Voir la fiche complète du film : La Mort au bout du fil (Rob Cowan - 2009)

La Mort au bout du fil

Un thriller d'apparence banal mais qui s'avère meilleur que la moyenne du genre. Dommage que le final gâche tout...
Publié le 27 Octobre 2010 par GeoffreyVoir la fiche de La Mort au bout du fil
6
Tueur en série

Je dois bien vous l'avouer: je n'attendais pas grand chose de ce film. A ma décharge, il faut reconnaître que les thrillers médiocres, sans envergure et plus efficaces qu'une boîte de somnifères sont aussi nombreux que les points noirs sur le front d'un adolescent.
Donc, en mettant Mort au Bout du Fil dans le lecteur, je m'attendais à passer 1h30 devant une histoire mille fois vue, à la regarder d'un oeil distrait. Honte à moi! Car si le film ne révolutionne rien et ne peut pas compter parmi les fleurons du genre, il s'avère prenant, divertissant et assez bien ficelé pour retenir l'attention.


Quand il y a un meurtre, les journalistes rôdent...

Le scénariste Joel Brandt reçoit un étrange message sur son répondeur, une voix le supplie de décrocher. Prenant cela pour une blague, Joel le supprime. Peu de temps, l'interlocuteur est retrouvé mort. Joel prévient la police. Les jours suivants, une série de meurtres à lieu, tous précédés de messages adressés à Joel. La police commence donc à le soupçonner et il devient le suspect principal...


Aidez-moiiiiiiiiiii! J'ai un problèèèèèèèèèèèème!

Le film de Rob Cowan débute d'étrange manière, avec une ambiance à la Saw et nous présente ce qui semble être le dénouement d'une intrigue. Le choix est surprenant mais a le mérite de directement accrocher le spectateur. Puis rapidement, la séquence s'arrête et le film revient à la "réalité". Le bon vieux coup du "film dans le film" en somme, concept éculé s'il en est. Mais soit, puisque le tout était bien amené, bien mis en scène et pique la curiosté du spectateur, laissons le bénéfice du doute au réalisateur.

Par la suite, le scénario va nous narrer les mésaventures d'un professeur en scénario sobrement incarné par Matthew Lillard (qui s'est un peu empâté depuis Scream). Ce brave homme sans histoire va voir sa vie bouleversée par un maniaque accro au téléphone et aux motivations floues, lequel s'ingénie à assassiner des personnes au hasard puis à faire porter le chapeau à Joel. La grande question sera bien sûr de savoir pourquoi.
Ceci n'a rien d'extraordinaire, mais le scénariste Larry Cohen joue assez bien avec l'utilisation du téléphone pour rendre le tout intéressant. Il faut dire que le bonhomme a de l'expérience en la matière puisqu'il est également l'auteur de Phone Game et Cellular.
Bref, l'histoire se tient et démeure prenante jusqu'à un dénouement... disons expéditif et un peu bateau, pour ne pas dire décevant. Car sans trop en révéler, la fin du film se constitue d'un double, voire triple twist final et le dernier laisse débitatif. Dommage car tout ce qui précédait était d'un bon niveau (malgré quelques lacunes) et n'avait pas besoin de cette remise en perspective totalement inutile.
A trop vouloir en faire, Larry Cohen s'est planté dans la toute dernière ligne droite.


Noooon!

La première réalisation de Rob Cowan (producteur du remake de The Crazies, entre autres) est très honnête et quelques séquences inspirées démontrent d'un certain talent pour maintenir le suspense. Ce n'est certes pas le nouveau Wes Craven mais nul doute qu'il deviendra un solide artisan s'il continue sur sa lancée.

Les acteurs ne sont pas en reste puisque leur prestation est tout à fait honorable. Même Matthew Lillard, pourtant réputé pour son cabotinage fleurtant parfois avec les limites nerveuses des spectateurs, se la joue ici de manière extrêmement sobre, ce qui rend crédible son personnage de professeur dépassé par les évènements.
A ses cotés, les charmantes Gina Holden et Chiara Zanni ainsi que le "pas net" Michael Eklund, sans oublier la froide Deborah Kara Unger, complètent le casting et font mieux que de la figuration.


Catch me if you can...

Bref, vous l'aurez compris, j'ai bien apprécié La Mort au Bout du Fil malgré ses défauts. L'originalité toute relative de l'histoire est bien contrebalancée par une écriture correcte, une bonne réalisation et un acting de qualité, ce qui nous donne au final un thriller honorable et divertissant, fleurtant parfois avec le Slasher.
A voir pour les amateurs de films de serial-killers.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

The Following
Créer une nouvelle série en choisissant un thème aussi éculé que les serial-killers comporte des risques, surtout lorsque l’on ne dispose pas d’un concept initial suffisamment original afin de se démarquer d’une concurrence foisonnante. Bien sûr, les productions qui proposent de sonder la psyché de sociopathes en suivant leur quotidien ou en parcourant leurs fantasmes pullulent à toutes les...
Amityville : La maison de poupées
Après sept films d’une qualité inégale, la saga Amityville est parvenue à dénaturer l’idée initiale, reléguant les sordides faits divers du 112 Ocean Avenue à des histoires de fantômes bancales et prévisibles. Les réalisateurs de seconde zone se sont succédés en usant avec plus ou moins d’habiletés les mêmes ficelles. La particularité des dernières productions ne provient pas de...
En eaux troubles
Vouloir produire un film de requins à l’heure actuelle peut relever du suicide artistique si l’on souhaite s’engouffrer dans la brèche abyssale laissée par Asylum, SyFy et consorts. Hormis Instinct de survie et 47 Meters Down , peu de bobines se sont révélées intéressantes ces cinq dernières années. En ce sens, une sortie sur grand écran est tout aussi surprenante qu’...
Wer

Wer

Il est clair que Le Loup-Garou de George Waggner a pris un coup de vieux. Toutefois, ce classique du cinéma de monstres a laissé derrière lui une descendance riche pour les amateurs de cette mythologie toujours aussi intrigante. Pour le plaisir de ces derniers, Wer vient ajouter sa pierre - pas bien lourde cela dit - à l’édifice de la lycanthropie cinématographique. Cette créature mythique...
Affamés
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Cinq personnes se réveillent dans un endroit clos et sans lumières. Ils ne se connaissent pas et n'ont que de l'eau pour survivre. Un jour, ils trouvent un scalpel et un message explicite de leur ravisseur ! Désormais, à chaque huis clos qui sort, on ne peut s'empêcher de le comparer à Saw . Affamés s'en éloigne pourtant, délaissant un visuel...