Voir la fiche complète du film : Shiver : L'Enfant Des Ténèbres (Isidro Oritz - 2007)

Shiver : L'Enfant Des Ténèbres

Malgré des baisses de rythmes mais toujours avec de la rigueur, l’Espagne n’a pas encore fini de nous étonner... Preuve en est avec <b>Shiver</b>.
Publié le 16 Août 2010 par Punisher84Voir la fiche de Shiver : L'Enfant Des Ténèbres
6
Vampire

« El lobo »

De passage au dernier au dernier festival de Gerardmer, cet Eskalofrio - titre original de Shiver - est nanti d’une belle petite réputation. De Mad Movies en passant par d’autres grands noms, tous ou presque étaient unanimes. Il faut dire que les espagnols ont le chic pour ce genre d’histoire. Exportation, fuite, petit village, lourd secret... Des éléments qui sont aujourd’hui assez connus mais qui ont toujours étonnés avec les espagnols. Le sens d’une mise en scène fluide toujours en étroite collaboration avec l’histoire qu’elle nous décrie.

Ce genre reste très populaire comme peut en témoigner le succés de L'Orphelinat qui se fait toujours ressentir aujourd’hui. Réputation aidant, tout était réuni pour faire de ce Shiver une nouvelle pierre à mettre à l’édifice.


J’en ai pas l’air mais je vais la saigner !

Ca commence fort avec une introduction de « rêve »: le spectateur est très vite dans le bain de ce jeune adolescent très spécial. En quelques images, nous plongeons directement et de manière sympathique dans l’univers particulier du héros. Santi est un ado perturbé par sa maladie, tout le monde le prend pour un monstre et il n’en peut plus de vivre de cette façon. La présentation des personnages se fait de bien belle manière. Le réalisateur prend le temps et on s’attache facilement au personnage de Santi et sa mère. Mais pour vraiment entrer dans le vif du sujet, il faudra attendre un petit moment.


Prendre le temps de présenter ce genre de personnage ? Quand tu veux !

Sans temps morts ni fioritures, la mise en place se fait sans rougir. La première partie du film ne vaut que pour ses protagonistes. Portée par les jeunes épaules du très convaincant Junio Valverde, l’histoire commence à faire son trou lors du début de la deuxième bobine. L’excellente mise en bouche du départ laissait entrevoir quelque chose d’encore meilleur. Catastrophe ! Une fois que le mystère de cet excellent scénario abat sa première carte, la mise en scène se fait très paresseuse. Sombrant inlassablement dans la banalité, il ne reste plus que l’excellente interprétation des comédiens pour nous faire sourire.


Quel métier ingrat…

Eskalofrio est alors sauvé du naufrage lorque l’histoire commence à se déshabiller. Le scénario est toujours aussi passionant et l’attente des révélations finales vaut largement le coup. Encore faut-il un tant soit peu être indulgent. Des passages particulièrement violents, filmés de manière habile, nous empêchent de nous trop ennuyer. A défaut d’une direction originale , je me suis consolé avec une certaine « frousse» procurée par cette fameuse séquence de poursuite dans les bois. Voilà un élément important à rajouter au palmares d’un film qui se rattrape de bien belle manière.


Seul dans les bois ou comment Shiver aime faire peur…

On ne la voit pas beaucoup (vive la suggestion) mais la vraie star du film est cette fameuse créature errant dans les bois. Une interprétation impressionante ! Difficile de rester de marbre devant tant de tension. Dommage que le réalisateur n’eut pas usé de la même intention lors des scènes dites plus « classiques ». Le casting ne démérite pas et peut se targuer de posséder en son sein un des plus beaux salaud de l’histoire.

Bien maitrisé, Shiver est un bon film d’horreur qui pâtit d’un handicap plus ou moins lourd dans sa mise en scène. Une écharde soignée par la qualité d’interprétaion des comédiens. Mais surtout par un excellent scénario mélangeant habilement drame, thriller et horreur pure.

Autres critiques

Choose
Un torture porn dans la lignée de Saw et The collector , voilà comment nous est présenté Choose . Un thriller horrifique raté essayant vainement de mixer Saw et Seven , voilà comment moi je le présenterais. Car les scénaristes avaient manifestement le film de David Fincher en tête quand ils ont écrit le scénario de leur navet. Oui, navet. Et pourtant Dieu sait que j'avais envie de l'aimer ce...
Resident Evil Vendetta
Alors que la saga cinématographique s’est achevée d’une bien piètre manière (à l’image des trois derniers volets, cela dit), Capcom continue de poursuivre la production de films d’animation entre la sortie de deux jeux vidéo. Bien que l’on ne puisse faire l’impasse sur des défauts évidents, notamment en ce qui concerne le scénario, on peut saluer une prise de...
Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...
Monster Brawl
Un geek féru de films d'horreur et de catch parvient à réunir huit monstres sacrés sur le ring, afin de déterminer quelle sera la créature la plus puissante au monde ! Le moins que l'on puisse dire en consultant le pitch de Monster Brawl , c'est que le réalisateur et scénariste du film, Jesse T. Cook, n'a pas eu peur d'aller très loin dans son délire, en confrontant des légendes du Septième Art...
Seoul Station
À bien des égards, le cinéma asiatique se définit par son originalité. Son côté audacieux se solde parfois par des délires assumés ou de sombres fresques sociales. En cela, la Corée du Sud excelle dans la critique de ses propres travers, souvent par le biais de polar âpre et sans concessions. Moins connus et moins bien distribués que les productions japonaises, les films d’animation coréens...