Voir la fiche complète du film : Zombie Diaries 2: World of the Dead (Michael Bartlett, Kevin Gates - 2011)

Zombie Diaries 2: World of the Dead

Des militaires tentent de rallier la côte afin d'échapper à un virus mortel. <b>Zombie Diaries 2</b> fait penser davantage à un jeu vidéo hyper réaliste qu'à un film.
Publié le 26 Novembre 2011 par GORE MANIACVoir la fiche de Zombie Diaries 2: World of the Dead
4
Zombie
De nos jours, en Grande-Bretagne, des militaires tentent de rallier la côte afin d'échapper à un virus mortel qui a transformé toute la population en morts-vivants.

Cinq ans après Zombie Diaries, cette suite directe retrace le parcours des derniers survivants britanniques. Filmé caméra à l'épaule, Zombie Diaries 2 lorgne davantage vers le "shoot them up" que vers Rec 2, en grande partie à cause d'un scénario minimaliste et d'un budget du même acabit.

Le début du métrage présente les protagonistes, cloîtrés dans une base militaire, victimes d'assauts répétés des zombies. Difficile de ne pas penser au Jour des Morts-Vivants, le trouble psychologique en moins.
Fuyant le bunker, envahi suite à d'obscures raisons (les grilles laissées ouvertes sans explication rationnelle), les rares survivants tentent de traverser une forêt, dans le but de rejoindre la côte et quitter le pays par la mer. Bien entendu, entre les zombies et des rebelles aussi bêtes que méchants, la tâche de nos héros s'avère délicate.

Quand on a pas de moyens, la base pour tout scénariste qui se respecte est d'avoir au moins des idées sortant de l'ordinaire. Ce qui frappe dans ce film, c'est l'absence de nouveauté.

De la scène d'introduction, copiant sans vergogne Paranormal Activity, au Jour des Morts-Vivants (le bunker), en passant par Rec 2 (la caméra nocturne), Diary of the Dead et le Projet Blair Witch (la caméra à l'épaule et la forêt), Zombie Diaries 2 s'apparente en fait à un medley balourd de tout ce que l'on a déjà vu en matière de film zombiesque.

Genre remis au goût du jour depuis la fin des années 90 (Resident Evil, 28 Jours plus Tard), le film de zombies est depuis victime de son succès. Sa popularité, associée à l'émergence du numérique, a permis à bon nombre de cinéastes débutants de se faire la main en nous bombardant de séries Z souvent aussi absurdes que rébarbatives. Zombie Diaries en faisait partie.

L'avantage avec des budgets réduits consiste à s'offrir des recettes honnêtes, suivant la distribution de ces produits Direct to Video. World of the Dead part sur les mêmes principes (un troisième volet semblant déjà imaginé en cas de réussite commerciale, si l'on se fie à l'épilogue).
Disposant d'effets spéciaux réussis (en partie grâce aux scènes nocturnes, évitant les gros plans), ce film utilise le principe de la caméra à l'épaule pour plusieurs raisons.
Tout d'abord, celle-ci ne demande pas une technique très au point, et accélère le tournage. Ensuite, elle est synonyme d'une hausse de rythme. Enfin, elle offre un aspect réaliste plus appuyé.

Ici, c'est surtout le côté amateur qui est visible. Les acteurs sont toutefois crédibles, même si les rebelles forcent un peu le trait. Ces derniers sont toutefois au centre de la seule scène originale du métrage : la tentative de viol sur une femelle zombie.
Le final, un peu bâclé, alterne entre réel pessimisme et espoir de mise. Zombie Diaries 2 fait donc penser davantage à un jeu vidéo hyper réaliste qu'à un film.

On peut s'interroger sur l'intérêt de ce genre de produits, si ce n'est de permettre à de véritables chefs d'oeuvre de sortir encore plus aisément du lot.
De retour aux affaires depuis une bonne décennie, le cinéma d'horreur britannique semble déjà chercher un second souffle !

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Nick Cutter et les Portes du temps
Les dinosaures pour le cinéma (ou la télévision) sont une manne providentielle pour les paléontologues en herbe. A tort, l'on incombe généralement ce centre d'intérêt aux enfants ou jeunes adolescents qui s'étiole au fil des ans. La propension de dessins animés qui les mettent en scène semble confirmer ce malheureux préjugé ( Denver , Le petit dinosaure ou Dinosaures ...). Au regard d'un public...
Détour Mortel 2
Depuis toujours, les monstres ont fasciné l'imaginaire collectif et les monstres de foire ont longtemps agrémenté les fêtes foraines, attirant la curiosité malsaine de l'être humain, qui recouvrait dans ces moments là ses instincts voyeuristes les plus primitifs. Dès les années 30, le cinéma s'empara de cette thématique, le plus souvent dans le but de dénoncer la méchanceté et la...
Confession d&#039;un Cannibale
Inspiré de l’histoire vraie d’Armin Meiwes, Grimm love s’attache à décrire avec précision et objectivité ce fait divers incroyable et abominable qui a défrayé la chronique au-delà des frontières allemande en 2001. Petit rappel des faits : Armin, informaticien perturbé par la mort de sa mère, se réfugie sur le net. Là, il y découvre un forum de cannibalisme où il poste une...
Battleship Pirates
Il y a différentes façons d'être étonné par un film. Le mieux reste d'être épaté par le talent, la mise en scène ou encore l'intelligence du scénario. Mais très souvent, on se retrouve face à des films qui laissent un arrière-goût amer, celui de s'être fait prendre pour un débile profond. Scénarios indigents, acteur au rabais, effets spéciaux, très spéciaux, mise en scène calamiteuse, les raisons...
Dôme
En 2009, Stephen King signe l'un de ses plus longs textes avec Le fléau et Ça : Dôme . Un roman-fleuve de près de 1600 pages où l'on suit le quotidien de Chester's Mill, une petite bourgade du Maine, prisonnière d'un dôme invisible et impénétrable. La qualité et le succès du livre n'étant pas vraiment une surprise, il paraissait inévitable pour voir son adaptation télévisée sortir des cartons...