Voir la fiche complète du film : Dead Snow (Tommy Wirkola - 2009)

Dead Snow

Un groupe d'étudiants en médecine se retrouve dans un petit chalet perdu dans les montagnes. Il serait stupide de bouder notre plaisir devant cette série B.
Publié le 6 Mars 2010 par GORE MANIACVoir la fiche de Dead Snow
6
Zombie
Un groupe d'étudiants en médecine se retrouve dans un petit chalet perdu dans les montagnes afin d'y passer des vacances insouciantes.
Non loin de là, d'étranges disparitions s'accumulent.

Depuis quelques années, le cinéma scandinave s'exporte plutôt bien, et en particulier le Septième Art norvégien.


Après le troublant thriller Next Door et le slasher Cold Prey, voici donc un nouvel exemple de la bonne santé du cinéma nordique, visiblement attiré par le cinéma de genre.

La première scène nous dévoile assez rapidement la trame principale du récit, consistant à confronter des nazis zombies à de jeunes gens, avec pour terrain de chasse de splendides paysages enneigés, dans lesquels les échappatoires se feront rares.
Bref, d'entrée de jeu, le cinéaste nous confirme qu'il souhaite mélanger les genres en y ajoutant la touche maison, à savoir une nature féerique mais rude, propre à la Scandinavie, cadre idéal à un survival débridé.

Les ennemis du métrage ne sont pas des illustres inconnus, puisque les nazis, imagerie même de la lie de l'Humanité depuis la fin de la seconde guerre mondiale, ont déjà eu leur heure de gloire dans quelques OFNI des années 80, tels Surf Nazis must Die ou bien encore Le Commando des Morts-Vivants, avec l'illustre Peter Cushing en tête d'affiche.


Laissés aux oubliettes, ils retrouvaient une seconde jeunesse dans le cinglant Outpost avant d'être ici transférés de leurs sordides bunkers pour prendre un peu l'air frais norvégien. Ici, la seule raison qui pousse ces zombies à rester dans les parages semble résider dans un coffre découvert dans le chalet par notre joyeuse troupe de héros de seconde zone, qui rappellera de nombreux souvenirs aux fans de cinéma de genre.

En effet, les références ne manquent pas, du tee-shirt Braindead à la scène de l'assaut du chalet, fleurant bon La Nuit des Morts-Vivants avec les cocktails molotov. Sauf que notre équipe n'a rien d'héroïque et ressemble davantage au gang de bras cassés du cultissime Shaun of the Dead, sans pour autant tomber la parodie pure et dure à la Scary Movie.
De bon augure, car en prenant le pari du second degré perpétuel, le réalisateur évite les poncifs du genre et apporte une fraîcheur incessante au film, série B nerveuse et plutôt sympathique.

La référence principale du film reste assurément Evil Dead. Du lieu de résidence même des personnages jusqu'à une dernière demi-heure transformant le trouillard de service, allergique à la vue du sang, en Ash scandinave complètement déjanté, beaucoup d'éléments font référence au prodigieux essai horrifique de Sam Raimi.


Mais, contraitement au poussif et vantard Cabin Fever, Dead Snow conserve cet esprit touriste qui lui confère un intérêt particulier, les personnages étant, en outre, moins agaçants que les adolescents américains habituels.

L'autre point fort de ce film réside dans les effets gore, nombreux et plutôt réussis, malgré un budget. Le sang et les tripailles y figurent donc en bonne place, à mesure que les zombies commencent à se rapprocher des protagonistes. Les zombies eux mêmes sont assez bien maquillés et n'auraient pas été reniés par un Tom Savini qui aurait apprécié de voir des effets sanguinolents pas trop envahis par les FX numériques, désormais figure de proue de beaucoup de séries B insipides.

Dead Snow n'est toutefois pas exempt de points faibles. Outre le fait que le scénario peine à trouver des idées vraiment nouvelles, le démarrage du métrage est plutôt timide, et la raison motivant les zombies (un coffret rempli de quelques pièces d'or) apparaît comme légèrement dérisoire, voire ridicule.

Néanmoins, il serait stupide de bouder notre plaisir devant cette série B qui prouve la bonne santé du cinéma de genre en Europe, et qui nous permet de passer une agréable soirée devant un film qui se veut avant tout comme un hommage à une période phare du cinéma d'horreur, dont Evil Dead s'inscrit comme la pierre angulaire.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Avalanche Sharks : Les dents de la neige
En général, les requins massacrent des jeunes étudiants décérébrés durant la saison estivale. L'occasion de dénuder de belles donzelles et de faire valoir leurs atouts pour le moins gonflés n'y est pas étrangère. Autre raison plus pratique : les requins sont des poissons et évoluent donc dans l'eau, chaude de préférence. Cette évidence peut prêter à sourire, mais elle paraît...
The Theatre Bizarre
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Une jeune femme, obsédée par un théâtre à l'abandon situé en face de son immeuble, parvient à y pénétrer un soir. Elle assiste alors à une étrange cérémonie, animée par un mystérieux pantin, qui lui raconte six histoires macabres. Le Théâtre du Grand-Guignol , qui avait ouvert ses portes à Paris à la fin du XIX ème siècle, a inspiré depuis...
Repo! The Genetic Opera
Celà faisait des années qu'il nous en parlait, et il est enfin là. Le voilà enfin le fameux opéra-rock de Darren Lynn Bousman ! Le réalisateur de Saw 2, 3 et 4 criait à qui voulait l'entendre qu'il était un artiste et qu'il n'avait jamais voulu devenir réalisateur de film de torture. Et il comptait bien nous le prouver avec Repo, the genetic opera , un film qu'il murit depuis des années. On...
La Mort au bout du fil
Je dois bien vous l'avouer: je n'attendais pas grand chose de ce film. A ma décharge, il faut reconnaître que les thrillers médiocres, sans envergure et plus efficaces qu'une boîte de somnifères sont aussi nombreux que les points noirs sur le front d'un adolescent. Donc, en mettant Mort au Bout du Fil dans le lecteur, je m'attendais à passer 1h30 devant une histoire mille fois...
Une porte vers l'enfer
Au même titre que la littérature, le cinéma scandinave est reconnu pour ses polars et ses intrigues très psychologiques. Le constat est facile, mais à la fin des années 1990, il n’était pas aussi évident. Malgré le peu de productions exportées à l’époque, certaines sont tout de même parvenues à se frayer un chemin jusqu’à nos frontières. De prime abord, Une porte vers l’...