Voir la fiche complète du film : Silent Night - Bloody Night (Theodore Gershuny - 1972)

Silent Night, Bloody Night

Suite à la mort de son propriétaire, brûlé vif, en 1950, un manoir est conservé en l'état durant vingt ans. En 1970, son petit-fils décide de le revendre. L'occasion est trop belle pour ne pas replonger avec délice dans cette période indécise du cinéma d'horreur US.
Publié le 7 Décembre 2017 par GORE MANIACVoir la fiche de Silent Night - Bloody Night
7
Hôpital

Attention, cette critique contient des spoilers.

Suite à la mort de son propriétaire, brûlé vif, en 1950, un manoir est conservé en l'état durant vingt ans. En 1970, son petit-fils, en manque de liquidité, décide de le revendre à la mairie de la bourgade, qui souhaite détruire cette maison, considérée comme maudite.

Après la Nuit des Morts-Vivants, le cinéma d'horreur américain entame une mue spectaculaire, abandonnant les vieux monstres des années 30 (vampire, loup-garou, monstre de Frankenstein) au crédit de nouveaux cauchemars, plus sanglants et réalistes. Deux ans avant l'Exorciste, le cinéma indépendant est truffé de séries B au modeste budget tentant de sortir du lot. La plupart de ces métrages n'ont pas dépassé le stade des drive-in. Aujourd'hui, l'éditeur Bach Films nous permet de redécouvrir l'un d'eux.

1

A la demande de son client, l'avocat John Carter (le distingué Patrick O'Neal) passe un week-end dans une paisible bourgade avec sa maîtresse (la ravissante Astrid Heeren) dans le but de finaliser la revente d'une imposante demeure à la mairie locale. Le couple adultère décide de passer la nuit dans cette propriété réputée hantée. Au même moment, le patient d'un asile environnant s'échappe.

Au centre du drame qui va ensanglanter cette longue nuit, une inquiétante demeure mise en valeur par l'oppressante bande originale. Le meurtre plutôt expéditif du couple est la première surprise d'un long-métrage qui ne manque pas de ressort. Débutant comme un slasher avant l'heure (certaines séquences filmées avec les yeux du tueur évoquant le futur Halloween de Carpenter), Death House (dont l'autre titre d'exploitation rappelle une chanson de Noël à succès) se rattache également au thriller, les meurtres n'étant pas très saignants, faute de budget sans doute. On se perd vite en conjectures, tant les pistes et les coupables potentiels se multiplient au fil des minutes.

1

Le casting de qualité entretient ce doute, James Patterson, dans son dernier rôle, ayant une belle gueule de psychopathe. Face à lui, John Carradine campe un muet bien mystérieux. A mesure qu'on en apprend davantage sur les sinistres secrets du manoir, le jeu de massacre continue, mais de manière plutôt astucieuse, les meurtres ne dénaturant pas l'intrigue. Le réalisateur Theodore Gershuny, qui travaillera ensuite davantage pour la télévision, sait soigner ses effets, ménageant jusqu'au bout le suspense. La révélation sur le sort réservé à la mère du héros, avec une photographie sépia restituant assez bien les films expressionnistes muets européens, sort définitivement Silent Night, Bloody Night du lot, là où la majorité des séries B de l'époque se contentaient d'un scénario minimaliste et d'une réalisation académique.

Bien évidemment, ce film n'est pas exempt de défauts. Certaines séquences nocturnes dénoncent un manque de potentiel technique évident et le duel final aurait, certes, gagné en intensité s'il avait été plus long et soigné. Le cinéaste, en outre, n'a pas toujours suffisamment exploité le personnage de la maison. Comme dans la Maison du Diable, cette demeure avait tout pour devenir le centre névralgique de ce long-métrage, mais elle se transforme en simple décor à partir de la seconde moitié du film.

1

La copie proposée dans son jus par l'éditeur Bach Films depuis quelques semaines n'est pas sans défauts. Toutefois, elle restitue sans doute davantage l'atmosphère poisseuse de ce type de film, à l'opposé des vidéos trop lisses qu'on nous impose désormais. Au prix modique de dix euros, l'occasion est trop belle pour ne pas replonger avec délice dans cette période indécise du cinéma d'horreur US.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Hôtel Transylvanie
Pour les 118 ans de sa fille, le comte Dracula réunit ses amis à son château pour une grande fête. Tout semble se dérouler comme prévu jusqu'à l'irruption d'un globe-trotter un peu perdu. La venue de cet importun risque de compliquer la situation... Après des productions assez plaisantes (Les rois de la glisse, Tempête de boulettes géantes...), mais loin de faire l'unanimité, les...
Blood Glacier
Hormis le slasher Trois jours à vivre et de modestes exceptions, le cinéma autrichien n’est guère prolifique en matière de films d’horreur. Très discret sur la scène internationale, ce type d’initiative ne dépasse guère le tour des festivals ; au mieux, une sortie en DTV. Après s’être attelé aux zombies avec Rammbock , Marvin Kren se penche sur le survival animalier en...
La Morte-Vivante
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Chargés de se débarrasser de futs toxiques, trois hommes réveillent une jeune femme morte depuis deux ans, dans les catacombes d'un château. Unique cinéaste français pouvant se targuer d'être resté fidèle durant toute sa carrière au cinéma fantastique, dès la fin des années 60, Jean Rollin s'attaquait dès le début des années 80...
La fureur du yéti
Figure emblématique de la cryptozoologie, le yéti a tôt fait d’investir les salles obscures. Du Redoutable homme des neiges de Val Guest aux dernières facéties des produits par SyFy et consorts, celui qu’on surnomme «l’abominable homme des neiges» ne cesse de faire les beaux (ou plutôt les mauvais) jours du cinéma de genre. Contrairement à d’autres créatures...
L'emprise des ténèbres
La réputation de Wes Craven s’est forgée au cours des années 1970 et 1980, notamment grâce à La colline a des yeux , mais surtout avec Les griffes de la nuit . Entre temps, le réalisateur propose également des téléfilms plus ou moins anecdotiques, comme Invitation en enfer et L’été de la peur . Aussi, on ne peut que saluer ses efforts pour avoir transcendé le genre horrifique sur...