiche complète du film : Phoenix Forgotten (Justin Barber - 2017)

Phoenix Forgotten

Un found footage amalgamé à un faux documentaire pour un résultat doublement pénible où l’absence de scénario et de rythme suffit à se détacher des événements. Le réalisateur est incapable de développer ses thématiques sans sombrer dans un exposé redondant et lénifiant.
Publié le 7 Mai 2018 par Dante_1984Voir la fiche de Phoenix Forgotten
4
Extra-Terrestre

Souvent confondus à cause de leurs similarités et leur mise en scène, le found-footage et le faux documentaire ont rapidement exploité toutes les déclinaisons de l’horreur et du fantastique passées à portée de caméras. Entre les créatures issues de la cryptozoologie, les fantômes et les psychopathes, les OVNIS n’échappent pas au phénomène. Preuve en est avec le déplorable Area51 d’Oren Peli. Par la même, ce type de métrage est devenu si surfait qu’il en a (presque) perdu tout son attrait. En cause, la distance affichée avec le spectateur qui délaisse toute ambiguïté sur la véracité des images. Le résultat? Des bobines qui se suivent et se ressemblent sans rien apporter au genre.

Une véritable imposture !

En ce qui concerne Phoenix Forgotten, le doute est permis. La présence de Ridley Scott en tant que producteur y contribue grandement. Toutefois, l’on s’attardera surtout sur le mélange faux documentaire/found footage, laissant augurer une bonne exploitation de leurs qualités respectives. À commencer par un traitement réaliste, immersif et saupoudré de paranormal ou, en l’occurrence, de thèses complotistes relatives à l’existence des extraterrestres et des OVNIS. Il est vrai que le prétexte de départ reste pour le moins discutable. La justification d’effectuer un reportage pour faire la lumière sur de mystérieuses disparitions laisse perplexe. En effet, l’œil intrusif de la caméra n’aide pas aux confidences ou à de saines investigations.

Toujours est-il que nous sommes lancés sur deux intrigues parallèles qui, par ordre d’importance, demeurent similaires. L’alternance desdites histoires sur deux époques dissemblables n’est pas un mal pour mettre en parallèle les points de vue et les remarques des partis concernés. Néanmoins, le montage révèle bien vite les limites du concept avec une succession chaotique des séquences clefs; celles-ci placées maladroitement au bon vouloir du réalisateur. Au lieu d’appuyer les commentaires ou d’offrir une illustration probante des témoignages, il en ressort une nouvelle itération des événements qui, comble du comble, demeure toujours aussi abstraite.

Un désert narratif...

La raison est très simple: il ne se passe absolument rien. Si ce n’est l’odyssée brouillonne d’une sœur frustrée par la perte de son frère, le scénario n’exploite ni les ficelles de la science-fiction ni les tenants des complots gouvernementaux. Et même dans ce rien, Justin Barber (un patronyme prédestiné) n’arrive pas à gérer un semblant de rythme pour entretenir un mystère. D’ailleurs, celui-ci est éventé dans les premières minutes de métrage. La suite ne fait que ressasser ce qui a pu être dit auparavant avec une vacuité peu commune. De fait, ce n’est pas une entame laborieuse qui nous est infligée, mais deux. Il est nécessaire de patienter jusqu’au dernier quart d’heure pour que les choses prennent leur envol, littéralement.

Et il faut jouer d’artifices et de subterfuges narratifs pour espérer poursuivre cette pénible quête de la vérité. L’absence de fulgurance étant établie, on se détache progressivement des événements pour sombrer dans l’indifférence; sans doute ce qui peut arriver de pire pour ce genre de métrage. Même le côté artisanal d’une modeste production entre contradictions avec l’usage d’un équipement de pointe lors des interviews en règle. Il subsiste quelques pistes intéressantes évoquées au moment du dénouement, laissant matière à réflexion, comme les enlèvements extraterrestres et les technologies employées à proximité de bases militaires. Dommage que la trame se focalise sur du vide et non sur ces éléments plus tôt.

...sur lequel il ne vaut mieux pas se retourner.

Au final, Phoenix Forgotten est un énième found footage sans âme et sans saveur. Derrière le côté aguicheur de mystérieuses disparitions, le réalisateur oublie tout simplement de raconter une histoire. La confrontation des deux intrigues n’apporte strictement rien si ce n’est un ennui dédoublé et une frustration évidente. En partant de ce postulat, on ne peut même pas mettre en cause la crédibilité ou l’intérêt du scénario. Répétitif, inconstant, fastidieux et parfois complaisant, le film de Justin Barber tente de créer le buzz sans vraiment avoir compris qu’il l’évente dès les premiers instants. Un essai aussi vain que laborieux.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Lucifer
Qu’il s’agisse de séries ou de films, lorsqu’on parle du diable, on a tendance à le dépeindre sous une forme bestiale et maléfique. On le serait à moins dans les cas de possessions, d’endroits hantés ou de confrontations directs avec le malin. Il est certaines œuvres où sa présence est plus suggestive et ambivalente dans son rapport au mal. Représenté comme un séducteur...
Lovely Bones
La jeune Susie Salmon est assassinée par l’un de ses voisins. Alors que la police enquête et que ses parents se retrouvent désemparés, elle observe la vie s’écoulait sans elle depuis l’entre-deux monde, un endroit à mi-chemin entre la Terre et le Paradis. Le visage de l’innocence même Il aura fallu quatre longues années pour que Peter Jackson revienne derrière la caméra...
La nuit des requins
Si les années 1980 sont assez prolifiques dans le domaine horrifique avec l’émergence de boogeymans emblématiques, le survival animalier profite avec modération du succès des Dents de la mer . Loin d’être notable, on peut citer les deux dernières suites au chef d’œuvre de Spielberg, ainsi que La mort au large . Produit italien de seconde zone qui s’avance comme une version...
The Walking Dead
Adaptation du célèbre comic éponyme, The walking dead nous décrit une invasion de morts-vivants à travers la planète. Rick, adjoint au shérif, se réveille dans sa chambre d'hôpital est constate l'ampleur du cataclysme qui a définitivement mis fin au monde qu'il a connu. Frank Darabont est un réalisateur avant tout passionné et passionnant de par son travail et une filmographie...
Livide
La France est un pays frileux en matière de cinéma fantastique et horrifique, laissant partir ses meilleurs éléments outre atlantique, pays où les entraves du politiquement correct sont moins présentes. C'est le cas pour Alexandre Aja ou encore Pascal Laugier . Les seuls irréductibles gaulois restant dans leur pays pour faire leur film d'horreur sont Alexandre Bustillo et Julien Maury ...