Voir la fiche complète du film : Star Trek (J.J. Abrams - 2009)

Star Trek

Un Star Trek à grand spectacle, époustouflant et qui relance une franchise qui avait perdu de sa superbe. Plus qu'un dépoussiérage, une renaissance!
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Star Trek
8
Voyage dans le Temps Extra-Terrestre

Des années que les fans l’attendaient et il est enfin là, sept ans après Némésis, le dixième film de la saga. Avec à la barre J.J. Abrams, auteur d’un incroyable Mission impossible 3 et créateur des séries que sont LOST, Alias et la toute récente Fringe, Star Trek 11 a finalement débarqué sur nos écrans. Onzième film ? Pas tout à fait car le métrage est intitulé Star Trek, un titre simple mais qui en dit long sur la volonté de rebooter une série qui avait perdu de sa superbe et de son aura fédératrice au fil des années.

L’arrivée d’Abrams aux commandes du projet avait laissé un peu dubitatif quant au résultat final mais le film promettait au moins d’être du grand spectacle. Et sur ce point, c’est pleinement réussi ! Toutefois, ce nouveau Star Trek est plus que ça, beaucoup plus. Ce n’est pas un simple dépoussiérage mais carrément un renouveau, la renaissance d’un univers !


Une affiche qui fait drôlement envie...

L'USS Kelvin enquête sur un étrange phénomène spatial quand il est attaqué par un immense vaisseau romulien commandé par Nero. Le capitaine en second, George Kirk, n’a pas d’autre choix que de se sacrifier pour sauver la vie de son équipage ainsi que celle de sa femme enceinte de leur fils. Des années plus tard, devenu un adolescent rebelle, James Kirk finit par entrer à l'Académie de Starfleet après sa rencontre avec le capitaine Christopher Pike. Mais Nero finit par faire sa réapparition, bien décidé à détruire la fédération qu’il estime responsable de la destruction de son peuple…


Un nouveau méchant qui a de la gueule...

D’emblée, Abrams nous plonge au cœur d’un incroyable combat spatial qui se soldera par une séquence d’émotion mettant en parallèle le sacrifice de George Kirk avec la naissance de son fils James Tibérius Kirk, qui sera amené à devenir le capitaine mythique que nous connaissons tous. La suite nous présentera quelques petites scènes montrant l’enfance de Kirk qui deviendra une espèce de petite frappe, vivant dans l’ombre de l’acte héroïque de son père. Dans le même temps et de la même manière, Abrams nous montre l’enfance de Spock sur Vulcain et ses interrogations face à la culture vulcaine qui interdit les émotions.

A ce moment du film, après une petite vingtaine de minutes, Abrams est déjà parvenu à nous montrer du grand spectacle bourré d’humour mais profondément humain. Car c’est bien là que réside la plus grande force du film : dans son coté humain. Entre Spock qui se cherche, tiraillé entre sa part humaine et son coté Vulcain et Kirk qui apparait comme un adolescent perturbé, les personnages semblent vivants et non pas noyés au milieu d’une cascade d’effets spéciaux. Tous les personnages secondaires, McCoy, Sulu, Chekov, Uhura et Scotty auront d’ailleurs droit à leur scène d’importance ce qui contraste avec les anciens films où ils ne faisaient que de brèves apparitions. Tout ceci confère à l’ensemble une aura respectueuse du matériau original qui devrait séduire les fans.


Escalader une paroi de glace à mains nues? On dira qu'on n'a rien vu...

Mais on ne peut parler des personnages sans évoquer les acteurs qui les incarnent. Un seul mot peut résumer le casting : parfait. Chris Pine et Zachary Quinto sont les figures de proue du nouvel équipage dans les rôles Ô combien difficiles de Kirk et Spock mais les autres s’en sortent également avec les honneurs. Karl Urban incarne un McCoy savoureux et Simon Pegg (échappé de Shaun of the Dead et Hot Fuzz) nous présente un Scotty plutôt pittoresque.

Cette ribambelle de jeunots ne peut évidemment effacer l’interprétation de leurs prédécesseurs et il faut un temps d’adaptation pour le spectateur habitué à la bande de William Shatner mais compte tenu de l’importance de la tâche et de la pression qu’ils ont dû subir, les nouveaux acteurs s’en sortent très bien. Notons tout de même la présence de Léonard Nimoy en Spock original qui n’est pas là que pour satisfaire les fans mais participe pleinement à l’intrigue.


Spock n'a pas encore son futur self-control...

Le scénario est franchement bon et présente le double avantage d’être à la fois une séquelle en même temps qu’une préquelle. Quoique ce dernier mot soit un peu inapproprié dans ce cas-ci mais je m’en voudrais de tout vous révéler. Disons que c’est une renaissance.

La seule chose à déplorer sont quelques longueurs qui parsèment ça et là le métrage, comme ce passage un peu inutile sur une planète des glaces qui permet certes à Abrams de nous gratifier d’une séquence qui n’est pas sans rappeler Luke Skywalker sur Hoth mais dont l'utilité reste à prouver. Heureusement, ces petites baisses de rythme sont compensées par des morceaux de bravoure et des séquences de combat extraordinaires. C'est simple, jamais on n’avait vu de telles séquences spatiales ! En attendant le Avatar de Cameron, il ne fait aucun doute que Star Trek se pose comme référence en la matière : Georges Lucas peut aller se rhabiller !

En outre, la réalisation d’Abrams est excellente même si sa caméra devrait parfois se calmer au lieu de trembler pour un oui ou pour un non. Ce dernier point est sans doute le seul écueil qui pourrait rebuter les fans ; finies les mises en scène contemplatives et pour tout dire, parfois molles du genou qui étaient la marque de fabrique de la série. Ici ça explose, ça virevolte et ça nous en met plein les yeux. On est plongé au cœur de l’action et non plus de simples spectateurs. J’en veux pour preuve que les fameuses téléportations, jusqu’ici toujours filmées en plan fixes, nous sont montrées via des travellings rotatifs du plus bel effet.

Soulignons également l’excellence des effets spéciaux qui sont tout simplement époustouflants. Mais nous n’en attentions pas moins quand on voit la hauteur du budget. Star trek est un film qu’il faut absolument voir sur grand écran !


La joyeuse bande enfin réunie après quelques péripéties...

Bref, en théorie, le film devrait contenter tout le monde vu le soin apportés aux détails afin de satisfaire les fans et l’effort du scénario qui se veut grand public en nous présentant la jeunesse de héros connus. Espérons simplement que Star Trek remporte le succès qu’il mérite pour que nous puissions profiter d’autres spectacles de cette qualité sur grands écrans. Vivement la suite !

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Evil Angel : L'Ange de Satan
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Entre un suicide, un accouchement et un meurtre, la soirée d'une équipe d'ambulanciers s'avère être délicate et troublante, d'autant plus qu'au même moment, une jeune femme sort du coma et tue deux médecins avant de s'enfuir de l'hôpital sans laisser de traces. Rarement exploité au cinéma, le mythe de Lilith est pourtant riche et la première...
Démons du Maïs 4: La Moisson, Les
La saga des Children of the Corn est un exemple, que dis-je, un cas d'école dans ce qu'on appelle généralement les films d'exploitation "direct-to-video". Si aujourd'hui, ces métrages bon marché garnissent généralement les bacs à soldes des grandes surfaces ou font le bonheur des chaînes câblées telles que SyFy (le remake du premier film de la saga a d'ailleurs été...
Elle s'appelait Scorpion
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Un an après sa sanglante évasion, Nami, alias Scorpion, endure toujours mille tortures au fond d'un cachot humide et isolé. Le directeur de la prison, qu'elle a éborgné, décide enfin de la laisser voir la lueur du jour, afin d'en faire un exemple pour les autres détenues. Mais Nami parvient à blesser de nouveau le directeur au visage, et une...
Vampire Lovers
En Styrie, au début du XIXème siècle, d'étranges morts se succèdent tandis qu'une jeune femme s'immisce dans la vie de Laura, une fille de bonne famille. Au début des années 70, après l'énorme succès de ses franchises phares, principalement les Dracula et Frankenstein , la Hammer se devait d'apporter un peu de sang frais à sa ligne éditrice. Ainsi, en explorant par exemple une...
Waterworld
Dans un futur lointain, la Terre est recouverte d'eau de part et d'autre du globe. Chacun tente de survivre à sa manière tandis qu'un groupe de rebelles poursuit une jeune fille dont le tatouage indiquerait une île, véritable Eldorado. En 1995, doté d'un budget monumental, Waterworld se présente comme le Blockbuster de la décennie. Figure du moment à Hollywood, Kevin Costner était...