Voir la fiche complète du film : Mu Zan E (Daisuke Yamanouchi - 1999)

Mu Zan E

Un faux documentaire à moitié assumé du fait de ses nombreuses censures volontaires sur les images les plus choquantes. Entre un développement de fond pas assez pertinent et une trame chaotique, Mu Zan E est un film underground disposant d’un intérêt très mesuré au vu de ses nombreuses errances.
Publié le 15 Novembre 2015 par Dante_1984Voir la fiche de Mu Zan E
6

Grand pourvoyeur de pellicules scabreuses et dérangeantes, le cinéma japonais a tôt fait d’explorer les recoins les plus sombres et putrides de l’âme humaine. Certains réalisateurs s’en sont allègrement repus dans les années1970 avec les pinku eiga. Mais les inclinations sadiques et masochistes ne se limitent pas à un sous-genre érotique. Elles s’insinuent dans des métrages plus «conventionnels» tels que la trilogie Hanzo the razor avec un inspecteur de police aux tendances sexuelles délurées (bondage, tortures...). Le point culminant de cette exploitation de la souffrance vient avec la Catégorie3, sorte de torture-porn avant l’heure en plus pernicieux.

Déjà responsable de Red room, Daisuke Yamanouchi avait signé la même année Mu Zan E. Cette production underground pour le moins modeste explore le thème du snuff movie (comme l’avait fait Joel Schumacher et son 8mm) sous le prisme du faux documentaire. Alors que la scène internationale était encore occupée à démêler le vrai du faux sur Le projet Blair Witch, quelques cinéastes avant-gardistes se sont essayés avant l’heure à cet exercice avec peu de moyens. Toujours est-il que les poncifs sont présents pour entretenir le doute (du moins, dans un premier temps) sur la véracité des images.

Une présentatrice mignonne, un enrobage propre à rappeler les reportages d’investigations, ainsi qu’une équipe réduite vont en ce sens. On ne parlera pas d’amateurisme, mais d’une volonté à rendre un ton confidentiel à la pellicule pour que le spectateur se sente privilégié. Interviews, enquête sur le terrain, recoupement des faits évoqués pour exposer les derniers instants ayant précédé la disparition de l’intéressée... Rien ne manque pour proposer un travail méticuleux et une progression somme toute crédible dans l’ensemble. Seulement, plusieurs éléments viennent entacher ce constat...

Tout d’abord, le sensationnalisme que dégage la mise en scène. Le scoop d’une carrière pour une journaliste débutante avec un sujet fort et tous les ingrédients qu’il réunit pour alimenter son propre mythe: personnages inquiétants et dérangés, cadre délétère, violences, sexe et meurtre... On est bien loin de la bobine crasseuse trouvée dans une poubelle ou dans une collection privée (on parle même d’une location dans un magasin de vidéo). D’ailleurs, les jingles présents lors des intermèdes ou des moments clés (comprenez une découverte capitale pour l’équipe) sont irritants au possible, tout comme les soi-disant avertissements d’images choquantes finalement floutées.

En cela, le film se tire une balle dans le pied, car il souhaite préserver l’anonymat d’une célébrité du X, qui plus est, en citant son nom! Une démarche incohérente qui tente en vain de se rattraper par une explication douteuse de dernière minute. On déplore également une incursion dans le milieu du porno ressassant encore et toujours les mêmes clichés: l’exploitation et la déshumanisation de la femme sans qu’elle ne trouve rien à redire. Ajoutons à cela des tendances ménophiles et autres jeux de sang pour rendre le tableau plus écœurant que foncièrement que perturbant. Le snuff étant ici une conséquence involontaire plutôt qu’une réelle motivation de monnayer la souffrance d’autrui.

Il est vrai que la violence graphique est présente avec des séquences qui justifient l’interdiction de Mu Zan E aux moins de 18 ans. Il existe bien des subterfuges pour atténuer la brutalité des images (cadrage anarchique, cris de douleurs, privilégier l’évocation par le dégoût des spectateurs du snuff...). Toujours est-il que les trucages demeurent corrects et ont sans doute bénéficié de la majeure partie du budget. La scène d’éventration (également floutée dans les grandes largeurs) souffre d’un rendu abominable. L’impression reste la même lorsqu’on contemple les moments filmés par les deux frères assassins.

Au final, Mu Zan E aurait pu être un faux documentaire aussi malsain que réussi sur le fond. Toutefois, de trop nombreuses errances viennent s’incruster dans une progression redondante pour amoindrir une atmosphère scabreuse où le mythe du snuff est mal exploité. Entre les poncifs exposés à la va-vite (le porno, berceau du snuff), les incohérences narratives (anonymat, aspect commercial du snuff absent...) et les maladresses diverses et variées propres au genre, il en ressort un traitement bancal. L’ambiance instaurée peut paraître malsaine, mais n’est en rien angoissante. Une production underground inconstante où le caractère sensationnaliste de l’affaire prévaut sur la violence graphique.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

X-Men Origins : Wolverine
Le passé de Logan/Wolverine ayant déjà été longuement évoqué dans X-men 2 , était-il réellement nécessaire d'y revenir une nouvelle fois? Poser la question c'est bien sûr y répondre, même si la création du plus célèbre des mutants reste un sujet en or... De plus, la volonté commerciale clairement affichée par la Fox avait déjà voué ce X-Men Origins : Wolverine à l'enfer des critiques...
Amityville 1993 : Votre heure a sonné
La production effrénée de suites exige un retour sur investissement immédiat. Peu importe leur pertinence ou leur qualité intrinsèque, pourvu que l’ivresse de la planche à billets fonctionne. Comme de nombreuses sagas cinématographiques, Amityville s’est fourvoyé dans les DTV opportunistes et ne semble guère en mesure d’inverser la tendance. Le concept est essoufflé, mais cela n...
Les Dents de la Nuit
Attention, ceci est un avertissement : Amoureux de l'humour fin et du bon goût, vous pouvez d'ors et déjà passer votre chemin. En effet, vous ne trouverez dans cette comédie vampirique que des blagues lourdes, des jeux de mots vaseux et une quantité énorme de phrases à connotation sexuelle. Pour vous le prouver, voici quelques exemples : - Une personne demande à un dentiste comment il...
Brightburn : L'Enfant du mal
Si le film de super-héros reste l’occasion d’exploiter plusieurs genres, de la science-fiction à l’action, il dispose de codes à part entière. Hormis quelques exceptions, dont la trilogie Glass de Shyamalan, les productions Marvel et DC monopolisent allègrement cette frange du paysage cinématographique; elles-mêmes adaptées des comics respectifs. Aussi, il est particulièrement...
Eyeborgs
Il me faut être honnête : lorsque l'on reçoit, pour chroniquer, un film qui s'appelle Eyeborgs , que la jaquette cherche à en mettre plein la vue avec son robot belliqueux sur fond de carnage, que l'acteur principal est Adrian Paul (la série télé Highlander ) et que le réalisateur est un illustre inconnu qui n'a accouché que de deux autres film dont le piteux Python (haha!),...