Voir la fiche complète du film : Silent Night - Bloody Night (Theodore Gershuny - 1972)

Silent Night, Bloody Night

Suite à la mort de son propriétaire, brûlé vif, en 1950, un manoir est conservé en l'état durant vingt ans. En 1970, son petit-fils décide de le revendre. L'occasion est trop belle pour ne pas replonger avec délice dans cette période indécise du cinéma d'horreur US.
Publié le 7 Décembre 2017 par GORE MANIACVoir la fiche de Silent Night - Bloody Night
7
Hôpital

Attention, cette critique contient des spoilers.

Suite à la mort de son propriétaire, brûlé vif, en 1950, un manoir est conservé en l'état durant vingt ans. En 1970, son petit-fils, en manque de liquidité, décide de le revendre à la mairie de la bourgade, qui souhaite détruire cette maison, considérée comme maudite.

Après la Nuit des Morts-Vivants, le cinéma d'horreur américain entame une mue spectaculaire, abandonnant les vieux monstres des années 30 (vampire, loup-garou, monstre de Frankenstein) au crédit de nouveaux cauchemars, plus sanglants et réalistes. Deux ans avant l'Exorciste, le cinéma indépendant est truffé de séries B au modeste budget tentant de sortir du lot. La plupart de ces métrages n'ont pas dépassé le stade des drive-in. Aujourd'hui, l'éditeur Bach Films nous permet de redécouvrir l'un d'eux.

1

A la demande de son client, l'avocat John Carter (le distingué Patrick O'Neal) passe un week-end dans une paisible bourgade avec sa maîtresse (la ravissante Astrid Heeren) dans le but de finaliser la revente d'une imposante demeure à la mairie locale. Le couple adultère décide de passer la nuit dans cette propriété réputée hantée. Au même moment, le patient d'un asile environnant s'échappe.

Au centre du drame qui va ensanglanter cette longue nuit, une inquiétante demeure mise en valeur par l'oppressante bande originale. Le meurtre plutôt expéditif du couple est la première surprise d'un long-métrage qui ne manque pas de ressort. Débutant comme un slasher avant l'heure (certaines séquences filmées avec les yeux du tueur évoquant le futur Halloween de Carpenter), Death House (dont l'autre titre d'exploitation rappelle une chanson de Noël à succès) se rattache également au thriller, les meurtres n'étant pas très saignants, faute de budget sans doute. On se perd vite en conjectures, tant les pistes et les coupables potentiels se multiplient au fil des minutes.

1

Le casting de qualité entretient ce doute, James Patterson, dans son dernier rôle, ayant une belle gueule de psychopathe. Face à lui, John Carradine campe un muet bien mystérieux. A mesure qu'on en apprend davantage sur les sinistres secrets du manoir, le jeu de massacre continue, mais de manière plutôt astucieuse, les meurtres ne dénaturant pas l'intrigue. Le réalisateur Theodore Gershuny, qui travaillera ensuite davantage pour la télévision, sait soigner ses effets, ménageant jusqu'au bout le suspense. La révélation sur le sort réservé à la mère du héros, avec une photographie sépia restituant assez bien les films expressionnistes muets européens, sort définitivement Silent Night, Bloody Night du lot, là où la majorité des séries B de l'époque se contentaient d'un scénario minimaliste et d'une réalisation académique.

Bien évidemment, ce film n'est pas exempt de défauts. Certaines séquences nocturnes dénoncent un manque de potentiel technique évident et le duel final aurait, certes, gagné en intensité s'il avait été plus long et soigné. Le cinéaste, en outre, n'a pas toujours suffisamment exploité le personnage de la maison. Comme dans la Maison du Diable, cette demeure avait tout pour devenir le centre névralgique de ce long-métrage, mais elle se transforme en simple décor à partir de la seconde moitié du film.

1

La copie proposée dans son jus par l'éditeur Bach Films depuis quelques semaines n'est pas sans défauts. Toutefois, elle restitue sans doute davantage l'atmosphère poisseuse de ce type de film, à l'opposé des vidéos trop lisses qu'on nous impose désormais. Au prix modique de dix euros, l'occasion est trop belle pour ne pas replonger avec délice dans cette période indécise du cinéma d'horreur US.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

La Secte des Morts Vivants
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** A la fin des années 70, dans un petit village grec, le Père Roche s'inquiète de la disparition mystérieuse de trois étudiants en archéologie. Il fait appel à l'un de ses anciens protégés, devenu détective privé aux Etats-Unis, pour l'aider à les retrouver. En 1976, la Hammer n'est plus que l'ombre d'elle même et l...
Solitaire - Eaux Troubles
Solitaire est le deuxième film du réalisateur australien Greg McLean , après un Wolf Creek percutant et effrayant. Seulement le film est-il aussi réussi que Wolf Creek ? S'attaquant au genre animalier, McLean s'essaye à un nouveau thème dans le cinéma de genre et il le fait avec une certaine réussite. Plongeons dans les eaux sombres australiennes et confrontons-nous à un vilain croco. Swimming in...
Resident Evil Vendetta
Alors que la saga cinématographique s’est achevée d’une bien piètre manière (à l’image des trois derniers volets, cela dit), Capcom continue de poursuivre la production de films d’animation entre la sortie de deux jeux vidéo. Bien que l’on ne puisse faire l’impasse sur des défauts évidents, notamment en ce qui concerne le scénario, on peut saluer une prise de...
Freddy contre Jason
Le fameux crossover entre Freddy Krueger et Jason Voorhees a enfin vu le jour en 2003. Une rencontre attendue par des millions de fans. Le film aura connu un "development hell" qui a fait couler pas mal d'encre depuis l'annonce du projet. Au départ, le maquilleur Rob Bottin ( The Thing ) était pressenti pour être le réalisateur du film. Mais bon, comme toujours, les producteurs...
Stake Land
A l'époque de ma critique de Mulberry Street , j'avais déjà loué la capacité du réalisateur Jim Mickle à tirer le maximum des maigres moyens mis à sa disposition et force est de constater qu'avec Stake Land , il a encore augmenté son niveau d'un cran, en gommant les imperfections de son précédent essai. Ce faisant, il réalise le sans-faute, propulsant son road-movie vampirique au rang de film à...