Voir la fiche complète du film : Mama (Andres Muschietti - 2013)

Mama

Un premier long-métrage surprenant de maîtrise sur la réalisation. En dépit d'un climat oppressant, Mama n'effraye pas pour autant et s'avère assez prévisible dans sa progression. Il demeure tout de même une oeuvre intrigante et intéressante à plus d'un titre.
Publié le 16 Mai 2013 par Dante_1984Voir la fiche de Mama
8
Fantôme

Avant de même de sortir en salle, Mama dispose d'une solide réputation confirmée par la pluie de récompenses lors du dernier festival de Gerardmer (dont le grand prix). Tant la critique que le public a été conquis par ce premier long-métrage. Il est vrai que le cinéma hispanique est capable du meilleur dans le domaine comme du pire. Pour appuyer les bons a priori que l'on se fait du film, Guillermo del Toro n'est autre que le producteur. Son simple nom suffit à susciter curiosité et enthousiasme pour se dénicheur de talent et réalisateur hors pair. Dès lors, l'on se demande si Mama remplira toutes ses promesses. Une oeuvre surestimée ou un petit bijou du fantastique ?


Pas la peine de faire un caprice ! Pas de dessert pour la peine, nah !

Il faut reconnaître que l'entame s'avère pour le moins intrigante et singulière. Sur fond de crise financière, l'on découvre un drame familial où le père assassine sa femme, kidnappe ses enfants et les emmène dans une cabane en pleine forêt pour achever la besogne. Seulement, une créature ne l'entend pas de cette oreille et protège les deux filles. Cinq ans s'écoulent avant qu'elles ne soient retrouvées et adoptées par leur oncle et sa petite amie. À la base de cette histoire, Andres Muschietti en avait fait un court-métrage qui lui avait permit d'être remarqué par monsieur del Toro. Le potentiel (et le talent naissant) étant propice à un développement plus avancé, nous voici en présence du long-métrage.

Il est rare pour un réalisateur débutant d'obtenir les fonds nécessaires pour permettre à son imagination de se poser sur pellicule. Encore plus, lorsqu'il s'agit de concrétiser ses rêves ou ses cauchemars, c'est selon. Premier constat qui se vérifiera par la suite : Mama est d'une sombre beauté. Le visuel s'avère des plus léchés grâce à une photographie somptueuse. Les nuances, les contrastes de clair-obscur ou les éclairages font avant tout que Mama flatte les ténèbres comme savent si bien le faire les Espagnols. Le jeu permanent entre lumière et obscurité est ici subtil, jamais maladroit.


Moi, belle-mère ?

À cela, l'on compte également sur une maîtrise de l'espace et du cadrage assez rare. L'action se déroule quasiment toujours au sein de la maison, conférant au récit une atmosphère oppressante digne des plus grands huis clos. La caméra s'accapare les lieux et s'incorpore de manière naturelle. Jamais deux plans identiques ne se succèdent, jamais l'on ne sent une redondance à la vue d'une même pièce. Un premier film, vraiment ? Difficile à croire et pourtant c'est le cas. Andres Muschietti fait montre d'un talent évident sur les techniques visuelles. Sur la forme comme sur l'ambiance sonore, Mama vaut le détour.

Néanmoins, la trame narrative est loin d'être aussi irréprochable. Au-delà de ce travail exemplaire, l'on remarque des maladresses au niveau de l'histoire. Non pas que celle-ci soit ennuyeuse, mais les révélations sont assez prévisibles et évoqués assez tôt dans le film. Elles ne surprendront personne, mais surtout ôte une part de l'âme de Mama. De fait, le climat angoissant demeure à ce stade sans jamais plonger vers l'effroi ou la terreur. Il y a une certaine retenue même si, là encore, l'exploitation de la pénombre, des hors-champ, reste excellente.


Pourquoi être sage quand on peut être casse-pieds ?

De nombreuses baisses de rythme enlisent l'histoire dans le sympathique, mais pas transcendant. La nature de Mama est rapidement éventée alors qu'il aurait été préférable d'entretenir le doute. Est-ce Victoria qui hallucine ou provoque sa présence ? L'aspect psychologique se révèle maigre compte tenu des efforts amorcés au départ. Tout comme le sujet de l'enfant sauvage, traité ici avec application, mais pas assez en profondeur. Les idées ne manquaient pourtant pas. Le fait de voir les deux filles se mouvoir tels des animaux à quatre pattes (leur colonne vertébrale semble même s'être déplacée) ajoutait en tension et en possibilités qui resteront finalement peu exploité.

En ce qui concerne les personnages, on oscille entre le bon et le moins bon. Victoria et Lilly sont au centre des intérêts. Si la première hésite entre ses souvenirs et son attachement à Mama, Lilly a tout de l'enfant sauvage qui n'a connu que l'amour de Mama. En dépit de leur lien quasi fusionnel se sont deux visions différentes d'un événement commun, avec un peu plus de maturité pour l'une sans doute. Même s'il avait été préférable d'accentuer les ambiguïtés (les contradictions ?) sur Victoria, le travail de fond sur les caractères est réussi. On restera un peu plus mitigé concernant Annabel et Lucas. Jessica Chastain et Nikolaj Coster-Waldau sont d'excellents acteurs, mais leurs rôles sont assez convenus dans leur évolution. La première se rend compte qu'elle est plus maternelle qu'aux premiers abords et Lucas s'avère assez plat, voire anecdotique, au sein du récit.


Mama ?

Mais ne boudons pas notre plaisir, Mama est un bon film qui mêle épouvante et fantastique (et une touche de fantasy, notamment grâce à la présence des papillons de nuit) dans une histoire sans doute prévisible, mais plaisante. On retiendra surtout le soin apporté sur le plan esthétique et le talent grandissant d'un réalisateur à surveiller. Il est dommage de constater une narration inégale dans sa progression et la caractérisation de ses protagonistes. Ainsi qu'un final un peu longuet et naïf en s'apitoyant plus que nécessaire. Mama n'est pas un chef d'oeuvre, ce n'est pas non plus un objet surestimé, il s'agit simplement d'un bon film aux qualités certaines qui ne demandent qu'à croître à l'avenir.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Reeker 2: no Man's Land
Le premier Reeker était un bon petit film, agréable à regarder et rempli de bonnes idées, mais contenant quand même quelques défauts relativement gênants. Les principaux étaient un humour parfois lourd et un léger manque de maitrise dans la gestion du mystère entourant son meurtrier. Le twist final expliquait en partie de ce qu'était réellement le tueur (le fameux Reeker du titre) mais une foule...
Mystic river
J'avoue. Je n'ai jamais été un grand fan de Clint Eastwood en tant qu'acteur. Je n'aime pas sa façon de jouer. Mais par contre, quel réalisateur ! Je l'ai découvert sur le tard avec Space cowboys , un film très sympathique mais pas inoubliable, et puis je suis tombé sur celui-ci : Mystic River . Et là, la claque ! Rien que d'évoquer ce film, j'en ai encore les poils qui se hérissent tant sa...
Halloween 2
INTRODUCTION « Le cheval blanc symbolise l’instinct, la pureté et la propension du corps physique à libérer des forces émotionnelles puissantes telles que la colère génératrice de chaos et de destruction… » -Extrait de l’inconscient psychique des rêves En 2007 sortait sur les écrans le remake d’ Halloween par Rob Zombie . Attendu avec ferveur, le film ne...
Puppet Master III
Durant la seconde guerre mondiale, à Berlin, les spectacles de marionnettes du célèbre André Toulon attisent l'intérêt d'un soldat nazi, surpris par l'agilité de ces créatures. Suite au succès des deux premiers films, le producteur Charles Band décide de raconter les circonstances du drame ayant amené Toulon à combattre les nazis. Ce prequel (une rareté à l'époque dans le milieu cinématographique...
La Mort en Ligne 2
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Un an après une mystérieuse série de massacres perpétrés dans un collège au Japon, le pays est de nouveau le théâtre d'obscurs appels téléphoniques meurtriers. Adaptée du roman de Yasushi Akimoto, La Mort en Ligne sortait en 2003 sous la férule de Takashi Miike. Même s'il était difficile pour le génial réalisateur de Gozu d'imprégner de...
Réalisateur:
Sortie France:
15 Mai 2013
Durée:
99 min
8.08
Moyenne : 8.1 (25 votes)

Message Important

FB

Depuis quelques mois, nous sommes dans l'incapacité de partager notre contenu comme nous le souhaitons sur la page Facebook d'Horreur.net. En effet, Facebook considère notre site comme "contraire" à leurs Standards de la communauté.
Malgré nos demandes répétées, restées sans réponses, Monsieur Facebook ne nous a pas précisé la raison de ce blocage.

Comme nous aider ?
Si vous avez un compte Facebook, il vous suffit de vous rendre sur cette page : https://developers.facebook.com/tools/debug/?q=horreur.net

Puis de cliquer sur "Veuillez nous en informer".
Nous vous proposons de copier ce message :

"Bonjour, depuis quelques temps, il m'est impossible de partager le contenu de ce site. Pourriez-vous en rétablir l'accès?"

Nous sommes convaincus que, plus vous serez nombreux à informer Facebook et plus nous aurons de chance d'avoir enfin une réponse ! Merci à tous pour votre aide !
L'équipe d'Horreur.net

Critiques de films

10 films indispensables pour Halloween