Voir la fiche complète du film : L'Inspecteur Harry (Don Siegel - 1971)

L'Inspecteur Harry

Au début des années 70, l'inspecteur Harry Callahan tente de mettre un terme aux agissements d'un psychopathe. Dirty Harry, par la modernité de son thème et l'ambiguïté de son héros, marquera encore bon nombre de cinéphiles durant les prochaines décennies.
Publié le 20 Août 2013 par GORE MANIACVoir la fiche de L'Inspecteur Harry
10

Au début des années 70, l'inspecteur Harry Callahan tente de mettre un terme aux agissements d'un psychopathe, surnommé Scorpio.

Inspiré du célèbre Tueur du Zodiaque, l'histoire de ce premier Dirty Harry est un tournant décisif dans la carrière de Clint Eastwood.
En 1971, l'acteur vient de fêter ses quarante ans en réalisant son premier long-métrage, un thriller inventif et soigné (Un Frisson dans la Nuit), qui tranche volontiers avec les westerns à qui il doit sa célébrité. Mais après sa collaboration avec Sergio Leone (trois films), Eastwood avait refusé un rôle dans Il Etait une Fois dans l'Ouest afin de ne pas rester enfermé dans son rôle de justicier solitaire amateur de cigarillo.

Tombant sur un scénario adapté d'un fait divers sanglant, il se lance avec son réalisateur fétiche, l'expérimenté Don Siegel, dans ce que l'on peut considérer comme son rôle culte.
Lorsque un dénommé Scorpio demande une rançon au maire de San Francisco, ce dernier ne compte pas céder à ce nouveau type de racket. Une vague de meurtres sanglants inonde alors la ville. Harry Callahan, alias le Charognard, flic solitaire spécialisé dans les missions à haut risque, est chargé de mettre un terme à ses agissements. Toutefois, entre les méthodes peu orthodoxes du policier et la diplomatie accrue de sa hiérarchie, la cohabitation s'avère délicate.

Dirty Harry, premier volet d'une longue série à succès, est un film brut et sans concession. La quarantaine aigrie, isolé au sein de sa brigade autant qu'à l'extérieur, pessimiste à l'encontre d'une justice qu'il est censé représenter, Callahan n'a rien du héros américain type. Ainsi, ce personnage sans foi ni loi se rapproche énormément des bandits de la Trilogie de Leone.
Devant la caméra du très solide Siegel, Eastwood, en confiance, démontre toute l'étendue de son talent dans ce polar urbain dénonçant l'immobilisme de la justice et son manque de lien avec la réalité d'un quotidien sinistre et dangereux. Scorpio, tueur pour une fois mis en avant et non dénué de personnalité (une rareté pour l'époque), représente également la nouvelle vague du méchant au cinéma : celle du psycho-killer. Ce dernier se servira même des rouages rouillés de la justice pour tenter de retourner la situation en sa faveur (il devient la victime d'Harry).
Andrew Robinson, spécialisé ensuite dans les rôles déviants, exploite avec brio toute la perfidie de son personnage, être repoussant mais charismatique. La séance d'automutilation, symbole d'une folie particulièrement vicieuse, reste l'un des moments les plus marquants du métrage. Une forme d'inaptabilité sociale rapproche ces deux personnages, ce qui rend ce polar urbain plus trouble qu'on ne pourrait le penser initialement.

Les scènes choc ne manquent pas dans ce film qui va lancer une nouvelle vague de films policiers, plus réalistes et sombres (cf la saga des Death Wish, avec Charles Bronson). Pourtant, Harry s'amuse avec les bandits (la scène de la banque) aussi bien qu'avec les victimes (la tentative de suicide) ou ses supérieurs (les séquences avec le maire).
Ce manque de respect envers le règlement confirme le décalage entre Harry et une société qu'il protège mais qui ne lui rend rien, ou presque. Dès lors, on se demande qui a le plus à perdre dans un duel final attendu.

Intense et expéditif, à l'image de ce polar âpre et désabusé, cet épilogue résume à merveille le premier et meilleur épisode de la franchise. Don Siegel (L'Invasion des Profanateurs de Sépultures, Sierra Torride), rarement mis à l'honneur mais auteur d'une carrière de tout premier ordre, livre un film impeccable en tout point, loin d'être aussi basique qu'on ne pourrait le penser à première vue, offrant à Clint Eastwood un magnifique rôle, que celui-ci peaufinera tout au long de quatre suites de très bonne tenue (il réalisera même l'avant-dernier volet).

Dirty Harry, par la modernité de son thème et l'ambiguïté de son héros, marquera encore bon nombre de cinéphiles durant les prochaines décennies.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Puppet Master
Créateur de poupées réputé, André Toulon est parvenu à insuffler la vie à ses petits protégés. Au courant de ce prodigieux don, les nazis cherchent à l'incarcérer. Toulon décide de se suicider et met à l'abri ses créatures avant que les soldats ne le retrouvent. De nos jours, un riche homme d'affaires invite quatre personnes, dotées de pouvoirs psychiques particuliers, dans un grand...
Evil Angel : L'Ange de Satan
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Entre un suicide, un accouchement et un meurtre, la soirée d'une équipe d'ambulanciers s'avère être délicate et troublante, d'autant plus qu'au même moment, une jeune femme sort du coma et tue deux médecins avant de s'enfuir de l'hôpital sans laisser de traces. Rarement exploité au cinéma, le mythe de Lilith est pourtant riche et la première...
Puppet Master 2
Après avoir récupéré l'hôtel de Bodega Bay, le gouvernement américain charge une équipe spécialisée dans les phénomènes paranormaux de se rendre sur place afin d'élucider les nombreux crimes ayant eu lieu dans cette demeure. Le succès conséquent du premier volet amena tout naturellement la firme Full Moon à en préparer une suite. Du premier volet, seuls le compositeur Richard Band et David Allen...
Dracula 3D
L'adaptation entreprise par Dario Argento pour le grand écran du célèbre roman de Bram Stoker est un ratage quasi complet. C'est un constat qu'il faut faire d'emblé si l'on veut pouvoir en tirer un peu de satisfaction, refusant d'accepter totalement le bourbier progressif dans lequel, celui que l'on nomma autrefois "le maître de l'horreur", s'empêtre plus profondément avec chacun de ses derniers...
Hôtel Transylvanie
Pour les 118 ans de sa fille, le comte Dracula réunit ses amis à son château pour une grande fête. Tout semble se dérouler comme prévu jusqu'à l'irruption d'un globe-trotter un peu perdu. La venue de cet importun risque de compliquer la situation... Après des productions assez plaisantes (Les rois de la glisse, Tempête de boulettes géantes...), mais loin de faire l'unanimité, les...