Voir la fiche complète du film : Manifest (Paul Holahan, Dean White, Craig Zisk - 2018)

Manifest

Une série décevante qui part d’un postulat intrigant pour se complaire dans un traitement creux et vide de sens. Le récit n’apporte aucune révélation ni explication, même incohérente, sur la disparition du vol 828 et de sa soudaine réapparition. Tout juste doit-on se contenter d’une succession de mystères qui s’effacent sans approfondissement pour laisser la place aux suivants. Une série frustrante, pénible et lésineuse dans sa manière de faire évoluer son histoire.
Publié le 1 Mars 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Manifest
4
Voyage dans le Temps

À bien des égards, le format de la série permet de développer des intrigues tortueuses où le suspense est de rigueur pour maintenir l’attention et l’intérêt du spectateur. En cela, les années2000 ont parfaitement assimilé ce potentiel avec des productions qui ont changé le paysage télévisuel contemporain. On songe à 24 heures chrono ou, pour rester dans le domaine de l’aéronautique, Lost, les disparus. D’ailleurs, on a très vite comparé cette dernière à Manifest. Un rapprochement biaisé qui se résume uniquement à une catastrophe aérienne et à cet aspect surnaturel qui plane au-dessus des protagonistes et de leur quotidien. De quoi susciter l’intérêt, du moins dans les premiers épisodes...

En réalité, le pitch initial n’est pas sans rappeler Les 4 400 où des personnes portées disparues ressurgissaient inopinément. Ici, le principe est similaire, mais à l’échelle d’un vol qui compte près de 200 passagers. On ne va pourtant pas suivre chaque individu touché par cet improbable voyage dans le temps. L’histoire se concentre sur une famille séparée dont le retour des «survivants» est plus difficile qu’inespéré. Le premier tiers de la série se montre intrigant en s’interrogeant sur ce qui a bien pu provoquer ce bond en avant de cinq années, tandis qu’aucun protagoniste ne s’est rendu compte d’un quelconque changement; exception faite de violentes turbulences.

En cela, on comprend ce besoin de poser des bases et d’évoquer certaines pistes de réflexion. Les aptitudes de précognition et de télépathie sont largement mises en avant. Pourtant, il persiste des problèmes de taille pour que le scénario convainque véritablement. Son plus gros écueil n’est autre que cette propension (complaisance?) à susciter davantage d’interrogations plutôt que de répondre aux précédents mystères avancés. Le schéma narratif s’appuie sur un concept fallacieux où chaque retournement de situation, chaque questionnement, provoque de la perplexité au lieu de fournir des révélations, même minimalistes.

Lorsqu’il s’agit d’éléments épars, le procédé n’est en rien rebutant. Seulement, il se produit sur l’ensemble de la saison! De fait, le fil rouge se perd dans de trop nombreuses conjectures où l’on évoque tout et n’importe quoi. Complot gouvernemental, expérience scientifique et, en filigrane, une présence «extérieure» dont la nature et la provenance n’est jamais établie. À force de multiplier les embranchements narratifs, on finit par en délaisser les précédents, rendant l’évolution aussi brouillonne que frustrante. Rarement, une série s’est montrée autant avare à expliquer le cœur de son mystère.

On peut également regretter que la tournure des épisodes ne prenne pas une direction clairement définie. Certaines péripéties ne présentent aucun intérêt dans leur finalité, tandis que d’autres sont alambiquées et font office de remplissage. En résumé, on ne peut s’empêcher de penser «Tout ça pour ça?» lors des dénouements. De même, on peut déplorer un manque d’émotions flagrant. Les personnages n’ont aucune consistance et certaines réactions sont aussi improbables qu’incompréhensibles. Là encore, on tente de complexifier des propos beaucoup trop simplistes et manichéens afin de «densifier» un récit lisse et (presque) sans identité.

Au final, Manifest est une série qui agace plus qu’elle n’interpelle. Si l’idée de base reste plaisante, elle ne satisfait à aucun moment les attentes du spectateur. La faute à une prolifération incontrôlée d’interrogations qui prend le pas sur des réponses légitimement attendues. À la manière de The Event, les pérégrinations des protagonistes sont confuses et semblent partir dans tous les sens, sauf dans la bonne direction. L’errance narrative n’a d’autre but que de balader un public, sans se soucier de le frustrer. Les mécanismes propres au suspense ont beau être présents, ils n’offrent aucun aboutissement ni satisfaction dans ce qu’ils sont censés amener. Il en ressort une manipulation par le vide scénaristique des plus accablante.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Paranormal Diaries
Suite à d'étranges événements ayant attrait à ce lieu depuis une quarantaine d'années, une équipe de documentaristes se lance dans un reportage sur l'église de Clophill. Au fil de l'enquête, le groupe comprend qu'il se passe effectivement des phénomènes inexpliqués aux alentours de cette église, la nuit venue. Depuis le succès de la saga des Paranormal Activity , le found footage est à la mode...
Star Trek
Des années que les fans l’attendaient et il est enfin là, sept ans après Némésis , le dixième film de la saga. Avec à la barre J.J. Abrams , auteur d’un incroyable Mission impossible 3 et créateur des séries que sont LOST, Alias et la toute récente Fringe , Star Trek 11 a finalement débarqué sur nos écrans. Onzième film ? Pas tout à fait car le métrage est intitulé Star Trek , un...
Le Cauchemar de Freddy
Après l'excellent Freddy 3: les griffes du cauchemar , Le cauchemar de Freddy a la dure tâche de faire au moins aussi bien que son prédecesseur, que ce soit au niveau des meurtres inventifs ou de l'humour. Reconnaissons que de ce point de vue, c'est relativement bien réussi, la plupart des morts étant agréables (l'aspiration de la fille asthmatique) et l'ensemble se laissant...
Les Démons du Maïs 4: La Moisson
La saga des Children of the Corn est un exemple, que dis-je, un cas d'école dans ce qu'on appelle généralement les films d'exploitation "direct-to-video". Si aujourd'hui, ces métrages bon marché garnissent généralement les bacs à soldes des grandes surfaces ou font le bonheur des chaînes câblées telles que SyFy (le remake du premier film de la saga a d'ailleurs été...
Waterworld
Dans un futur lointain, la Terre est recouverte d'eau de part et d'autre du globe. Chacun tente de survivre à sa manière tandis qu'un groupe de rebelles poursuit une jeune fille dont le tatouage indiquerait une île, véritable Eldorado. En 1995, doté d'un budget monumental, Waterworld se présente comme le Blockbuster de la décennie. Figure du moment à Hollywood, Kevin Costner était...