Voir la fiche complète du film : L'Asile (Roy Ward Baker - 1972)

L'asile

Un film à sketches qui crédibilise son propos par un fil rouge pertinent et immersif. Cependant, cette qualité ne se retrouve guère dans les différentes histoires contées. Des récits prévisibles et grand-guignolesques qui prêtent à la folie des traits beaucoup trop exubérants.
Publié le 22 Octobre 2017 par Dante_1984Voir la fiche de L'Asile
6
Hôpital Poupée

Les films à sketches permettent généralement de faire vivre de petites histoires qui ne nécessitent pas de s’étendre outre mesure. À la manière de courts-métrages, elles doivent se montrer brèves et rentrer dans le vif du sujet sans perdre de temps. Une thématique spécifique, une durée à respecter pour chaque segment, sans compter un fil commun qui relie l’ensemble de façon crédible. Les contraintes sont nombreuses, ne serait-ce que pour cadrer avec des codes stricts et clairement établis. Bien que limité sur le plan narratif, le genre permet de varier les plaisirs, allant de petites surprises en découverte.

Au menu du soir, la soupe à la grimace

Et l’on peut déjà noter que le prétexte pour faire succéder différents récits se tient. On arpente les couloirs d’un institut psychiatrique lugubre aux méthodes de soins particulières. En réalité, elles brillent par leur absence, ce qui confère à l’endroit de faux airs de mouroirs ou de purgatoires, selon le point de vue. Le personnage central est soumis à un test d’embauche pour découvrir la véritable identité d’un des patients. Ce qui peut signifier mettre en doute leur parole. Mais quel crédit accorder à des individus que l’on estime fous? Une sorte de contradiction permanente qui se veut d’un grand intérêt par la suite.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la thématique principale n’est pas forcément la folie en elle-même. On s’attarde davantage sur la confrontation de protagonistes ordinaires face à des événements impossibles. De fait, on les considère comme fous. La folie est donc une résultante et non une cause. Mais entre les prétendues élucubrations que le médecin écoute et la véracité des faits dont les patients sont victimes, on tend bien entendu à crédibiliser l’ensemble de leurs dires par l’implacable témoignage des images. Le contexte et les propos tenus sont le point fort d’Asylum. À savoir, une confusion toute maîtrisée entre une folie de façade et une réalité moins pragmatique qu’escomptée.

Ça risque d'en faire perdre la tête à plus d'une !

Malgré cette tournure pour le moins intéressante, il persiste un problème de taille: les histoires. En l’occurrence, elles ne sont pas forcément d’une qualité inégale, défaut souvent mis en avant pour des métrages similaires. On distingue même différentes approches pour développer le sujet. Ce n’est donc pas la constance ou la variété qui laissent perplexes, encore moins l’interprétation sans faille d’un casting séduisant. De même, l’atmosphère gothique de The Weird Tailor succède à merveille aux préoccupations plus contemporaines de Frozen Fear.

La progression suscite moins d’interrogation que le fil rouge. Les enjeux sont prévisibles. Les grandes lignes, elles, sont trop explicites pour surprendre, à tout le moins convaincre le spectateur que la folie des protagonistes est aussi subtile que soudaine. Si le segment Lucy Comes to Stay est plus timoré et donc plus efficace dans son exposition, les trois autres récits font la part belle à un ton grand-guignolesque qui se traduit par des faits improbables et saugrenus. Pour cause d’une durée insuffisante, le quatrième et dernier segment s’amalgame au fil rouge pour boucler cahin-caha la visite. Au regard de l’entame et des intermèdes, un contraste qui jette un froid sur la qualité générale.

Et pas forcément dans le sens où on l'entend...

Malgré un enrobage réussi et un réel soin apporté au lien qui unit l’ensemble des segments, Asylum se solde par un constat en demi-teinte. Les intrigues disparates tendent à traiter le thème principal avec trop de bonhomie et de complaisance pour persuader le spectateur. Entre une histoire d’adultère qui vire à une malédiction vaudou «éparse», un costume maudit ou des poupées animées par la force de la pensée... Seul le troisième récit, Lucy Comes to Stay se démarque du lot avec une troublante Charlotte Rampling. En dépit des efforts entrepris et de ses qualités, Asylum délaisse l’ambiguïté d’un tel sujet pour privilégier une approche moins psychologique et plus expansive que nécessaire.

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Ghost Game
Tiens, un film asiatique avec des fantômes. Un de plus... C'est que depuis le succès de Ring 1er du nom, on en bouffe jusqu'à plus soif ( The Grudge, Réincarnations, Dark Water , et j'en passe) et si les qualités sont souvent présentes, il devient franchement dur de s'exciter sur ces productions qui s'empilent à n'en plus finir. Toutefois le pitch de Ghost Game pouvait s'avérer excitant avec sa...
Eyeborgs
Il me faut être honnête : lorsque l'on reçoit, pour chroniquer, un film qui s'appelle Eyeborgs , que la jaquette cherche à en mettre plein la vue avec son robot belliqueux sur fond de carnage, que l'acteur principal est Adrian Paul (la série télé Highlander ) et que le réalisateur est un illustre inconnu qui n'a accouché que de deux autres film dont le piteux Python (haha!),...
Texhnolyze
Au coeoeur même de la Terre, la ville de Lux est gangrénée par le crime et la violence. Ichise, jeune boxeur mutilé, erre dans ce dédale en quête d'une vengeance dont il ne connaît pas les conséquences. C'est alors qu'il rencontre Ran, une fille capable de voir l'avenir. Mais la révolte gronde au sein de Lux, sans compter les luttes entre gangs rivaux qui menacent de briser une trêve fragile...
Les Portes du Temps
Une belle affiche, un pitch très excitant, un trailer qui donne fichtrement envie de voir le film et pour finir, le toujours excellent Christopher Eccleston en grand méchant, bref tous les ingrédients étaient réunis pour obtenir un grand film. C'est donc avec confiance et impatience que l'on aborde cette adaptation du roman de Susan Cooper mais après 1h30 il nous faut malheureusement...
Le Territoire des Loups
Après le déplorable remake de L'agence tout risques , le moins que l'on puisse dire c'est que le nouveau film de Joe Carnahan n'était pas attendu au tournant. L'on pouvait simplement espérer une erreur de parcours au vu de Narc et du sympathique (mais pas transcendant) Mise à prix . Le territoire des loups se propose donc de partager le calvaire d'un groupe de survivants...