Voir la fiche complète du film : Zombie Diaries 2: World of the Dead (Michael Bartlett, Kevin Gates - 2011)

Zombie Diaries 2: World of the Dead

Des militaires tentent de rallier la côte afin d'échapper à un virus mortel. <b>Zombie Diaries 2</b> fait penser davantage à un jeu vidéo hyper réaliste qu'à un film.
Publié le 26 Novembre 2011 par GORE MANIACVoir la fiche de Zombie Diaries 2: World of the Dead
4
Zombie
De nos jours, en Grande-Bretagne, des militaires tentent de rallier la côte afin d'échapper à un virus mortel qui a transformé toute la population en morts-vivants.

Cinq ans après Zombie Diaries, cette suite directe retrace le parcours des derniers survivants britanniques. Filmé caméra à l'épaule, Zombie Diaries 2 lorgne davantage vers le "shoot them up" que vers Rec 2, en grande partie à cause d'un scénario minimaliste et d'un budget du même acabit.

Le début du métrage présente les protagonistes, cloîtrés dans une base militaire, victimes d'assauts répétés des zombies. Difficile de ne pas penser au Jour des Morts-Vivants, le trouble psychologique en moins.
Fuyant le bunker, envahi suite à d'obscures raisons (les grilles laissées ouvertes sans explication rationnelle), les rares survivants tentent de traverser une forêt, dans le but de rejoindre la côte et quitter le pays par la mer. Bien entendu, entre les zombies et des rebelles aussi bêtes que méchants, la tâche de nos héros s'avère délicate.

Quand on a pas de moyens, la base pour tout scénariste qui se respecte est d'avoir au moins des idées sortant de l'ordinaire. Ce qui frappe dans ce film, c'est l'absence de nouveauté.

De la scène d'introduction, copiant sans vergogne Paranormal Activity, au Jour des Morts-Vivants (le bunker), en passant par Rec 2 (la caméra nocturne), Diary of the Dead et le Projet Blair Witch (la caméra à l'épaule et la forêt), Zombie Diaries 2 s'apparente en fait à un medley balourd de tout ce que l'on a déjà vu en matière de film zombiesque.

Genre remis au goût du jour depuis la fin des années 90 (Resident Evil, 28 Jours plus Tard), le film de zombies est depuis victime de son succès. Sa popularité, associée à l'émergence du numérique, a permis à bon nombre de cinéastes débutants de se faire la main en nous bombardant de séries Z souvent aussi absurdes que rébarbatives. Zombie Diaries en faisait partie.

L'avantage avec des budgets réduits consiste à s'offrir des recettes honnêtes, suivant la distribution de ces produits Direct to Video. World of the Dead part sur les mêmes principes (un troisième volet semblant déjà imaginé en cas de réussite commerciale, si l'on se fie à l'épilogue).
Disposant d'effets spéciaux réussis (en partie grâce aux scènes nocturnes, évitant les gros plans), ce film utilise le principe de la caméra à l'épaule pour plusieurs raisons.
Tout d'abord, celle-ci ne demande pas une technique très au point, et accélère le tournage. Ensuite, elle est synonyme d'une hausse de rythme. Enfin, elle offre un aspect réaliste plus appuyé.

Ici, c'est surtout le côté amateur qui est visible. Les acteurs sont toutefois crédibles, même si les rebelles forcent un peu le trait. Ces derniers sont toutefois au centre de la seule scène originale du métrage : la tentative de viol sur une femelle zombie.
Le final, un peu bâclé, alterne entre réel pessimisme et espoir de mise. Zombie Diaries 2 fait donc penser davantage à un jeu vidéo hyper réaliste qu'à un film.

On peut s'interroger sur l'intérêt de ce genre de produits, si ce n'est de permettre à de véritables chefs d'oeuvre de sortir encore plus aisément du lot.
De retour aux affaires depuis une bonne décennie, le cinéma d'horreur britannique semble déjà chercher un second souffle !

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Area 51
Initiateur du phénomène Paranormal activity , Oren Peli est parvenu en moins d’une décennie à se faire un nom dans le domaine horrifique, particulièrement celui du faux documentaire. En dépit de productions du même acabit, il n’aura réalisé qu’un seul et unique film avant de revenir à la charge avec Area51; toujours du found footage à la sauce Roswell. Le thème des extraterrestres n’est pas...
L&#039;Ile Du Docteur Moreau
Unique rescapé d'un naufrage, le jeune Edward Parker est recueilli sur un paquebot qui doit faire une escale sur une île mystérieuse, propriété d'un certain Docteur Moreau. Suite à une dispute, Parker est abandonné sur cette île, et découvre les sinistres expériences de son hôte. Première adaptation du célèbre roman d'H.G. Wells, cette Ile du Docteur Moreau bénéficie aujourd'hui d'une sortie DVD...
Devil Story : Il était une fois le Diable
Depuis des mois, le DVD de Devil Story trônait sur ma pile de films à chroniquer sans que j'ose y toucher. La raison de cette réticence était simple : ce film me faisait peur. Etais-je de taille à m'attaquer à ce que nos confrères de Nanarland.com, par ailleurs édteurs du DVD, décrivent comme, je cite, le plus mauvais film du monde et de sa proche banlieue ? De plus, Devil Story me...
Mega Shark Vs. Octopus
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Durant une plongée sous-marine, une scientifique est interpellée par la fuite d'un groupe de baleines. En fait, la fonte de la calotte glacière a ramené à la vie deux monstres marins que l'on croyait éteints depuis des millions d'années : une pieuvre géante et un mégalodon. Spécialisée dans les nanars à budget réduit, la maison de...
Les Rues de l&#039;Enfer
Dans une banlieue difficile de Los Angeles, Brenda, une jeune femme forte et indépendante, décide de venger sa jeune soeur, sourde et muette, violée par un gang. Dès la fin des années 70, pour évoquer la montée en flèche de la violence et de la délinquance dans son pays, le Septième Art américain se lance dans les films d'auto-défense (cf la sage culte du Justicier , avec Charles Bronson),...