Voir la fiche complète du film : Avalanche Sharks : Les dents de la neige (Scott Wheeler - 2013)

Avalanche Sharks : Les dents de la neige

Un survival animalier minable dont les incohérences rivalisent de stupidité. A oublier au plus vite.
Publié le 1 Mars 2014 par Dante_1984Voir la fiche de Avalanche Sharks : Les dents de la neige
2
Requin

En général, les requins massacrent des jeunes étudiants décérébrés durant la saison estivale. L'occasion de dénuder de belles donzelles et de faire valoir leurs atouts pour le moins gonflés n'y est pas étrangère. Autre raison plus pratique : les requins sont des poissons et évoluent donc dans l'eau, chaude de préférence. Cette évidence peut prêter à sourire, mais elle paraît nécessaire à rappeler pour le cas d'Avalanche Sharks. Scott Wheeler (à qui l'on doit la version minable de Voyage au centre de la Terre et Transmorphers 2, deux productions sorties tout droit de chez Asylum) ne semble pas au courant. En effet, cet individu (que nous ne qualifierons pas de réalisateur) a eu la mauvaise idée de déménager l'habitat de nos amis les squales en… haute montagne !


Sais pas lire, mais je crois qu'on pourra pas aller sur la plage pour un instant bronzette.

On ne voit pas trop l'intérêt de délaisser les plages et les côtes au profit d'une excursion dans les rocheuses. Pourtant, le pitch improbable ne cache nullement sa débilité et son aberration. Le scénariste, déjà responsable de Malibu shark attack, a vraisemblablement dû se casser la tête pour concurrencer SyFy et Asylum dans le domaine de la stupidité. Car Avalanche sharks n'a pas été conçu dans leur studio, mais dans ceux d'Odyssey Media, firme qui n'a rien à leur envier. Toujours est-il que l'on en est présence d'une histoire misérable, dotée d'incohérences aussi grosses que la poitrine des actrices. En somme, un simple prétexte pour surfer (avec un snowboard cette fois-ci) sur le survival animalier avec un minimum de moyens, mais surtout, un minimum d'intelligence.

D'aucuns pourraient juger Avalanche sharks comme un nanar intersidéral (d'où les requins qui dérivent dans l'espace après la destruction de leur planète) et ils n'auraient sans doute pas tort. Cette approche se confirme avec un humour au ras des pâquerettes lorsque les hors-d'½uvre se font becqueter. « Ma mère va me tuer ! » « Tu fuis les responsabilités ! » « Je vous aime ! » ou quelque chose de similaire. C'est nul et ça ne parvient même pas à amuser la galerie (à moins d'être complètement ivre ou avoir consommé des substances illicites, ou les deux, allez savoir). Cet aspect n'est pas assumé dû à des séquences qui retombent dans le sérieux et les caricatures de mauvais augure.


Fuyons cette planète pendant qu'il est encore temps !

Alors, on pourrait saluer le nombre de victimes qui passent dans la gueule du squale, dont on ignore s'il est seul ou à plusieurs. Parfois oui, parfois non, en tous les cas ses interventions ne dépassent pas la seconde, deux en étant généreux. Les meurtres sont tellement furtifs que l'on voit à peine l'animal, à tout le moins une partie de son anatomie. On croque, on replonge dans la poudreuse (quand il en sort) et on ne nettoie même pas la petite traînée de sauce tomate qu'on laisse derrière ! Requin qui, au demeurant, pâtit d'effets spéciaux minables. Affublé d'un aileron de glace et d'une teinte grise, le pauvre dispose d'animation sommaire et d'un rendu graphique bon pour les orties. À noter qu'il ressemble davantage à un fantôme (d'après une légende locale sur une malédiction non moins pourrie) affublé de filtres bleu vif hideux.

Dans ces conditions, il est difficile de se pencher sur le casting. Les « actrices » ne valent que pour leur plastique affriolante et sont incapables de trouver la moindre justesse dans leur travail. On ne parlera pas de rôles ou de personnages étant donné qu'on nous inflige un panel de clichés conçus avec une main dans le dos, un bandeau sur les yeux et un stylo à l'encre invisible. Le résultat ? Des individus tous plus irritants les uns que les autres qui éructent des réparties débiles, rigolent comme des bécasses ou jactent et gonflent le torse pour montrer que les messieurs sont prêts à s'accoupler. Difficile de savoir s'ils sont conscients de leur piètre prestation. Toujours est-il qu'ils ne perceront jamais, exception faite des femmes pour le casting d'un film porno.


Vas-y ! Continue à fuir tes responsabilités !

On notera également de gros problèmes de rythme entre chaque hors-d'½uvre où la progression du récit évolue avec une jambe de bois. On s'ennuie souvent malgré la faible durée du métrage (79 minutes). La réalisation n'en possède que le nom avec des cadrages merdiques, voire vomitifs à certains moments ; tout comme les vues subjectives qui n'apportent décidément rien et font peine à contempler. À cela, on restera sur notre faim en attendant vainement le slalom en bikini ou une avalanche ridicule (et ce n'est pas une avalanche de requins) dans le dénouement. Ce n'est même pas décevant ou frustrant, juste consternant.

Au final, Avalanche sharks est un survival animalier minable sans l'once d'une bonne idée à l'horizon. Le seul intérêt d'une telle production (si superficiel soit-il) réside dans le physique légèrement vêtu d'actrices qui n'en possèdent que le nom. Pour le reste : effets spéciaux foireux, histoire d'une rare bêtise, dialogues affligeants, interprétations minimalistes (et c'est un euphémisme) servies par une mise en scène à la limite de l'amateurisme. C'est mauvais du début à la fin et manque cruellement de fun pour en faire un nanar fou et décomplexé. Il serait temps de faire appel à la SPA ou toute autre association de protections pour les animaux et les requins en particulier pour éviter que ce genre de bouse salisse nos écrans...

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Animals
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Ancien grand espoir de football américain à l'université, Syd Jarrett n'est plus que l'ombre de lui-même depuis une grave blessure qui l'a forcé à retourner dans sa ville de naissance, un patelin paumé. Désormais ouvrier, son seul plaisir est de retrouver chaque soir ses amis dans le bar de la ville. Un soir, il fait la connaissance de...
Nuits rouges du Bourreau de Jade, Les
Attiré par l'Asie et plus particulièrement la Chine, le duo français Julien Carbon et Laurent Courtiaud ont tôt fait de quitter la France pour s'adonner à leur passion et offrir leur service sur des productions aux noms prestigieux : Tsui Hark, Johnnie To ou Wong Kar-Wai. Depuis une dizaine d'années, ils ont donc officiés en tant que scénaristes et assistants-réalisateurs. Lorsqu'ils créent leur...
Razorback
Comme bien d’autres sous-genres du cinéma horrifique, le survival animalier a gagné ses lettres de noblesse au cours des années1970 - 1980. Des requins aux crocodiles, en passant par les araignées ou même les hominidés, le bestiaire se focalise essentiellement sur les prédateurs. En revanche, centrer l’intrigue autour d’un sanglier géant reste une première quand Razorback pointe...
Little Deaths
Les films à sketches sont souvent l'occasion pour de jeunes réalisateurs de se faire connaître et/ou d'expérimenter des choses qui n'auraient pas été possibles dans des longs métrages classiques (histoires décalées, ambiances pesantes,...) et Little Deaths s'inscrit parfaitement dans ce schéma, car il propose trois histoires glauques tournant autour d'un thème commun : le sexe pervers et déviant...
In the flesh
Alors que le mastodonte The walking dead monopolise l’attention avec ses légions de morts-vivants, le Royaume-Uni fait fi de ce succès presque indécent pour nous proposer sa vision de l’apocalypse Z. Conscient de ne pouvoir rivaliser avec son concurrent direct, In the flesh ne joue pas dans la surenchère ou sur le même terrain que son homologue américain. Difficile d’innover avec un thème aussi...