Voir la fiche complète du film : Stranger Things (Matt Duffer, Ross Duffer, Shawn Levy - 2016)

Stranger things

Une série culte en devenir qui se démarque par une ambiance eightie incroyable et sa qualité d’écriture pour nous emporter de mystères en découvertes. Plus qu’une surprise, une série indispensable qui s’adresse à un large public sans pour autant écarter les cinéphiles avertis.
Publié le 10 Novembre 2016 par Dante_1984Voir la fiche de Stranger Things
9

Les années 1980 auront été particulièrement prolifiques et inventives dans le domaine cinématographique. Quelques-unes des plus grandes figures horrifiques y ont vu le jour (Freddy, Jason...) tandis que des réalisateurs comme Spielberg avaient les coudées franches pour les projets qu’ils estimaient particulièrement intéressants. En ce sens, cette décennie reflète une certaine insouciance que le temps sera parvenu à idéaliser. Sans tomber dans des élans nostalgiques avec des phrases du genre «C’était mieux avant.», il faut reconnaître que la créativité alors à l’œuvre manque cruellement aux productions actuelles. C’est donc dans ce contexte que prend place Stranger Things, nouvelle série signée Netflix.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’intrigue va non seulement évoluer au cours de l’année1983,mais exploitera toutes les ficelles d’un tel environnement pour extasier le cinéphile averti. Outre les nombreuses affiches et posters de films assez visibles, quelques spots publicitaires ou émissions de l’époque, c’est l’atmosphère même de Stranger Things qui concourt à absorber le spectateur dans son monde si particulier. La sobriété du générique sur fond de musique électro en est un exemple frappant. Au-delà de la multitude de références disséminées çà et là, les frères Duffer insufflent l’esprit des eighties au sein d’une intrigue qui mêle le fantastique, l’horreur, le drame, le policier ou encore la science-fiction.

S’il est très facile de se perdre dans ce mélange des genres (pour des raisons d’incompatibilité ou de manque d’ambitions), Stranger Things équilibre chacun de ses aspects au fil des épisodes pour tisser une trame aussi singulière qu’immersive. Loin d’être linéaire, il en ressort une sorte de complémentarité qui se succède avec fluidité ou s’incorpore les uns aux autres lors de passages clefs. Il en découle un schéma narratif varié qui distille les révélations au gré d’une évolution mesurée. De fausses pistes en retournement de situation inattendu, le scénario se veut d’une grande subtilité; autant dans les enjeux principaux que dans les histoires secondaires et la force de caractère des protagonistes.

Outre un casting soigné parfaitement dans le ton, la personnalité de chaque intervenant est ici travaillée dans les plus infimes détails. Un comportement, une phrase ou une mimique sont révélateurs de non-dits. Le physique marqué de certains acteurs va également en ce sens. L’approche n’est pas sans rappeler certains romanciers tels que Stephen King. D’ailleurs, certains éléments de la série évoquent certaines de ses œuvres pour leur discours ou l’atmosphère exposée. On songe principalement à Stand by me ou Ça. Toujours est-il que l’histoire s’appuie à la fois sur le mystère qui entoure la petite ville d’Hawkins et sur ses personnages qui le subissent ou sont contraints de l’affronter.

Quant à l’aspect fantastique ou surnaturel de l’intrigue, il est aussi explicite que psychologique. De manière imperceptible, on a l’impression que le récit nous emmène sur certaines pistes avant de se rendre compte qu’il n’en est rien. L’implication du gouvernement, de créatures monstrueuses, d’expériences scientifiques clandestines, sans oublier certaines influences, encourage certaines théories. De prime abord, on pourrait y voir une pirouette scénaristique facile, il en ressort plutôt une grande intelligence d’écriture pour amener le spectateur là où l’on souhaite l’emporter. De fait, on va de surprise en surprise dans ce qui se révèle un écheveau complexe et passionnant à démêler.

Au final, Stranger Things mérite amplement son excellente réputation. Si l’atmosphère des années1980 frappe en premier ressort (formidable reconstitution), on retiendra par la suite des portraits marquants qui évoluent au gré d’une intrigue des plus subtiles. Mélange des genres, volonté à brouiller les pistes et à offrir une vision différente du merveilleux dans un contexte bien précis... Nul doute que les frères Duffer sont parvenus à façonner un bijou de la télévision aussi mature qu’original. Il en ressort une singulière expérience qui ne peut laisser insensible, quand bien même le cadre temporel ne vous intéresse guère. Un résultat exemplaire qui se hisse au-delà des ambitions initiales. Le genre d’initiatives qu’on aimerait voir plus souvent sur le petit ou le grand écran...

Saison 2 : 8/10

Saison 3 : 7/10

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

The Creeps
Au rayon grosse débilité profonde, je voudrais The Creeps de Charles Band de chez Full Moon. Les grandes figures monstrueuses de la littérature ont inspiré plus d'une fois les amateurs de bis et de films d'horreur. En témoigne les différentes adaptations du monstre de Frankenstein de Mary Shelley, de Dracula de Bram Stoker ou encore de la momie et du loup-garou. D'ailleurs, même les...
Les Yeux sans Visage
C’est à la fin des années 50, une époque où le cinéma d’horreur connaissait un nouveau souffle, notamment grâce aux films de la Hammer en Grande-Bretagne et à ceux de Roger Corman aux Etats-Unis, qu’est sorti Les yeux sans visage , deuxième long-métrage d’un certain Georges Franju. Après avoir réalisé plusieurs courts-métrages documentaires comme en témoigne par exemple Le sang des bêtes - un...
L'emprise des ténèbres
La réputation de Wes Craven s’est forgée au cours des années 1970 et 1980, notamment grâce à La colline a des yeux , mais surtout avec Les griffes de la nuit . Entre temps, le réalisateur propose également des téléfilms plus ou moins anecdotiques, comme Invitation en enfer et L’été de la peur . Aussi, on ne peut que saluer ses efforts pour avoir transcendé le genre horrifique sur...
The Monster Project
Sans sombrer dans l’euphémisme, le found-footage est un genre parsemé de déclinaisons inégales qui, bien souvent, ont tendance à le niveler par le bas, parfois au point de le décrédibiliser. Du côté des occurrences notables dotées d’un budget très modeste, on peut évoquer Grave Encounters ou, dans un autre exercice de style, Noroï: The Curse et The Poughkeepsie Tapes . À l’...
Les Dossiers Secrets du Vatican
Alors qu'elle fête son anniversaire en compagnie de son père et de son petit-ami, Angela s'entaille le doigt avec un couteau. Emmenée aux urgences, son comportement change subitement. Depuis l'Exorciste , le film de possession a toujours fait recette au cinéma. Il n'est donc jamais rare de découvrir chaque année de nouvelles bobines censées apporter un second souffle à ce sous-genre horrifique...