Voir la fiche complète du film : Les Sévices de Dracula (John Hough - 1971)

Les Sévices de Dracula

Deux jumelles orphelines quittent Venise pour rejoindre leur oncle dans une petite ville d'Europe de l'Est en proie à la terreur. Racé et rythmé, Twins of Evil sait conserver les points forts de ces mythiques prédécesseurs, tout en embrassant la nouvelle vague érotico-fantastique de son époque.
Publié le 27 Février 2014 par GORE MANIACVoir la fiche de Les Sévices de Dracula
8
Jumeaux Vampire

Deux jumelles orphelines, Frieda et Maria, quittent Venise pour rejoindre leur oncle Gustav dans une petite ville d'Europe de l'Est en proie à la terreur.
Elles découvrent rapidement que Gustav est à la tête d'un groupe de fanatiques pourchassant sans relâche de belles jeunes femmes accusées de sorcellerie.

Au début des années 70, la Hammer tentait de redonner un second souffle à ses sagas phares, afin de rivaliser avec une nouvelle forme d'horreur (émergence du gore aux Etats-Unis avec les films de H.G. Lewis et les débuts de George Romero).
Ainsi, le personnage de Dracula, usé jusqu'à la moelle par le studio, cède sa place à de nouveaux vampires.

Adapté de la nouvelle de Sheridan Le Fanu, Vampire Lovers (1970) proposait de suivre les odieux crimes commis par une femme vampire dénommée Carmilla. Le succès du film conforta les producteurs dans le lancement d'une nouvelle série. Toutefois, sa suite, Lust for a Vampire (1971), ne rencontra pas le succès escompté. Le studio décida cependant de commander un nouveau script au scénariste Tudor Gates. Twins of Evil (1971) s'éloigne néanmoins très nettement des deux précédents épisodes.

Tout d'abord, le personnage de Carmilla ne sert ici que de prétexte à la transformation du comte Karnstein en vampire. Ensuite, plus que jamais, la Hammer joue la carte de l'érotisme, en omettant cependant le caractère saphique de l'oeuvre de Le Fanu. Enfin, malgré son titre, Twins of Evil privilégie les personnages masculins aux héroïnes. Plus dénudées que jamais, celles-ci sont en effet davantage des victimes (certaines consentantes) de la cruauté des deux adversaires principaux, Gustav et Karnstein.

Au générique, seuls le scénariste et le compositeur sont présents au casting des trois films. Présent dans un rôle secondaire dans Vampire Lovers, Peter Cushing s'offre cette fois-ci la part du lion. En dévot illuminé, il prêche la parole divine par le feu, quitte à brûler des innocentes et à s'en prendre à sa propre famille. Le comédien y trouve sans conteste l'un de ses meilleurs rôles, mais laisse le beau rôle au jeune David Warbeck.
En effet, le personnage de Gustav, même s'il agit dans l'intérêt du Bien, utilise des méthodes radicales qui le rapproche davantage de celui qu'il combat que de ceux qu'il protège.
Cette ambiguïté des sentiments est parfaitement illustrée par les jumelles Gellhorn. Les personnages des jumelles constituent d'ailleurs l'élément le plus original du film, car c'est vers elles que convergent le Bien et le Mal, qui n'ont jamais été aussi proches l'un de l'autre. Suite au manque de succès du second film, les distributeurs français tentèrent d'attirer les spectateurs en salles en sortant Twins of Evil sous le titre Les Sevices de Dracula (on préfèrera la version canadienne, sobrement intitulée Les Jumelles Diaboliques).
En ersatz de Dracula, le comte Karnstein souffre parfois d'un léger manque de charisme. Mais Damien Thomas apporte un charme légèrement suranné et quasi enfantin à ce dandy ténébreux et joueur.
Alors débutant dans la réalisation, John Hough s'acquitte de sa tâche avec talent. La mise en scène ne souffre d'aucun temps mort, tandis que le cinéaste s'avère ingénieux lorsqu'il s'agit de suggérer les délicieuses formes de ses actrices (toutes très belles, seconds rôles compris), ou en accentuant les scènes du massacre final à l'aide d'effets spéciaux sanguinolents, prouvant que le dernier volet de la trilogie Karnstein, à l'instar de Vampire Lovers, sait se montrer novateur en terme de contenu, malgré un scénario assez simpliste.

Un quatrième volet, prévu initialement, ne verra finalement jamais le jour, la décennie 1970 devant être fatale à la célèbre firme britannique.
Racé et rythmé, à défaut de faire partie des classiques de la Hammer, Twins of Evil sait conserver les points forts de ces mythiques prédécesseurs, tout en embrassant la nouvelle vague érotico-fantastique de son époque.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Détour Mortel 5: Les Liens du Sang
Jusqu'ici, la saga Detour Mortel avait su conserver un niveau qualitatif très honorable compte tenu de son budget et de ses chapitres formatés pour le DTV. Un exploit quand on la compare à d'autres franchises qui ont sombré bien plus vite qu'elle dans la médiocrité (au hasard, les Hellraiser ). Mais cette fois ça y est, mes bons amis, Détour Mortel 5 est l'épisode qu'il ne...
Sucker Punch
Une jeune femme est internée dans un hôpital psychiatrique par son beau-père afin que ce dernier rafle l'héritage familial. Sans aucun moyen de s'enfuir, elle se créé une échappatoire par le biais de son imaginaire et explore autant d'univers différents que merveilleux. En l'espace de seulement trois longs-métrages, Zack Snyder s'est imposé comme un réalisateur incontournable...
Créature
Il n'est pas difficile de mesurer l'impact incroyable qu'à eu Les Dents de la Mer de Spielberg sur le cinéma de genre. Il suffit de regarder toutes les suites de piètre qualité et les films s'en inspirant largement comme La Mort au Large , Peur Bleue et consorts. Mais ce n'est pas le seul film à avoir eu cette force. En effet, on peut aussi compter parmi les grands films qui...
Le Monstre du Train
Aujourd'hui, parlons un peu d'un petit slasher sans grande prétention qui ne jouit pas d'une grande renommée : Le Monstre du Train . Pourtant, voir Jamie Lee Curtis deux ans après son rôle dans Halloween a de quoi être intéressant. En plus, il y a David Copperfield qui fait des tours de magie, donc tout cela a l'air fort sympathique. Alors pourquoi ce film n'a-t-il pas eu de...
Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...