Voir la fiche complète du film : La Forme de l'eau - The Shape of Water (Guillermo Del Toro - 2017)

La Forme de l'eau - The Shape of Water

Un bijou pour le cinéma fantastique mais aussi une nouvelle pièce dans la filmographie d'un Guillermo Del Toro toujours aussi impérial.
Publié le 21 Février 2018 par KinemaVoir la fiche de La Forme de l'eau - The Shape of Water
9
Mutant

Défiant le pare-feu des apparences jusqu’à celui de l’espèce, l’histoire d’amour presque impossible entre la belle et la bête n’est pas une thématique née d’hier. Du classique de Jean Cocteau au légendaire King Kong du duo Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, le cinéma de genre regorge de ces amourettes inter-espèces allant du meilleur – telles les œuvres citées juste avant – au tréfonds du pire comme les teenage movies vampiriques dont, par principe, on ne citera pas le nom. Malgré tout, un petit plaisir coupable, à moitié avoué à moitié pardonné.

Pour en revenir à nos moutons, Guillermo Del Toro est un cinéaste que l’on peut considérer comme l’une des – sinon LA – références en termes de fantastique. L’entièreté de sa filmographie vaut le détour, du blockbuster comme Pacific Rim à l'épopée plus noire tel L’Échine du diable, avec un coup de cœur pour Le Labyrinthe de Pan, considéré comme son chef d’œuvre absolu. Dans son dernier long Crimson Peak, Del Toro abordait déjà, avec son lyrisme habituel, le prisme de la romance. En laissant de côté le style gothique et les fantômes, il remet le couvert avec La Forme de l’eau (The Shape of Water en VO), contant l’amour interdit entre une femme de ménage et un homme poisson.

La caractéristique la plus frappante est la facilité avec laquelle le réalisateur mexicain parvient à nous faire accepter cette relation contre nature. Malgré le cahier des charges pourtant difficile à respecter, le film apparaît comme une suite logique des choses au spectateur, et ce, en évitant les incohérences rédhibitoires ou les maladresses scénaristiques. En tant qu’élément central du récit, cette rencontre, à l’origine inconcevable, entre deux univers non miscibles nous prend par la main et nous immerge dans une poésie avivée par une atmosphère « frenchie » tant dans les décors que dans la bande originale, que l’on doit d’ailleurs au français Alexandre Desplat. À aucun moment l’on ne fait un pas en arrière pour relativiser sur le cocasse – pour ne pas dire l’étrangeté – de la situation. Le film ne s’éloignera que très rarement du juste ton et notamment durant un segment musical plein de culot certes, mais trop en décalage pour ne pas dénoter.

Si la réussite de l’œuvre est bien sûr le fruit d’une mise en scène aux petits oignons, elle est tout autant due au casting 5 étoiles. À commencer par Sally Hawkins, la technicienne de surface au physique très éloigné du cliché de la bombe atomique, ce qui aura pour effet de faciliter l’identification au personnage. On cite également Michael Shannon (Take Shelter, Midnight Special) interprétant l’antagoniste principal et, bien sûr, Doug Jones sous les traits de la créature – du lac noir… non ? Autant pour moi – conçue au terme de longues heures de maquillage. Jones est l’un des acteurs fétiches de Del Toro et, de plus, un habitué de ce travail de longue haleine. D’ailleurs, pour boucler la boucle, il était également caché derrière les écailles d’Abe Sapien, un autre homme amphibie, dans la franchise Hellboy réalisée par, vous l’aurez deviné, Guillermo Del Toro. Pour clôturer le casting, on peut glisser quelques mots sur les seconds rôles, tenus par Richard Jenkins (Bone Tomahawk, La Cabane dans les bois) et Octavia Spencer (Snowpiercer, le Transperceneige), dont la bonhommie rend le métrage encore plus attachant.

Un pari risqué, mais finalement une broutille face au talent de Guillermo Del Toro, La Forme de l’eau est une perle qui réconciliera les cinéphiles lassés des productions romantiques à l’eau de rose. Vous aurez certainement remarqué que les précédentes lignes relèvent davantage d’une déclaration d’amour à un cinéma rêveur et sans limites que d’un regard critique objectif. Hakuna Matata ! Pourquoi tarir d’admiration face au travail d’un cinéaste qui explore, expérimente et renouvelle le genre ? La question était rhétorique.

Autres critiques

VHS

VHS

Le film à sketches est un principe assez simple et sympathique. Il propose d'insérer plusieurs petites histoires ou saynètes au sein d'un fil rouge, afin de faire connaître différentes sensations au spectateur. Parmi les plus connus on peut citer Creepshow de George A. Romero et ses deux suites plutôt dispensables. Aujourd'hui, ce genre qui, sans être délaissé, n'a pas su proposer quelque chose d...
Rendez-vous avec la peur
Considéré à juste titre comme un cinéaste de grand talent, Jacques Tourneur s’est un temps détourné du fantastique. Fervent défenseur du paranormal et de l’occultisme, il fournit à la fin des années1950 l’un de ses longs-métrages les plus emblématiques, et ce, pour de nombreuses raisons. Le contexte de l’époque n’étant guère enclin à exploiter certains sujets (...
Run or Die
Dans la profusion de DTV qui sorte à la va-vite avec des critères de choix aléatoires (des perles demeurent inédites dans nos contrées alors que des immondices sans nom trouvent un chemin jusqu'à notre dvdthèque), il est bien rare que l'on découvre de bonnes surprises à se mettre sous la dent. Un constat qui se vérifie dans le cinéma de genre, mais aussi dans des registres plus grand public. C'...
Tucker & Dale fightent le mal
Depuis plusieurs mois déjà, Tucker & Dale Fightent le Mal , réalisé par Eli Craig et écrit en collaboration avec Morgan Jurgenson , fait le buzz sur la Toile. Il faut dire qu'avec un titre pareil et une affiche bien dans le ton, il est impossible de ne pas se sentir intrigué par ce film qui fleure bon la déconne, la tripaille et la parodie de genre. Un exercice ambitieux, bien souvent...
Once upon a time
Depuis quelque temps, le cinéma et la télévision réadaptent au goût du jour les contes qui ont bercé notre enfance. On l'a vu récemment avec Hansel & Gretel ou Jack - Le chasseur de géants. Dans l'univers (impitoyable) des séries, l'on songe surtout au non moins agréable Grimm. Aussi, lorsque l'on met en parallèle la venue de Once upon a time, sorti respectivement en 2011, l'on est enclin à...

Sur Horreur.net