Voir la fiche complète du film : L'Emprise des Ténèbres (Wes Craven - 1988)

L'emprise des ténèbres

Une plongée progressive dans la culture et les rituels vaudou qui, par le biais d’un développement soigné, se solde par une parfaite représentation des us et coutumes haïtienne. Plus qu’un film d’horreur, une parfaite compréhension des mécanismes de la peur servie par une ambiance sans commune mesure. Le tout dans des circonstances qui mêlent habilement hallucinations et réalité.
Publié le 9 Mai 2018 par Dante_1984Voir la fiche de L'Emprise des Ténèbres
8
Zombie

La réputation de Wes Craven s’est forgée au cours des années 1970 et 1980, notamment grâce à La colline a des yeux, mais surtout avec Les griffes de la nuit. Entre temps, le réalisateur propose également des téléfilms plus ou moins anecdotiques, comme Invitation en enfer et L’été de la peur. Aussi, on ne peut que saluer ses efforts pour avoir transcendé le genre horrifique sur certains aspects et lui avoir offert des figures emblématiques telles que Freddy ou Ghostface. Si la qualité de sa filmographie reste variable avec quelques ratages (Terreur froide, Un vampire à Brooklyn...), on lui doit quelques métrages moins connus. L’emprise des ténèbres est certainement son film le plus sous-estimé.

Baron Samedi vous salue bien !

Il est vrai que la progression aurait gagné à être moins fluctuante, alternant les phases d’investigations avec des séquences nerveuses sans vraiment soigner la cohérence d’un point de vue temporel. Mais il s’agit bien là du seul point de détail susceptible d’atténuer l’excellence qui émane d’une atmosphère à nulle autre pareille. Et pour cela, le récit s’inspire sur le livre de Wade Davis et de faits réels. Si cette dernière appellation est souvent sujette à caution de nos jours, elle était plus pertinente dans les années1980. Ici, la transposition des événements s’appuie sur un prétexte crédible et non dénué d’intérêt pour développer une approche originale.

En l’occurrence, on se penche sur les pratiques vaudou en Haïti. Sous couvert de recherches pharmacologiques, on découvre progressivement la culture et les coutumes locales, notamment ce qui a trait à l’occultisme et au syncrétisme religieux. Les mythes et légendes sont intégrés aux croyances chrétiennes sans contradiction aucune. Il en ressort une vision singulière, non moins mystérieuse, que l’on pourrait qualifier d’ésotérique par le déroulement des rituels et le respect des traditions. Et sur ce point, le film parvient à retranscrire une angoisse toute latente. Ce n’est pas forcément la mort qu’il faut craindre, mais l’errance perpétuelle d’un corps dépourvue d’âme.

Après les cannibales, les zombies...

Pour ce faire, la thématique des zombies est placée dans un contexte réaliste. Cela peut paraître saugrenu et pourtant le fait de développer les justifications autour de la «poudre de zombification» et de s’attarder sur ses effets physiques et psychologiques étonne à plus d’un titre. L’absence de réactions ou de signes vitaux peut donner lieu à toute sorte de dérives, comme l’enterrement vivant. Une idée récurrente qui passe du stade de la simple phobie (avec le côté irrationnel que cela comporte) à la réalité. Là encore, le contact avec un mode de vie différent des mœurs occidentales accentue le contraste et l’ouverture vers un nouveau champ de possible.

Les investigations et les recherches pour découvrir le secret des morts qui reviennent à la vie se montrent progressives et relativement pertinentes dans l’avancée des propos. Ceux-ci se déroulent parfois dans des états hallucinés. De fait, la distinction entre le fantasme et la réalité est plus ambivalente qu’escomptée. La transposition des peurs du protagoniste à l’écran trouvant une curieuse résonnance avec les événements en devenir. On pourrait même parler de visions prophétiques ou sujettes à de sombres prémonitions. L’horreur, si elle est présente dans le dernier quart d’heure, restera à dessein dans l’appréhension toute psychologique que s’en fera le spectateur.

Vous pouvez embrasser la mariée.

Au final, L’emprise des ténèbres bénéficie d’une atmosphère exceptionnelle qui réussit à retranscrire le folklore haïtien dans un contexte oppressant. En parallèle de considération pragmatique (la recherche du médicament «miracle», la situation politique...), l’intrigue est une plongée progressive dans des croyances ancestrales. L’amalgame entre superstitions et réalité y est particulièrement probant pour flouer les frontières du fantastique et du tangible. La peur est ici entretenue d’une manière subtile pour mieux emporter son public dans les tourments du protagoniste. Une odyssée sombre et parfois éprouvante qui se solde comme l’une des meilleures bobines de Wes Craven.

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

L'Emprise du mal
Dans les années 2000, l’Espagne nous avait offert des talents et des films qui font à présent partie des plus belles perles du cinéma de genre. Depuis, ce déferlement d’excellence semble s’être amoindri. La vague se retire et laisse dans son sillage des productions plus ou moins passables, voire carrément dispensables. Qu’il s’agisse de l’horreur, du...
Twilight - Chapitre 3 : Hesitation
« Les feux de l’amour » Le temps est venu de fusiller le nouvel épisode de la saga Twilight . La seule question est de savoir s'il faut s’acharner dessus ou rester timoré? Car si le premier film arrivait à jongler avec bon nombre d’éléments en respectant les limites de l’acceptable, la suite versait déjà trop dans la mièvrerie. Et cela continue dans cette seonde séquelle. Mais d’où vient cette...
Splinter
Dans tout bon film d'horreur qui se respecte, il faut quelques éléments essentiels pour mettre en place une ambiance éprouvante et susciter un minimum d'effroi chez le spectateur. Bien souvent, les premières réalisations sont assez difficiles, à cause d'un budget limité et bien souvent d'un manque de matériaux flagrant. Splinter est la première réalisation de Toby Wilkins et c...
Soleil Rouge
Quelques années après son premier court métrage, Maniak , le jeune réalisateur Mickael Perret nous revient avec Soleil Rouge , un second métrage plus ambitieux, dont l'ambiance moite et pesante serait au service d'une terrible histoire de vengeance. Malheureusement, ces belles intentions furent fortement bridées par des aléas de production imprévus. Ainsi, le film était initialement prévu pour...
Elle s'appelait Scorpion
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Un an après sa sanglante évasion, Nami, alias Scorpion, endure toujours mille tortures au fond d'un cachot humide et isolé. Le directeur de la prison, qu'elle a éborgné, décide enfin de la laisser voir la lueur du jour, afin d'en faire un exemple pour les autres détenues. Mais Nami parvient à blesser de nouveau le directeur au visage, et une...

Sur Horreur.net