Voir la fiche complète du film : Stranger Things (Matt Duffer, Ross Duffer, Shawn Levy - 2016)

Stranger things

Une série culte en devenir qui se démarque par une ambiance eightie incroyable et sa qualité d’écriture pour nous emporter de mystères en découvertes. Plus qu’une surprise, une série indispensable qui s’adresse à un large public sans pour autant écarter les cinéphiles avertis.
Publié le 10 Novembre 2016 par Dante_1984Voir la fiche de Stranger Things
9

Les années 1980 auront été particulièrement prolifiques et inventives dans le domaine cinématographique. Quelques-unes des plus grandes figures horrifiques y ont vu le jour (Freddy, Jason...) tandis que des réalisateurs comme Spielberg avaient les coudées franches pour les projets qu’ils estimaient particulièrement intéressants. En ce sens, cette décennie reflète une certaine insouciance que le temps sera parvenu à idéaliser. Sans tomber dans des élans nostalgiques avec des phrases du genre «C’était mieux avant.», il faut reconnaître que la créativité alors à l’œuvre manque cruellement aux productions actuelles. C’est donc dans ce contexte que prend place Stranger Things, nouvelle série signée Netflix.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’intrigue va non seulement évoluer au cours de l’année1983,mais exploitera toutes les ficelles d’un tel environnement pour extasier le cinéphile averti. Outre les nombreuses affiches et posters de films assez visibles, quelques spots publicitaires ou émissions de l’époque, c’est l’atmosphère même de Stranger Things qui concourt à absorber le spectateur dans son monde si particulier. La sobriété du générique sur fond de musique électro en est un exemple frappant. Au-delà de la multitude de références disséminées çà et là, les frères Duffer insufflent l’esprit des eighties au sein d’une intrigue qui mêle le fantastique, l’horreur, le drame, le policier ou encore la science-fiction.

S’il est très facile de se perdre dans ce mélange des genres (pour des raisons d’incompatibilité ou de manque d’ambitions), Stranger Things équilibre chacun de ses aspects au fil des épisodes pour tisser une trame aussi singulière qu’immersive. Loin d’être linéaire, il en ressort une sorte de complémentarité qui se succède avec fluidité ou s’incorpore les uns aux autres lors de passages clefs. Il en découle un schéma narratif varié qui distille les révélations au gré d’une évolution mesurée. De fausses pistes en retournement de situation inattendu, le scénario se veut d’une grande subtilité; autant dans les enjeux principaux que dans les histoires secondaires et la force de caractère des protagonistes.

Outre un casting soigné parfaitement dans le ton, la personnalité de chaque intervenant est ici travaillée dans les plus infimes détails. Un comportement, une phrase ou une mimique sont révélateurs de non-dits. Le physique marqué de certains acteurs va également en ce sens. L’approche n’est pas sans rappeler certains romanciers tels que Stephen King. D’ailleurs, certains éléments de la série évoquent certaines de ses œuvres pour leur discours ou l’atmosphère exposée. On songe principalement à Stand by me ou Ça. Toujours est-il que l’histoire s’appuie à la fois sur le mystère qui entoure la petite ville d’Hawkins et sur ses personnages qui le subissent ou sont contraints de l’affronter.

Quant à l’aspect fantastique ou surnaturel de l’intrigue, il est aussi explicite que psychologique. De manière imperceptible, on a l’impression que le récit nous emmène sur certaines pistes avant de se rendre compte qu’il n’en est rien. L’implication du gouvernement, de créatures monstrueuses, d’expériences scientifiques clandestines, sans oublier certaines influences, encourage certaines théories. De prime abord, on pourrait y voir une pirouette scénaristique facile, il en ressort plutôt une grande intelligence d’écriture pour amener le spectateur là où l’on souhaite l’emporter. De fait, on va de surprise en surprise dans ce qui se révèle un écheveau complexe et passionnant à démêler.

Au final, Stranger Things mérite amplement son excellente réputation. Si l’atmosphère des années1980 frappe en premier ressort (formidable reconstitution), on retiendra par la suite des portraits marquants qui évoluent au gré d’une intrigue des plus subtiles. Mélange des genres, volonté à brouiller les pistes et à offrir une vision différente du merveilleux dans un contexte bien précis... Nul doute que les frères Duffer sont parvenus à façonner un bijou de la télévision aussi mature qu’original. Il en ressort une singulière expérience qui ne peut laisser insensible, quand bien même le cadre temporel ne vous intéresse guère. Un résultat exemplaire qui se hisse au-delà des ambitions initiales. Le genre d’initiatives qu’on aimerait voir plus souvent sur le petit ou le grand écran...

Saison 2 : 8/10

Saison 3 : 7/10

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Paperhouse
Pour les amateurs de films d'horreur, Bernard Rose n'est pas un inconnu. Il est l'inventeur de l'un des boogeymen, entendez par là tueurs en série, monstres immondes et autres bestioles dérangés rejoignant Freddy, Jason ou encore Michael Myers, les plus connus de la planète. Créateur de Candyman , le monstre naît de la haine raciale qui sera par la suite l'objet de deux suites de mauvaise qualité...
Le Projet Atticus
Autour du Docteur Henry West, un groupe de scientifiques américains a fondé un laboratoire expérimentant, dans les années 70, les capacités télékinésiques de certains patients. En 1976, le Projet Atticus va être confronté à de terribles phénomènes, dès l'arrivée d'une mystérieuse nouvelle patiente, Judith. Lorsque le found footage, dernier sous-genre horrifique en vogue au pays de l'Oncle Sam,...
Les Portes du Temps
Une belle affiche, un pitch très excitant, un trailer qui donne fichtrement envie de voir le film et pour finir, le toujours excellent Christopher Eccleston en grand méchant, bref tous les ingrédients étaient réunis pour obtenir un grand film. C'est donc avec confiance et impatience que l'on aborde cette adaptation du roman de Susan Cooper mais après 1h30 il nous faut malheureusement...
The forbidden door
Avant que le très lénifiant Modus anomali parvienne à se frayer un chemin jusque dans nos salles obscures, Joko Anwar avait réalisé Pintu terlarang , thriller horrifique passé complètement à la trappe, faute de distributeurs internationaux. Tout comme la Malaisie, l’Indonésie est connue pour l’émergence de son cinéma de genre qui apporte une touche de fraîcheur en regard des productions...
L'exorcisme de Hannah Grace
Que l’on parle d’exorcisme ou de possession, le sujet fait les beaux jours du cinéma de genre depuis les années1970. En marge de la saga de William Friedkin, les productions se sont essayées à de nombreuses itérations avec un résultat plus ou moins convaincant. Sous forme de found footage ( The Devil Inside , Le dernier exorcisme ...) ou de métrages classiques ( Possédée , L’...