Voir la fiche complète du film : Désaxé (Ryan L. Driscoll - 2011)

Désaxé

Un film qui part sur de bonnes bases, mais qui se perd en chemin.
Publié le 1 Août 2012 par GeoffreyVoir la fiche de Désaxé
4

Avec cette critique, je tiens à rendre hommage à nos amis de chez Emylia qui ont l'art de nous présenter des films dont personne n'aurait entendu parler sans eux, parfois pour le meilleur (Jack Brook : Tueur de monstres, The Woman, Ce cher Mr. Gacy), un peu plus souvent pour le pire (Chasseur de Têtes, Mega Piranha, Grizzly Park). Néanmoins, je les remercie d'essayer de nous présenter un cinéma moins mainstream et de régulièrement combler les amateurs de nanars avec des objets filmiques d'un autre monde.
Ceci étant dit, je peux m'attaquer sans regret au démolissage à la critique de ce Désaxé.

Désaxé raconte l'histoire d'un brave père de famille qui suite à son licenciement va littéralement pêter les plombs. Un sujet potentiellement intéressant, mais traité ici avec une douceur pachydermique et un manque de rigueur scénaristique qui plombe l'ensemble (mais il n'y a pas que ça comme vous n'allez pas tarder à le constater.)


T'es le maillon faible. Tu sors.

Le film commence plutôt bien : acteur principal sympathique et plutôt crédible malgré ses faux airs de Jeff Fahey, bonne ambiance de "normalité" teintée d'instants fugaces laissant entrevoir le futur carnage, et réalisation qui semble d'un niveau correct. Bref, tout semble réunit pour que Désaxé soit un honnête DTV sans prétention.

Mais rapidement, le film part en vrilles en multipliant les invraisemblances scénaristiques de plus en plus énormes, couplées à une direction d'acteurs déficiente et à des errements de réalisation incompréhensibles.
En effet, comment justifier des scènes telles que le combat hache/buche entre le père et son fils ? Cette confrontation est tellement nulle et mal mise en scène que l'on se demande comment elle n'a pas été coupée au montage. De même lorsque le fils tente de sauver sa mère des griffes de son père (toujours armé de cette même hache), on sent bien qu'il retient ses gestes pour ne pas blesser les autres acteurs avec son arme. Une fausse hache n'était-elle pas disponible sur le plateau ? Le budget était-il si restreint ?


Argh! Papa m'a tuer!

Au rayon des séquences rigolotes, j'ai aussi particulièrement apprécié l'apparition du petit copain surgit de nulle part, comme ça, en pleine course-poursuite, en pleine forêt, en pleine nuit.
On peut également se demander pourquoi la famille reste enfermée dans la maison avec le paternel qui déraille alors qu'ils reçoivent environ cinquante-deux possibilités pour lui fausser compagnie.
Ce manque de rigueur scénaristique est d'autant plus irritant qu'il y avait matière à proposer une histoire sympathique et crédible, mais ses errements la font plonger dans les tréfonds du ridicule.

Les acteurs ne sont pas en reste, car à l'exception du faux Jeff Fahey (Jonathan Hansler pour les intimes), tous les acteurs composant la petite famille se sont donnés le mot pour mal jouer. On ne les connaissait pas avant ce film et il y a fort à parier que l'on n'en entendra plus parler. A la limite, la jolie Nicola Posener mérite d'être revue, mais ses comparses peuvent retourner dans un anonymat dont ils n'auraient jamais dû sortir.


Bouffe tes épinards !

Bref, en quelques mots, Désaxé est un film que partait sur des bases correctes, mais qui se perd en cours de route, à tous les niveaux. Une petite déception.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Dead Space Aftermath
Dans le domaine vidéoludique, la saga Dead Space est encore aujourd’hui une véritable référence en matière de survival horror. Adaptés à un cadre spatial, les mécanismes de la peur sont parfaitement huilés pour susciter l’effroi à chaque recoin ou détour de couloir. Pour accompagner le premier volet, un film d’animation a vu le jour: Dead Space Downfall . Il en ressortait une...
Thriller
Devenue muette à la suite d'une agression, la jeune Frigga vit paisiblement à la campagne avec ses parents. Ratant son bus pour se rendre en ville, elle rencontre Tony, un bellâtre qui la kidnappe et la drogue, dans le but d'en faire une prostituée. A l'occasion de sa récente sortie française en DVD, retour sur un film qui a fait couler beaucoup d'encre à sa sortie. En 1973, le cinéma d'...
Sharknado 3 : Oh Hell No!
Si l’on ne change pas une équipe qui gagne, l’adage vaut apparemment pour les pires étrons cinématographiques. Tout est possible avec les producteurs déjantés d’Asylum, mais l’on reconnaîtra que Sharknado rencontre un certain succès sur les écrans américains. En partant de ce principe, pourquoi ne pas étirer un concept farfelu de base jusqu’à en obtenir le nectar de la bêtise humaine? Tel est le...
Lake Placid 2
Au cinéma, les crocodiles sont un peu dans le même cas de figure que les requins. Il existe pléthore d'étrons les concernant et, disproportionnellement, très peu de productions capables de se démarquer, à tout le moins proposer un moment distrayant pour les amateurs. Mis à part Primeval, Rogue (Eaux troubles) et Black water, il faut reconnaître que c'est bien peu compte tenu des nanars...
Détective Dee : Le Mystère de la flamme fantôme
Le Wu-xia ou Wu xia pian (littéralement chevalier errant) est un genre qui a pris son essor en Chine. Particulièrement chéri dans son pays natal, le Wu-xia est similaire aux films de cape et d’épée occidentaux à ceci près qu'il possède une dimension plus audacieuse, plus onirique que son homologue. Alors que la Shaw Brothers a produit les plus grands métrages de Wu-xia au cours des...